Arthur Chevallier – L’armée, notre (dernier) bien commun

Publié le 21/05/2019 à 19:00 | Le Point.fr

© Pierre Duriot

CHRONIQUE. Malgré les révolutions, les changements de régime et les effets de mode, l’armée a toujours gardé une place spéciale dans le cœur des Français.

Il y a, au fond de chaque Français, l’audace de Valmy, la ténacité de Verdun et la ferveur de la Libération de Paris. Ces tempéraments somnolent jusqu’à ce qu’un roulement de tambour réveille la nation et la fédère autour de son armée. Cela s’est produit le 14 mai dernier, à l’hôtel des Invalides, lors de l’hommage rendu aux deux soldats morts lors d’une opération de sauvetage d’otages au Burkina Faso. La communion exemplaire et systématique du peuple et de ses militaires rappelle que l’armée française est une armée de citoyens, ce qui en fait une exception culturelle.

« Nul, quand la patrie est en danger, nul ne peut refuser son service. » Cette phrase prononcée par Georges Danton en 1792 poursuit le serment de fidélité à la Constitution imposé aux soldats et aux officiers dès 1790. Parce que la patrie, déclarée en danger le 11 juillet 1792, devait être défendue, plus de 300 000 citoyens seraient mobilisés grâce à la première levée en masse (février 1793). Même Robespierre, célèbre pour son pacifisme, finit par concevoir la défense des frontières et l’expansion comme des raisons d’être de la Révolution. Comme le rappelle Patrice Gueniffey dans son Bonaparte, au sein d’une armée où 6 000 officiers, la plupart aristocrates, avaient émigré ou démissionné à la fin de l’année 1791, c’est près de 1 000 généraux qui seront nommés de 1791 à 1793.

https://www.lepoint.fr/histoire/arthur-chevallier-l-armee-notre-dernier-bien-commun-21-05-2019-2314136_1615.php?

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

2 thoughts to “Arthur Chevallier – L’armée, notre (dernier) bien commun”

  1. quid , d’une « armée européenne » annoncée par micron, laquelle sera inévitablement commandée par l’allemagne, donc inutilisable vu le pacifisme allemand, il n’y a qu’a voir les maigres effectifs allemands au sahel , désarmés, ce qui contraint nos soldats à assurer leur protection!
    ce concept relève de la haute trahison et les dirigeants français qui le soutiendraient seront jugés pour cela, et, je l’espére, pendus.

Les commentaires sont clos.