Bombe à retardement ? L’Europe face au défi de la sociologie disproportionnellement masculine des migrants

Par Atlantico, le 09 janvier 2016


Ce constat date de janvier 2016. Qu’en est-il aujourd’hui ? Pas assez de recul ou « après nous le déluge » ? Evidemment, pour le pouvoir, c’est motus et bouches cousues… Mon opinion sur ce sujet : c’est déjà trop tard. //RO


 

 

Il y a migrant et migrant. Une très forte proportion de migrants sont des jeunes hommes seuls, et l’Europe ne commence que lentement à prendre conscience des conséquences de ce fait…

La vague des agressions sexuelles du Nouvel An a secoué l’Europe. 106 femmes ont rapporté avoir été agressées, comme nous le rapportions. Mais il n’y avait pas qu’à Cologne que ce genre d’agressions ont eu lieu.

En Suisse, six femmes ont rapporté des agressions de même nature, rapporte le Daily Mail. En Allemagne, la police a rapporté 39 cas à Hambourg, 7 à Francfort, 3 à Stuttgart et 5 à Bielefeld. En Autriche, des attaques similaires ont eu lieu mais n’ont été rendu publiques qu’après que des jeunes femmes soient allées voir les médias, selon le quotidien national Osterreich.

 

En Finlande, d’après le Daily Telegraph, la police a rapporté une vague d’agressions sexuelles « généralisées », « sans précédent » et « coordonnées ».

Les migrants sont surtout des hommes, et beaucoup de jeunes hommes, seuls

 

Ces faits atroces nous forcent à prendre en considération un aspect de la crise des migrants dont personne ne veut parler : le ratio hommes/femmes des migrants reçus par les pays européens. D’après les chiffres de l’Organisation internationale de la migration (OIM), 66,26% des migrants adultes inscrits en Italie et Grèce sur 2015 étaient des hommes. 

Ce chiffre déjà frappant sous-estime la situation. En effet, plus de 20% des migrants sont des mineurs de moins de 18 ans, et selon les estimations de l’OIM, plus de la moitié des mineurs venant en Europe sont des mineurs non-accompagnés–et 90% des mineurs non accompagnés sont de sexe masculin. 

En Suède, le pays qui a accueilli le plus de migrants en proportion de sa population, 71% de ceux qui ont fait une demande d’asile sont de sexe masculin, selon les chiffres officiels. Plus de la moitié des migrants mineurs étaient des mineurs non accompagnés, et environ 90% d’entre eux sont de sexe masculin.

Les conséquences sont frappantes. D’après des chiffres du statisticien suédois Hans Rosling, on peut estimer qu’avec l’arrivée des migrants, à la fin de 2015, il y avait 123 adolescents masculins de 16 et 17 ans en Suède pour 100 jeunes filles du même âge. Par comparaison, en Chine, le pays avec le ratio homme-femme le plus déséquilibré au monde, il y a 117 adolescents de sexe masculin pour 100 jeunes filles dans le même groupe d’âge. Comme l’écrit Valerie Hudson, professeur à Texas A&M University et spécialiste de ces questions, si le flux continue, chaque nouveau gruope d’adolescents aura le même déséquilibre de sexe, et ce fait deviendra un fait accompli de la société suédoise, avec des conséquences sociétales sans précédent.


Lire la suite sur Atlantico

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

4 thoughts to “Bombe à retardement ? L’Europe face au défi de la sociologie disproportionnellement masculine des migrants”

  1. Ma citation tirée de la page 304 s’est perdue, c’était la suivante :
    « Les pays qui, au XIX° siècle, attiraient des colons en offrant des terres recevaient des paysans dont la capacité de travail excédait les possibilités de leur terroir d’origine. Les pays qui, au XX° siècle, attiraient des colons en offrant des allocations d’oisiveté recevaient des parasites profiteurs. Évidemment les pays qui, au XXI° siècle, appellent des colons à venir relever par leur fertilité la natalité européenne défaillante reçoivent de jeunes hommes en pleine forme avides de stupre et de luxure, issus d’ailleurs d’une culture où le sexe est plus un rapport de violence et soumission que d’amour. »

  2. avec le regroupement familial imposé à tous les pays par l’Europe, pas de problèmes pour eux, une fois installés définitivement dans nos pays.
    L’immigration pour raisons familiales constitue depuis plus de vingt ans le principal canal de l’immigration légale en Europe.
    En France 43% des entrées se font par ce biais et 52% en Belgique.

  3. Bonjour;

    Pour conforter vos analyses remarquables, s’il en était besoin, l’ouvrage de Laurent OBERTONE, – Guerilla – dépeint avec grande acuité les évènements que vivra la France de demain.
    Merci vivement.

Les commentaires sont clos.