ANNE HIDALGO FLAMBE, IL N’Y A PAS QUE LES PARISIENS QUI TRINQUENT

Francois Miguet – Publié le 29/07/2019 – Mis à jour le 31/07/2019 – Capital

La situation n’était guère mieux dans ma commune de résidence après 12 années de socialisme. Jusqu’à ce que l’heure de « La Relève » sonne… //RO

© Pierre Duriot

Des chantiers à foison et mal programmés, une chasse aux voitures brutale : la capitale est devenue un repoussoir pour les banlieusards. Les Parisiens, eux, n’échapperont pas à une hausse des impôts.

On savait que le sous-sol de Paris était un gruyère. Désormais c’est vrai aussi de sa surface. Le croira-t-on ? Au mois de mai dernier, les usagers de l’application Waze ont recensé 31.000 trous dans la chaussée de la capitale, quand, dans le même temps, ils n’en comptaient que 533 à Marseille, et 271 à Lyon. Sur certaines artères, comme le boulevard Malesherbes, dans les beaux quartiers, les nids de poule sont tellement nombreux que les deux roues sont obligés de faire du slalom ! Inutile d’aller chercher bien loin l’explication de ce mitage du macadam. «Depuis 2014, la municipalité a réduit ses dépenses de voirie de 64%», déplore Delphine Bürkli, la maire Les Républicains du 9ème arrondissement. Elle même réclame en vain depuis des années que les agents de la ville réparent les feux tricolores de son quartier. «Les devis datent de 2011, et rien n’a été fait. La municipalité m’a royalement proposé une enveloppe annuelle de 
7.000 euros alors que la facture s’élève à 1,3 million».

https://www.capital.fr/economie-politique/anne-hidalgo-flambe-il-ny-a-pas-que-les-parisiens-qui-trinquent-1346149

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.