À la veille d’une nouvelle course aux armements stratégiques ?

Le 11/08/2019 – Par Oleg Lypko – Meta-Défense

Vers un monde sans traités de contrôle des armements stratégiques

© Pierre Duriot

Dans le contexte actuel de réarmement massif des principales puissances mondiales, les déclarations du Conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, John Bolton, sont attentivement analysées en Russie. Ce proche collaborateur du Président Donald Trump est en effet connu comme une des personnes les plus influentes au sein de la Maison Blanche. Partisan d’une ligne politique intransigeante sur la scène internationale, ce politicien est également l’une des figures clés derrière la sortie des États Unis de l’accord sur le nucléaire iranien en mai 2018.

Lors du G20 de Tokyo le 27 juin 2019 la presse russe a accueilli avec inquiétude la déclaration du « néoconservateur » au sujet du traité New Start de réduction des armes stratégiques (2010), le responsable américain le qualifiant de « vicié ». Opposant de longue date aux traités de contrôle des armements souscrits par les États Unis, le politicien précise que selon lui New Start a peu de chances d’être reconduit au-delà de sa date d’expiration en 20211. Cette intervention peu anodine, au vu de la décision des États-Unis de sortir du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI, 1987) le 2 août 2019, est une démonstration supplémentaire d’un changement d’époque. La nouvelle ère multipolaire se matérialisant, entre autres, par la liquidation des accords de contrôle des armements stratégiques souscrits pendant et peu après la fin de la Guerre froide.

https://www.meta-defense.fr/2019/08/11/a-la-veille-dune-nouvelle-course-aux-armements-strategique/

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.