#Brexit : j’ai mis ma main entre les deux caisses et mon doigt dans le trou du fût…

Le Colonel, le 24 juin 2016

 


 

 

Je n’avais vraiment, mais vraiment pas envie de commettre un billet à propos de ce fameux #Brexit dont l’issue du scrutin m’a quand même étonné, tant j’étais persuadé que le « Remain » allait l’emporter. C’était compter sans mes fidèles lectrices et lecteurs qui m’ont titillé si je puis dire pour que je réagisse à ce bouleversement au sein de l’Union Européenne.

Je vous le dis d’emblée, ce billet ne volera pas bien haut car je suis un généraliste et non pas un spécialiste S-Brexit. La seule chose que je sais, c’est que je suis un eurosceptique convaincu. Je salue le choix qui a été fait aujourd’hui chez nos voisins d’Outre-Manche.

J’en entends déjà qui disent, à l’instar de Marine Le Pen, « il faut un référendum en France ! ». Et là je réponds « il ne faut pas confondre vitesse et précipitation ». Comme l’on dit chez nos voisins, « Wait And See » Madame Le Pen et consorts.

D’abord parce que vous croyez sincèrement que François Hollande et sa clique vont vous l’accorder ce référendum ? Pas plus que Nicolas Sarkozy et tous les autres. Madame Le Pen me semble bien naïve.

Alors quoi ? Il n’y aura pas d’effet domino. La France est entrée dans l’UE contrainte et forcée. Nous y avons le mis le doigt. Les eurocrates nous ont pris le bras puis, progressivement, tout le reste. Nous y avons perdu, non pas notre virginité mais notre souveraineté. On nous a enchainés à Bruxelles. Et désormais Bruxelles et les États membres nous tiennent par les couilles. Des directives très strictes vont être appliquées très rapidement afin d’éviter la contagion. Nous sommes prisonniers de l’Europe.

C’est la raison pour laquelle nous pourrons toujours réclamer un référendum en France (ou ailleurs), il n’y en aura pas. La piétaille que nous sommes continuera de regarder l’évolution de la situation Outre-Manche. La censure tournera à plein régime. Y compris après les élections présidentielles de 2017. Car à part le Front National, qui osera proposer un référendum aux Françaises et aux Français ? Certainement pas Nicolas Sarkozy…

Alors, pour bien comprendre la situation dans laquelle nous nous trouvons, je vous propose de faire ce petit test.

Répétez dix fois de suite en accélérant la diction : « J’ai mis ma main entre les deux caisses, et mon doigt dans le trou du fût ».

Vous comprendrez très vite que « nous sommes dans la merde »!


Le Colonel vous salue bien


Illustration de Une : Going it alone: some argue that freedom from EU rules would make Britain …
theguardian.com

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

9 thoughts to “#Brexit : j’ai mis ma main entre les deux caisses et mon doigt dans le trou du fût…”

  1. Oui, effectivement, ce n’est QUE de la Nutella. Je n’ai pas voulu pousser ma recherche sur d’autres mots. 😉

  2. C’est vrai que l’optimisme n’est pas mon point fort. Je me dis « ça ne marchera pas » et si ça marche, je suis content, si ça ne effectivement pas, je me dis, « tu vois, encore une fois, tu avais raison »…

  3. Merci Colonel ! Je pensais comme vous, après l’assassinat de Mme COX, soit que le BREXIT n’avait plus aucune chance. Une chaîne télé vient de balancer ce midi (dans les petites bandes annonces en bas de l’écran) que 66% des Français sont contre la sortie de l’U.E. Ben v’là t’y pas que les Français sont plus « cons » que les Anglais maint’nant !

    Que l’U.E. continue à nous étrangler un peu plus chaque jour, il va se lever un vent d’une rare violence qui va la balayer et l’envoyer au diable ! Et ce n’est pas un Sarkozy, un Juppé, un Hollande, un Valls qui vont pouvoir l’arrêter.

    Je suis plus optimiste que vous Colonel car il suffit de voir l’affolement général que suscite cette sortie de l’U.E des Anglais, au niveau de nos dirigeants. Ils sont crispés, ont la mine défaite. Grand empressement pour réunion de « CRISE » …On pourrait presque leur chanter, en roulant les R : les yeux battus, la mine triste et les joues blêmes, tu ne dors plus, tu n’es que l’ombre de toi-même…Valls était livide ce midi et Hollande très congestionné…

    Le chaos ce n’est point la sortie de l’U.E. Monsieur Valls, le chaos c’est VOUS !

  4. pas d’effet domino en france (les français trop couillons ne sont pas encore assez mûr de toute manière), mais par contre, il y aura effet domino dans d’autres pays …
    A suivre donc, c’est peut-être en effet la fin de la technocratie … qui ne partira pas sans lutter et sans nous faire des coups de put..s de toute manière !

  5. Nous sommes dans la « merde » pour le plus grand plaisir de coqs gaulois.
    D’après la photo, vous avez été pris les doigts dans le pot de Nutella !

  6. Ils ont eu le courage de le faire .
    Ils ont eu le courage de dire non à la médiocratie des élites mondialistes ne pensant qu’au « bénéf » qu’ils pourraient effectuer en piochant dans la poche des « sans dents  » européens.
    un financier ne disait-il pas il y a quelques temps  » il faut obliger les – basses classes- à vivre à crédit . »
    Vous avez écouté les « pleureuses cocufiées  » du OUI ????
    elles ne pensent qu’à leurs propres pertes financières et leurs petits avantages disparus .
    Et surtout la fermeture de la porte qui devait laisser le marché financier américain , envahir l’Europe en passant par la G.B.

    C’est SOROS qui doit être déçu , à force de prendre l’Europe pour un paillasson sur lequel il pouvait jouer aux échecs , là il vient d’être mis échec et mat .

    Oh je ne me fais pas d’illusion pour lui , il se refera une santé financière en voulant mettre au pas d’autres pays tel la Hongrie et la Pologne .

    Tout cela valait-il d’assassiner la députée Jo Cox ???? .

    Plus un mot de sa disparition , les discours durant cette fin de campagne n’ont portés que sur les hausses et baisses des graphiques financiers .

    Il faut quitter cette Europe qui n’a été créée que pour la finance , les banques mondiales ,les avocats internationaux

    Surtout que l’on ne dise plus que son but principal était d’avoir la paix en Europe .

    Oui pour une Europe, mais une autre Europe . Commençons par virer l’OTAN et construisons une véritable armée européenne ( car actuellement il n’y a que la France qui se bat sur les conflits en Afrique pour lutter contre le terrorisme .

    Oui il nous faut créer une autre Europe , ou l’ouvrier Roumain ( chez lui ) aura ( pour un même travail et une même qualification ),les mêmes avantages , salaires, conditions de travail qu’un ouvrier allemand ou français , ce qui évitera les  » ouvriers itinérants  » .
    Oui pour une Europe dont la couverture médicale de ses habitants sera la même à l’EST qu’à l’OUEST .

    Oui pour une Europe pouvant contrer l’expensionisme Américain

    Oui pour une Europe s’ouvrant aussi au marché Européen , c’est à dire vers la RUSSIE .

    Non à ces larbins dont les yeux ne brillent que lorsqu’ils voient la couleur du billet vert du dollar américains , et qui sont prêt à vendre , Patrie, père et mère pour en toucher quelques biffetons .

    Oui pour une Europe unie, forte et fière .

    BRAVO LES ROSBEEFS même si vous avez cramé notre pucelle : jeanne d’ARC
    Vous ne l’avez pas dépucellée mais vous en avez quand même dans le pantalon …
    Je pourrai rajouter milles et une ligne , mais je vais m’arrêter là

  7. Je suis devenu eurosceptique le jour où Sarkozy s’est assis sur le vote du peuple Français en 2007. Quand je vois la suffisance des pseudos dirigeants européens (les Barruso, Juncker et consorts), je suis très en colère; mais vous avez raison, sauf à élire en 2017 un président issu du front national, je ne vois pas un référendum sur la question organisé en France avant longtemps, à moins que…..les égoïsmes nationaux ont encore de beaux jours devant eux!

Les commentaires sont clos.