Anciens : les piquer ou en prendre soin ?

Par 

Le 19 mai 2018

Boulevard Voltaire

 

 

Aborder ce sujet me donne la nausée. Car chez nous en France, les mentalités sont très différentes qu’en Finlande et nous aurions plutôt  tendance à nous orienter vers une élimination en masse des « grands anciens ». Un « suicide médicalement assisté » de masse. Pauvre France… //RO

 

 

© Tosque Jean-Louis

 

 

La Finlande a fait son choix ; elle vient de rejeter la légalisation de l’euthanasie, et décidé d’améliorer le recours aux soins palliatifs.

Mercredi, les Français se sont réveillés avec la gueule de bois : selon le rapport rendu public par le CCNE (Comité consultatif national d’éthique), les plus âgés d’entre nous sont mal considérés, mal entourés, mal soignés, abandonnés, en dépression chronique !

C’est un véritable cri d’alerte qui est lancé : selon le même rapport, « 40 % des résidents des EHPAD présentent un symptôme dépressif », « 11 % d’entre eux ont des idées suicidaires » (près d’un tiers des personnes qui se suicident sont âgées) et bon nombre d’entre eux ressentent cruellement leur « exclusion de fait de la société ».

Il y a peu, le même CCNE, via les États généraux de la bioéthique, interrogeait les Français sur la question de la légalisation du « suicide médicalement assisté », ou euthanasie.

Ce calendrier ne doit rien au hasard, il est révélateur du trouble d’une société comme la nôtre, malade de son système, qui balance entre améliorations du sort des personnes âgées et question ouverte du recours à l’euthanasie. On retrouve le tempo du « en même temps » cher à Emmanuel Macron : améliorer le sort de nos anciens et, « en même temps », leur proposer une porte de sortie définitive apte à soulager les portefeuilles des actifs.

Poids économique des la vieillesse ? C’est Jacques Attali qui en parle le mieux dans son livre L’ Avenir de la vie : « Dès qu’il dépasse 60, 65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché mais il n’est pas solvable. Je suis, pour ma part, en tant que socialiste, contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments de notre société future. Le coût des personnes âgées n’est plus soutenable. » Voilà qui a le mérite d’être clair !

La suite sur http://www.bvoltaire.fr

 

 

 

 

5 réflexions au sujet de “Anciens : les piquer ou en prendre soin ?”

  1. Attali, ce vieux déchet !!! Qu’il parle pour lui, je m’occupe de mon père 88 printemps et j’espère pour lui encore quelques uns et il est chez lui, condition indispensable pour un bon moral. Beaucoup son égoïstes, il n’y a plus de solidarité intergénérationnelle, mais on y reviendra c’est l’unique voie à suivre, dans le fil de la vie nous sommes tous inter dépendant les uns devant aux autres d’être là !!!

  2. Bonsoir,

    Je pense que le gouv a choisit ni l’un ni l’autre. Il a choisit de ne rien faire à l’exception de ne pas les prendre en compte: ils ont choisit l’oubli.

    Cordialement,
    Rob.

  3. Ce cher Attali a 71 ans… Il est donc grand temps qu’il se pique et fasse place aux jeunes piqués de Macron & Cie.
    Quant à moA, je me pique de vouloir emmerder mes amis jusqu’a 100 ans. Mes économies et ma retraite perso me le permettent. Mais c’est une autre histoire qui en fait est liée à la première.

  4. Je ne pense pas que ce cher monsieur Jacques ATTALI ne prône pas pour sa propre paroisse cela ferait de lui un « impie »

    ensuite les finlandais ont une double chance : Je parles des vieux finlandais

    – il viennent de légaliser l’interdiction de l’euthanasie

    – le réchauffement climatique ne les a pas encore atteint, il n’ont pas eu à faire comme il y quelques années en France , souvenez vous , à sortit nos vieux sur le pas de la porte en pleine canicule .

    venez pépé et mémé , venez prendre le soleil , il fait bon dehors en plein sud et en plein midi . Le mois d’aout cette année là a été très fructueux , les pompes funèbres n’ont pas eu a chômer et les enfants ont pu faire des économies , à moins qu’ils n’aient été comme la famille Halliday à s’écharper pour l’héritage

    Et le soir :
    Oh zut j’ai bien arrosé les plantes, j’ai bien abreuve le chien , mais j’ai oublié de donner de l’eau à boire à Pépé et Mémé , ils sont tous sec .

    Pour ma part le « suicide assisté « ne me fait pas peur et s’est une des éventualité déjà mise en place

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :