Ça vient de sortir: l’accueil obligatoire des « errants »

Causeur


Le droit moral supranational contre l’Etat de droit

 

 

© Pierre Duriot


Pour saper les fondements de l’ennemi, comprenez l’Etat et les démocraties libérales, un nouveau genre de marxistes tente d’imposer un droit supranational. Dernière saillie en date: celle d’Etienne Balibar, dans Le Monde, qui veut instaurer un « droit international de l’hospitalité ».


Après avoir longtemps enseigné que le droit n’était qu’une superstructure au service de la classe dominante pour soumettre les classes exploitées, voilà maintenant que la gauche marxiste ou post-marxiste retourne sa veste et utilise le droit comme arme principale pour contraindre l’adversaire, adversaire qui n’est plus la bourgeoisie, mais l’État.

La nouvelle stratégie consiste donc à réclamer une loi afin qu’en la respectant, l’État devienne l’instrument de sa propre destruction. La France est déjà l’un des pays qui produit le plus de lois, notamment morales, quoiqu’elle soit également le pays où les lois sont le moins respectées. Exemple de loi morale récente (2016) : il faut protéger les prostituées, on n’interdit pas la prostitution. Mais il faut y mettre fin : on interdit l’achat « des services sexuels ». Le résultat, qui était prévisible, est désastreux, comme toujours lorsqu’il s’agit de lois morales. Le Parlement qui vote ces lois sait très bien que beaucoup d’entre elles sont nuisibles, mais il faut les voter pour satisfaire une opinion publique travaillée par les médias.

Protéger les « passeurs d’humanité »

On peut voir un bon exemple de ce mécanisme de préparation de l’opinion publique dans une intervention récente du philosophe Étienne Balibar publiée par Le Monde. Il y réclame, au bénéfice des migrants, renommés « errants », une réglementation internationale calquée sur la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, « obligeant les États » – entendez ceux de l’Union européenne et surtout la France. Obligeant à quoi ? À accueillir les « errants » ? Oui, mais… non. Pas à accueillir, mais à respecter les droits des « errants » à n’être pas refoulés. Saluons ici l’artiste dans sa maîtrise rhétorique et l’on comprend qu’à ce niveau de compétence les universités américaines l’aient déjà coopté !

Ce n’est pas tout. Accueillir les « errants », mais aussi protéger ceux qui les aident et qu’on appelle maintenant les « passeurs d’humanité ». Grandiloquence ! On se demande bien de qui il peut s’agir, surtout dans un discours prononcé dans la vallée de la Roya. Cédric Herrou ?

Lire la suite sur https://www.causeur.fr

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

2 thoughts to “Ça vient de sortir: l’accueil obligatoire des « errants »”

  1. Ceux qui interdisent  » l’achat « des services sexuels » sont les premiers à les utiliser.
    Quant aux errants qui flottent sur la mer, si les ONG, grassement payées par le milliardaire Soros, étaient supprimées nous n’aurions pas à subir l’ensauvagement de la France.

  2. Je me demande si le droit de faire et dire n’importe quoi est inscrit à la Constitution ?
    Voilà-là un sujet digne de la législature actuelle et de son président à Versailles.

Les commentaires sont clos.