Dérive liberticide : des avocats montent au front. Et pas qu’eux!

Par Jean-Dominique Michel

La situation en France a quelque chose de terrifiant : nous voyons basculer dans l’abjection et l’ignominie une nation qui a été une référence mondiale en termes de droits de l’homme et de défense des libertés.

Je sais combien la comparaison agace, mais combien cela fleure-t-il bel et bien l’Allemagne des années 30. Les quelques lucides à cette époque virent basculer une nation de culture, de pensée, de littérature, de grande musique dans cet état barbare, emportés par les diableries d’un vrai psychopathe. En ce qui concerne Emmanuel Macron, la question se pose désormais…

Comment peut-on en effet pareillement maltraiter, violenter, truander, asservir et même (selon les définitions prévalant en la matière) torturer son peuple sans la moindre vergogne ni le sens de la parole donnée.

Faut-il rappeler les assurances que l’autocrate donnait encore il y a peu, la bouche en cœur, sur le fait qu’il ne saurait y avoir de pass sanitaire ou de vaccination obligatoire dans le pays des Lumières, ajoutait-il, qu’était la France ?

Lire la suite

Faire de nous des captifs via les mises à jour

Publié par Pierre Duriot sous le titre : « Via les mises à jour »

Il faut bien comprendre le nouveau paradigme économique. Une entreprise, quelle qu’elle soit, pour être rentable, doit avoir des clients solvables et fidèles, si possible même, captifs. Finie l’époque où il fallait avoir le meilleur produit, pour vendre plus et se démarquer des concurrents.

Lire la suite

Temps de travail. Halte au feu

Tout le monde en prend pour son matricule et ceux qui se sentent plus ou moins concernés par cette « mise au point » de Nicolas Gros-Verheyde devraient ouvrir ce lien. Pour certains, on peut même parler de « souffle du boulet de canon » qui passe vraiment très, très près. //RO

L’arrêt rendu par la Cour de justice le 15 juillet a suscité une série de prises de position. L’ancien premier ministre Edouard Philippe (LR) y est allé de sa prose dans une tribune publiée dans le Monde. Le porte-parole des armées, Hervé Grandjean, a enchaîné dans les colonnes du Figaro. Une flambée vibrionnante, arguant de la défense de l’honorable patrie face à l’odieuse Europe, qui se retrouve aux limites de l’exactitude, en restant extrêmement gentil (1). A ce niveau là de responsabilité, le genre d’arguments utilisés est sidérant, tellement ils sont pour certains carrément faux. Dans tous les cas, ils témoignent d’une méconnaissance et d’un mépris certain pour la chose européenne.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :