Skip to main content

Carburants : le calendrier des hausses de taxes et leur impact sur les prix à la pompe

Capital

 

 

Un article qui intéresse tous les automobilistes et vaches à lait que nous sommes devenus. Démoralisant. //RO

 

© Tosque Jean-Louis

 

C’est programmé : les taxes sur l’essence et le diesel vont fortement grimper dans les prochaines années. Voici les hausses que vous allez subir, et leur impact potentiel sur le prix à la pompe.

Sacré coup de chaud pour les tarifs des carburants ! En un an, le prix du diesel s’est envolé de 21%, à 1,45 euro par litre, tandis que celui du SP95 a bondi de 15%, à 1,54 euro/l, selon les derniers relevés du ministère de la Transition écologique. La faute à la hausse des cours du pétrole, mais aussi au net relèvement des taxes sur ces carburants. La mauvaise nouvelle pour les automobilistes, c’est que ce coup de bambou fiscal va se poursuivre dans les prochaines années…

Le gouvernement a en effet prévu de relever progressivement la taxe carbone, ce prélèvement pesant sur les produits énergétiques en fonction de leur émission de CO2, jusqu’en 2022. Ce qui affecte le prix du fioul, du gaz… et bien entendu ceux des carburants. Pour ne rien arranger, le diesel, qui bénéficie actuellement d’une fiscalité favorable par rapport à l’essence, va subir un rattrapage tout au long du quinquennat. Sans oublier que la TVA sur ces carburants va aussi se renchérir, car elle s’applique, étonnamment, sur le prix incluant la taxe carbone…

Lire la suite sur https://www.capital.fr

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

2 thoughts to “Carburants : le calendrier des hausses de taxes et leur impact sur les prix à la pompe”

  1. Tant que ce gouvernement ne touche pas, d’une manière ou d’une autre, sur les VACANCES des français, il pourra taxer à peu prés n’importe quoi, n’importe qui et n’importe comment…

  2. L’Etat voleur & mafieux trouve toujours un prétexte pour nous racketter davantage. Cette fois c’est à cause du CO2… Comme trop d’impôts tue l’impôt, on ira faire le plein outre frontière à 50 kilomètres. On le fait déjà pour le tabac.

Les commentaires sont clos.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :