Conflits, Défense, DGSE, SSX, Diplomatie, Géopolitique, Politique

Bernard Bajolet : “Penser les affrontements futurs”

330

Acteurs Publics TV, le 05 janvier 2017

Le Colonel


 

Le directeur général de la sécurité extérieure (DGSE), Bernard Bajolet, a conclu les septièmes Assises nationales de la recherche stratégique organisées le 15 décembre 2016 à l’École militaire. Son intervention portait sur le thème : “Penser les affrontements futurs”. En matière de renseignement, a-t-il relevé, la fonction anticipation est difficile à saisir et à organiser et nécessite l’implication de tous les acteurs, parmi lesquels le Conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégiques.

********

 

Loin de moi l’idée de porter un jugement sur Monsieur Bernard Bajolet mais cette intervention du Directeur Général de la DGSE confirme l’impression d’improvisation que j’avais eue lorsqu’il m’avait été donné d’assister, il y a quelques années, à une conférence qui s’était tenue au siège des services de renseignement extérieur Boulevard Mortier. On écoute en effet Bernard Bajolet avec un intérêt soutenu car l’homme s’écarte régulièrement de son discours. Ces nombreuses digressions viennent confirmer ce sentiment d’improvisation, sans toutefois le parasiter. C’est aussi la force du discours de Bernard Bajolet car cela illustre en fait une parfaite maitrise de son sujet. 


Là ou l’objet du discours est “penser les affrontements futurs”, Bernard Bajolet rectifie d’emblée l’énoncé en parlant d’anticipation et surtout “d’anticipation qui fait défaut”. Car selon son propre constat “lorsqu’on qu’on a le nez sur le guidon, on n’anticipe pas”. Et c’est là où le bât blesse si je puis m’exprimer ainsi. Jadis, lorsque j’étais officier traitant dans cette remarquable maison, nous tentions tant que faire se peut, d’anticiper l’évolution d’une situation donnée ou même d’anticiper l’avenir. 


La pression exercée au plus haut niveau de l’Etat, à moins que ce ne soit une évolution “normale” de la situation au fil des ans au sein de la DGSE fait que, depuis de nombreuses années maintenant, le service, à l’instar des grandes agences de presse, a privilégié me semble-t-il, l’immédiateté des faits, transmis en brut à la centrale, comme s’il fallait en faire un scoop. Au détriment du recoupement et de l’analyse des hommes et femmes sur place. 


Il semble que Bernard Bajolet veuille désormais sortir de ce cercle vertueux et c’est tant mieux.


Par ailleurs, le service semble avoir tout misé sur le renseignement technique. C’est une grossière erreur car rien ne remplacera le renseignement de source humaine. C’est au contraire la technique qui doit venir conforter l’humain.


Je note également dans cette intervention de près de 25 minutes que le Directeur Général de la DGSE place sur un pied d’égalité Daesh et le toujours président Bachar al Assad en ce qui concerne l’emploi des armes de destruction massive (ADM) et plus particulièrement l’utilisation des armes chimiques. C’est assez nouveau pour moi. 


Je vous invite donc à prendre le temps d’écouter cette remarquable intervention de Monsieur Bernard Bajolet.


Bernard Bajolet : “Penser les affrontements futurs”

 


Source : http://www.acteurspublics.tv/

 


Illustration par Le Colonel. Source photo : M. Bernard Bajolet, directeur général de la sécurité extérieure
defense.gouv.fr

 

 


 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

By Pierre Duriot

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 763 autres abonnés

@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!