Abrutissement des masses populaires : à Djibouti, le khat, en France les médias

Lieutenant-colonel (er) Régis Ollivier, le 22 mai 2016

Le Colonel 2.0

 


 

 

J’ai passé huit années de ma vie à Djibouti et j’ai très bien connu ce fléau, mais, au fait, c’est quoi le khat ?car c’en est un. Et pour aller droit au but de ce que je souhaite faire ressortir aujourd’hui, c’est que le pouvoir djiboutien, qui je le rappelle n’a connu que 2 présidents de la République depuis son indépendance le 27 juin 1977 et j’y étais, se sert de cette « arme » pour se maintenir au pouvoir et pour étouffer dans l’oeuf toute contestation. A Djibouti, on manifeste, parfois violemment, le matin et le reste du temps, on khate. Les émeutes que j’ai pu connaitre ont été des émeutes du Khat lorsque le pouvoir avait envisagé un temps d’interdire la consommation de cette drogue. Mais c’est bien vite passé à la trappe.

Toute cette introduction pour dire qu’en Europe et donc en France, on n’a pas de khat mais on a … nos chaines d’infos 24/7 qui nous intoxiquent à outrance. C’est la drogue du peuple. « Sire, le peuple a faim! »… « Donnez-lui des infos…, du sensationnel, du tabassage de flics ». Et le peuple adore. Il se gave de sa drogue favorite en sachant que, comme le tabac, l’alcool ou les stupéfiants, c’est mauvais pour sa santé. Mais c’est hélas très addictif BFMTV, LCI et toutes les autres. Le peuple en redemande. Pour alimenter les conversations, les rumeurs de guerre civile qui nous guette, « elle est même déjà là » cette putain de guerre civile. Comment ? Vous ne la voyez pas ? Mais regardez ces interminables files d’attente aux stations essence. Et ces centaines de kilomètres de bouchons provoqués par les populations qui fuient cette guerre civile… Comment? C’est pour les grandes migrations des vacances… Ouf! Me voilà rassuré.

Mais hélas, une partie du peuple garde ses oeillères. Ecoute les hommes et femmes qui ne pensent qu’à leur élection ou ré-élection leur marteler que nous sommes en pré-guerre civile. En situation pré-insurrectionnelle. Les mots ne sont pas assez forts pour faire peur. Pour abrutir les masses laborieuses qui bouffent de l’info en veux-tu en voilà.

Quand les Françaises et les Français vont-ils comprendre qu’ils sont l’objet d’une gigantesque manipulation, d’une énorme intoxication fomentée au plus haut niveau de l’Etat, dans les états-majors des partis politiques, au Sénat, à l’Assemblée nationale, à l’ENA…

Il est temps de sortir de cet état d’abrutissement, d’abêtissement. Il est temps de dire stop à toute cette drogue. Et pour s’en sortir, il n’y a pas mille solutions. Comme pour le tabac et l’alcool, il faut stopper du jour au lendemain. pas par doses homéopathiques.

Alors, je compte sur vous. Dites stop à l’enfumage. Et faites suivre.

Le Colonel vous salue bien

 


 

Rejoignez-nous sur Facebook Le Colonel Actualités

 

 

 


 

8 réflexions au sujet de “Abrutissement des masses populaires : à Djibouti, le khat, en France les médias”

  1. Vous avez tout à fait raison mais pour faire court dans mon propos, je ne voulais pas parler de l’héritage colonial.

  2. Bonjour,
    Pour être honnête, il faut préciser que la France, du temps des Côtes Françaises des Somalies, puis du Territoire Français des Afars et des Issas, pour les mêmes questions de sécurité, a toujours favorisé la consommation de khat. Les Gendarmes français vérifiaient que les marchands ne dépassaient pas le prix fixé par l’administration française. En 1969, durant une épidémie de choléra, les produits frais venant d’Ethiopie, des avions français allaient chercher en Inde un produit similaire mais bien sûr c’était pour le « bonne cause ».

  3. Je sens comme une tension qui monte chez vous Colonel. Elle est justifiée. J’ai moi-même l’envie de lancer un pavé sur mon très petit écran que J’allume pour savoir jusqu’où ces « salauds » peuvent aller en prenant les gens qui les font vivre pour des « cons ».

    Pas mal de Français semblent se réveiller et refusent le gavage toxique de la désinformation télévisée pourtant PAYANTE…Idem pour les revues de presse.

    T’en veux ! t’en veux ? j’en ai, c’est d’la bonne ! çà c’est dans la rue…Même offre toxique à la télé sur toutes les chaînes et plus il y en a, plus elles sont infréquentables, dangereuses et NULLES !

    Merci d’être là Colonel !

  4. Bonjour mon colonel,

    Chez moi le problème fut vite réglé par la bonne grâce de l’État lui même! Qui l’eut cru n’est ce pas. Il fut décidé de passer à la tnt et ce fut chez moi la signature de l’arrêt de mort de la télévision.
    Depuis ce temps funeste nos écrans ont virés au noir. Elle ne manque à personne, on est désintoxiqué.
    Nos télés ont d’autres utilités, nous choisissons ce que nous voulons voir (DVD) et via internet ce que ne nous montrent pas les chaînes d’État. (Boris Lelay)
    Mais il y a une injustice, bien que sans système pour visionner les chaînes : antennes et décodeurs pour les plus âgées (nos postes ne sont pas désactivés :tuner ) nous sommes soumis au racket de la redevance!

    Bon dimanche

  5. Ah DJIBOUTI

    le bistrot la terrasse

    l’escalier en bois !!!!!!

    Et le restaurant Ethiopien qui se trouvait non loin et où on pouvait déguster du poisson cuit au feu de bois et servi dans du papier journal avec les mains comme fourchette et couteau .

    Et autres lieux  » mal famés »

    Les virées au lac Assal

    les sorties en boutre

    les resto -trottoirs avec ses steacks de tortues marines .

    Les crises de nerfs envers les ouvriers de la société des eaux djiboutienne , lorsqu’il fallait ouvrir ou fermer un compteur ( déjà trouver ou se situer le compteur et savoir quel était le bon . Et surtout aller chercher l’ouvrier et le ramener , sinon il ne venait jamais.

    Le matin ouvrir la fenêtre de sa chambre et se trouver en face d’un singe ou le museau d’un dromadaire .

    Logé dans un appartement , propriété du premier ministre Djiboutien , j’ai eu le malheur de faire la remarque que le bâtiment tout neuf ne possédait pas de fenêtre dans la pièce cuisine .

    Sitôt dit , sitôt fait , le lendemain matin j’ai vu arriver deux ouvriers qui ont fait un grand trou dans un mur de la cuisine ( et je suis resté ainsi une semaine ) .

    M’étant encore plaint de cette situation, monsieur le premier ministre m’a offert une semaine dans le plus grand hotel de Djibouti ( vous connaissez , n’est-ce pas mon colonel ) . En attendant d’avoir une vraie fenêtre dans la cuisine

    Les footings « dérangés » par des cynocéphales ( je n’ai jamais couru aussi vite ).

    Les sauts en parachute dans le Goubet et la peur qui nous attendait en bas , car les pilotes du transall tellement occupés à draguer les infirmières militaires françaises ( qu’ils avaient amenés en que passagères clandestines ) ne se sont pas aperçu qu’ils nous larguaient au dessus d’un ban de requins ( d’en haut on devinait leurs mâchoires qui nous attendaient .

    DJIBOUTI, DJIBOUTI , de très bons souvenirs malgré que j’en ai CH…….

    surveillance des trois frontières et autres

    Et le KAT fourni à la population par la  » présidente » et l’avion présidentiel .

    Djibouti ou j’ai chopé le PV le plus nul de ma vie

    Sur le passage à niveau , juste derriere l’hôpital BOUFFARD ( l’hôpital militaire français .
    Ligne de chemin de fer à sens unique , une seule voie .
    Le train roulant à pleine vitesse ( max 10 km/h ) venait de passer le passage à niveau ( sans barrière ) . je me suis engagé sur le passage à peine le dernier wagon éloigné .

    En face j’ai eu la surprise de trouver un véhicule de la police djiboutienne , je me suis fait arrêter au motif que je n’avais pas marqué de stop .

    Et le flic qui m’a verbalisé à pris presque une demi heure à m’expliquer que j’aurai du m’arrêter car :

     » un train peut en cacher un autre  »

    Allez lui faire comprendre qu’il s’agissait d’une voie unique ou ne pouvait passer qu’un seul train à la fois et dans une seule direction

    mission impossible . c’est vrai qu’il était entrain de ruminer du KAT .

  6. Vous avez tristement raison ! Goebbels avait déjà compris la manip ! En France, sortis du pinard, du pastaga et du foot, rien ne semble intéresser certains de nos compatriotes ! Dommage !
    Par contre mon pôle d’information est très souvent votre site !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :