Armées, Budget, Défense, Finance, Politique

Bercy veut amputer le budget de la défense 2017 de 850 millions d’euros

261

Par Michel Cabirol  | 

La Tribune

 

 

© Logo by Pierre Duriot

 

Après avoir gelé 2,7 milliards d’euros de crédits, Bercy a récemment transmis à Matignon une proposition pour réduire de 850 millions d’euros le budget de la défense en 2017. Les arbitrages ne sont pas encore tranchés.

Le ministère des Armées est bien dans le collimateur de Bercy. Après une parenthèse de cinq ans où l’ancien ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a défendu avec succès son budget, le ministère de l’Économie est revenu depuis le début de l’année à la charge pour contraindre le ministère des Armées à faire des économies. Après avoir gelé 2,7 milliards d’euros de crédits avant l’arrivée du gouvernement Philippe comme l’a révélé La Tribune, Bercy a récemment transmis à Matignon une proposition pour réduire de 850 millions d’euros le budget de la défense en 2017, selon nos informations. Le blog Secret Défense avait révélé ce montant jeudi. Pour autant, les arbitrages n’ont pas été encore effectués.

Arbitrages chez Macron?

Le gouvernement a promis jeudi de préciser sous quinze jours le tour de vis prévu pour contenir le déficit public à 3% en 2017. « J’ai proposé au Premier ministre un certain nombre d’économies » et il « va rendre des arbitrages dans la semaine », a annoncé le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, rappelant que Bercy devait trouver 4 à 5 milliards d’euros pour respecter en 2017 les règles budgétaires européennes. « Tous les ministres sont solidaires, (…) donc il n’y aura pas de logiques de l’un contre l’autre », avait-il rappelé début juin.

« Aucun ministère, aucun opérateur, aucune niche fiscale ne sera sanctuarisé. Partout, nous chasserons la dépense inefficace et le saupoudrage de crédits », a d’ailleurs confirmé mardi le Premier ministre Édouard Philippe lors de son discours de politique générale. Si le ministère des Armées devait être touché par des économies budgétaires, les promesses d’Emmanuel Macron, relayées par Édouard Philippe, ne seraient finalement que des… promesses, qui n’engagent que ceux qui les écoutent alors que les armées réclament plus de moyens pour assurer leurs missions face aux menaces terroristes.

En novembre 2015 juste après les attentats, François Hollande avait à juste raison considéré devant les sénateurs et députés français réunis en Congrès au château de Versailles que « le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité budgétaire européen ». Emmanuel Macron, qui va devoir arbitrer entre Bercy et l’Hôtel de Brienne, va-t-il être le président qui va changer ce dogme?

Lire la suite sur http://www.latribune.fr

 

 

 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l’Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST – Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales – INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!