Burkina-Faso : que les médias aillent « défaker » ailleurs…

Régis Ollivier – Le 12 mai 2019 – Le Colonel 3.0

© Pierre Duriot

L’action, à la fois héroïque et tragique menée par les Forces Spéciales françaises pour la libération initialement prévue de deux otages français a fait couler beaucoup, beaucoup d’encre. Sous l’effet de l’émotion, de la tristesse, de la colère, de la haine parfois, nous avons donné libre cours à nos sentiments. De nombreuses réactions sont encore publiées aujourd’hui. En ce qui me concerne, ce billet devrait très certainement être le dernier sur cette triste actualité.

Depuis hier, j’ai en effet constaté que des hordes de loups sortent du bois pour « défaker » les fake news de la fachosphère (sic). « Marianne », qui est capable du meilleur comme du pire à tiré son coup en premier suivi en cela par Le Monde et son équipe de décodeurs-déconneurs de la pire espèce. Imités par les « débunker » en tous genres, les « désinfoxeurs » et autres fossoyeurs nauséabonds. Des loups et des hyènes. Celles qui puent de la gueule, c’est bien connu puisque ce sont des charognards.

Même le ministre Le Drian n’a pas été épargné par cette horde de morts-vivants.

« Non, la zone n’était pas en rouge ». « Le Drian coupable de fake news ». J’en passe et des meilleures. Dont le seul objectif est de défendre bec et ongles nos deux tourtereaux partis en voyage dans une zone uniquement signalée comme « déconseillée ». Le mot à lui seul était pourtant fort : dé- cons-seillée. Interdite aux cons quoi!

Et pour ensuite justifier la mort de nos soldats, normal puisque c’est leur métier. Je vous laisse apprécier les esprits tordus de nos merdias.
Tenant un os à ronger, nos charognards n’entendent pas le lâcher de sitôt. Et si l’on n’y prend garde, ils viendront « défaker/déféquer » sur nos glorieux soldats.

Je note cependant, sur cette action commando, un élément qui pourrait être considéré comme une erreur par certains. Le commando s’est lancé à l’assaut des terroristes sans tirer un coup de feu. Ils ont été abattus presque à bout portant.

Nul doute que cette manoeuvre a été décidée en une fraction de seconde, preuve du courage, de l’abnégation et de l’héroïsme de nos soldats d’élite. Ils ont agi ainsi afin de préserver la vie des otages (2 initialement) sans préserver la leur.

Par respect pour nos soldats, pour leurs familles et amis, pour l’Institution dans son ensemble, je fais le choix aujourd’hui de ne plus partager cette information tragique qui fait toujours la une des médias.

Néanmoins, et en tant que de besoin, je ne laisserai passer aucun commentaire qui viendrait salir la mémoire de nos soldats et de l’Armée française dans son ensemble.

Alors que les médias aillent défaker ailleurs. Nous allons veiller sur eux.

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

6 thoughts to “Burkina-Faso : que les médias aillent « défaker » ailleurs…”

  1. Le débriefing des opérations spéciales fait partie du secret défense et nous ne saurons pas avant plusieurs années si il y a eu des erreurs ou de la malchance ,sachant qu’aucune OPs est gagnée d’avance,les meilleurs soldats du monde sont toujours à la merci des impondérables ,mais ce qui est certain que si la présence de deux otages de plus avait été connue l’ops aurait été différente.

  2. Il y a quand mêmes des questions qui fâchent et justement ont il réellement reçu un ordre d’intervenir sans ouvrir le feu, au vu des conditions, des otages pour le moins irrespectueux des consignes , l’as ton fait ou pas parce que envoyer des soldats dont on peut dire que si ils avaient accepté de la perdre pour sauver les autres , ce n’est pas pour leur faire faire n’importe quoi et les familles ont le droit eux d’y avoir accès

  3. Cela devient très inquiétant,car hier c’est une église qui est attaquée au Burkina par une trentaine d’hommes le prêtre et cinq fidèles assassines l’Afrique de l’ouest Semble devenir hors contrôle car eu plus des coupeurs de route,des terroristes ,une guerre sournoise ethnique semble s’installer entre les peuls,bambara et touaregs

  4. Sauf que j’en ai marre d’entendre parler de « soldats d’élite ».
    Il s’agit en fait et vraiment de : « Soldats d’un Corps d’Élite ».
    Le C.O.S. est composé d’éléments de Corps d’Élite, comme, effectivement, le « Commando Hubert ».

  5. Bonsoir,

    J’ai un peu honte de ma vie lorsque je vois certaines attitudes courageuses. Ils agirent aussi pour moi.

    Concernant les polémiques, je pense que certains sont idiots.
    Avec le temps, ils le découvriront et, je l’espère, changeront.

    Ceci dit, j’observe que le contexte politico-médiatique français ne prend pas la mesure de leur importance respective, de leur pouvoir, en somme.
    C’est dommage mais c’est ainsi.

    Cordialement,
    Julius.

Les commentaires sont clos.