« Au royaume sans frontières de l’économie mondiale….. »

Par Coralie Delaume, le 08 mai 2016

L’arène nue


« sans attachements nationaux, les gens ont peu d’inclination à faire des sacrifices ou à accepter la responsabilité de leurs actions » //RR


Un ami m’a rappelé récemment qu’il s’agissait de l’un des livres les plus utiles pour comprendre l’époque. Ce qui est vrai. Pourtant, il a été publié en 1995. C’est le dernier ouvrage du sociologue et historien américain Christopher Lasch. Voici un court extrait de La révolte des élites et la trahison de la démocratie.

***

« Le monde de notre fin de XX° siècle un singulier spectacle. D’un côté, il se trouve uni par l’action du marché comme il ne l’a jamais été. Le capital et le travail circulent librement à travers des frontières politiques qui semblent de plus en plus artificielles et impossibles à faire respecter. D’un autre côté, les allégeances tribales ont rarement été mises en avant avec autant d’agressivité (…).

C’est l’affaiblissement de l’État-nation qui sous-tend ces deux évolutions : le mouvement qui va vers l’unification et le mouvement apparemment contradictoire qui va vers la fragmentation. L’État ne peut plus contenir les conflits ethniques, ni, d’autre part, les forces qui conduisent vers la mondialisation. Idéologiquement, la nation se trouve attaquée sur deux fronts : par les défenseurs des particularismes ethniques et raciaux [aujourd’hui on pourrait ajouter « et religieux »], mais aussi par ceux qui soutiennent que le seul espoir de paix réside dans l’internationalisation de tout, depuis les poids et mesures jusqu’à l’imagination artistique. (…)

Au royaume sans frontières de l’économie mondiale, l’argent a perdu tous ses liens avec la nationalité (…). Le mouvement de l’argent et de la population à travers les frontières a métamorphosé toute idée de lieu. Les classes privilégiées de Los Angeles se sentent plus d’affinités avec leurs homologues du Japon, de Singapour et de Corée qu’avec la plupart de leurs compatriotes.

Les mêmes tendances sont à l’œuvre dans le monde entier. En Europe, les référendums qui se sont tenus sur la question de l’unification ont révélé une faille profonde et qui va en s’élargissant entre le monde politique et les membres les plus humbles de la société, qui redoutent que la CEE ne soit dominée par des bureaucrates et des techniciens dépourvus de tout sentiment d’identité ou d’appartenance nationale. Une Europe gouvernée de Bruxelles sera de leur point de vue de moins en moins sensible au contrôle des peuples. Le langage international de l’argent parlera plus fort que les langues locales. Ce sont ces peurs qui sont sous-jacentes à la résurgence des particularismes ethniques en Europe, tandis que le déclin de l’État-nation affaiblit la seule autorité capable de maintenir le couvercle sur les rivalités ethniques. Par réaction, la renaissance du tribalisme renforce le cosmopolitisme chez les élites.


Lire la suite sur http://l-arene-nue.blogspot.fr

 


L’info continue sur Facebook Le Colonel Actualités

 


 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :