Bienvenue dans l’ère du « PoutInternet »

Par Yannick Chatelain – Le 07 septembre 2019 – Contrepoints

« Sans réajustement de cette loi, nécessitant plus de clarté, et, outre des vœux pieux, intégrant au sein de cette autorité administrative des garde-fous garants d’une indépendance sans faille, alors outre la censure proactive déjà possible, le délit d’opinion est aux portes de la France, aux portes des démocraties ! C’est difficile à croire, difficile à lire, mais ce ne sont là des faits rien que des faits. » //YC

© Pierre Duriot

Se dirige-t-on vers la mort annoncée d’Internet par une fragmentation de la communauté Internet ? Ce qui paraissait impossible hier ne relève plus de l’impensable à terme. La machine à détruire l’Internet mondial semble lancée.

Comme le soulignait le chroniqueur Laurent Alexandre en octobre 2018, la perspective d’une balkanisation de l’espace cyber, le « splinternet », se précise. Il écrit dans les colonnes de L’Express : « la fragmentation d’Internet, sous l’influence de facteurs technologiques et politiques qui menacent de le faire éclater le long des frontières géopolitiques, a débuté : la Chine a érigé un Great Firewall, et certains pays comme le Pakistan ont déjà bloqué des pans entiers du web accusés d’être « blasphématoires et non islamiques » »

Dans la même veine, un pays comme l’Iran avait dès 2012 déjà créé un Intranet national pour son administration, avant de poursuivre sa marche en avant vers un Internet national de plus en plus isolé de l’Internet mondial. Depuis août 2016, ce qui est qualifié d’Internet « halal » – un intranet national – est une réalité en Iran. Son nom : « Réseau national d’information » (RNI ou Shoma, pour son acronyme persan). Tout un programme !

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.