Armée française: l’apocalypse n’est pas pour demain

Par le Général Henri Poncet (2s), le  26 janvier 2017

L’Opinion – Tribune libre


 

 

« On pourra toujours considérer que les moyens donnés aux armées sont insuffisants par rapport aux missions qui leur sont confiées. Malheureusement, il faut être sans illusion. La situation financière du pays ne permettra pas de voir se réaliser des miracles. »

Dans un article paru récemment dans Le Monde, le général Desportes évoque un bilan terrible pour les armées, des hommes épuisés, une absence de vision stratégique et nous annonce une catastrophe imminente en mettant en cause le gouvernement actuel. Il serait bon de garder une certaine mesure dans les propos pour relativiser cette prochaine apocalypse annoncée et faire ressortir les points positifs.

En opérations extérieures, la France, avec son armée de métier, a été capable de tenir son rang de puissance militaire simultanément sur plusieurs théâtres, en Afrique (Sangaris et Barkhane) et au Moyen-Orient (Daman et Chammal), parfois seule ou presque, parfois aux côtés de ses alliés. En opération, il est exact que les situations tactiques, logistiques sont souvent tendues, bien loin des contextes habituels des entraînements dans les camps de manœuvre. Il faut faire face à l’inattendu, aux contraintes logistiques, aux élongations. Il faut s’adapter, réagir hors planification, sortir des schémas de l’Ecole de guerre, oser, prendre des risques et assumer les pertes.

C’est ce qui fait la force de nos armées et l’envie sinon l’admiration de nos alliés. Mais que l’intendance ne suive pas n’est pas nouveau, même s’il m’est permis de constater par expérience que cela suit beaucoup mieux aujourd’hui qu’hier et que nos mécaniciens continuent à faire des miracles. Quant à la vision stratégique, elle me semble claire : l’Afrique sahélienne et subsahélienne reste une priorité et ne doit pas passer sous le contrôle des islamistes.

Rassurer la population. Sur le théâtre national, la mission Sentinelle concerne pour l’essentiel l’armée de terre. C’est une mission nouvelle, mais il était illusoire ou irresponsable de croire qu’un gouvernement quel qu’il soit ne ferait pas appel aux armées pour rassurer la population en cas de menace intérieure. Certes, on a pu entendre dans nos rangs que les expériences passées militaient contre cet engagement. La question n’est pas une question d’efficacité opérationnelle, mais aussi d’action psychologique auprès de nos concitoyens.

L’armée de Terre, après quelques mois, a trouvé sa place dans cette posture permanente de sûreté terrestre, à l’instar de l’armée de l’Air et de la Marine en adaptant la mission à sa main, en évitant de participer au maintien de l’ordre, en arrêtant les dissolutions engagées dans le cadre de la loi de programmation militaire actuelle (LPM) et en obtenant de remonter ses effectifs de plus de 11 000 hommes. Peut-être faudrait-il rappeler qu’elle avait déjà été engagée dans une mission voisine en Nouvelle-Calédonie et qu’elle l’accomplit depuis des années en Guyane avec brio.


Lire la suite sur http://www.lopinion.fr


Le Général Henri Poncet (2S), retiré du service actif, a commandé les forces spéciales française (COS) de 2001 à 2004, puis l’opération Licorne en Côte d’Ivoire.


Le logo Le Colonel est une production de la maison Duriot. Retrouvez le sur le blog http://duriot.wordpress.com/

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

3 thoughts to “Armée française: l’apocalypse n’est pas pour demain”

  1. Heureusement pour le général Desportes, le général Poncet ne peut plus jouer avec les sacs plastiques: ils sont interdits maintenant dans les commerces.

  2. Si l’analyse des actions militaires assurées par nos forces me semble bien correspondre à la dure réalité, il n’est cependant pas rassurant de suivre l’auteur du billet dans la projection qu’il envisage pour l’avenir de nos armées. Le nombre de menaces identifiées pour l’heure, (sans compter celles que nous ne soupçonnons pas), devrait inciter les candidats au poste suprême qui se disent responsables et ardents défenseurs des intérêts de la France, à s’engager pour consentir un effort significatif, quelque soit le coût, vers une augmentation du budget de la défense. C’est une priorité, d’une part, afin de donner les moyens nécessaires aux forces armées pour accomplir leurs importantes missions au service de la nation, et d’autre part, pour s’appuyer sur la puissance militaire de la France, seul atout actuellement pour redonner une efficacité à notre diplomatie et à l’ influence française à travers le monde. Il est temps de repenser en profondeur l’articulation de l’outil militaire français et d’en prévoir les moyens avec des programmes d’équipements adaptés.

  3. C’est une mission nouvelle, mais il était illusoire ou irresponsable de croire qu’un gouvernement quel qu’il soit ne ferait pas appel aux armées pour rassurer la population en cas de menace intérieure.

    C’est une mission nouvelle….., si bien sûr on fait preuve d’amnésie et omettons l’Algérie, française, durant 8 années de maintien de l’ordre, des millions de rapatriés qui n’étaient pas non plus, les bien venus, des milliers de soldats engagés, appelés et rappelés morts pour la France de Dunkerque à Tamanrasset.

Les commentaires sont clos.