Ces moudjahidines du nikah françaises rappelées du Levant

Par Stratediplo, le 27 novembre 2017

Le Colonel 3.0

 

 

Le régime prépare manifestement plusieurs centaines de forfaitures

contre l’Etat de droit et les peuples de France.

 

 

© Logo by Pierre Duriot

 

La propagande pour tenter de faire passer pour français des enfants nés de parents inconnus dans les rangs de la guérilla islamiste en Syrie semble une priorité gouvernementale déjà présente dans tous les médias. On cite notamment Patrick Calvar, directeur de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure, qui aurait déclaré devant le parlement qu’il y avait au moins 400 mineurs français, dont un tiers nés sur place, dans la zone de ce que le gouvernement appelle « Daech ». D’autres citent des chiffres plus élevés mais concordent à qualifier de « français », donc ayant vocation à venir en France, des enfants nés à l’étranger et revendiqués par une Française incapable de présenter un acte de naissance ou de filiation même local, ni d’ailleurs le moindre justificatif valide de sa prétendue présence clandestine en Syrie ou en Irak. Or les articles 21-14-1 et suivants du code civil traitant de l’acquisition de la nationalité française par décision de l’autorité publique ne permettent pas n’importe quoi.
 
Evidemment le chiffre de 400 mineurs, plafonné depuis deux ans comme par une politique de numerus clausus des vocations ou de contrôle des naissances, ne tient pas plus que celui de 700 adultes si l’on compare avec les chiffres plus sérieusement établis par le gouvernement tunisien, qui a constaté sur une population du même ordre de grandeur que la population musulmane française un nombre de vocations féminines au djihad al-nikah guère inférieur à celui des vocations masculines au djihad tout court. Déjà en ce qui concerne le mercenariat masculin, en comparaison avec la Tunisie où la pratique religieuse est encore plus mal vue depuis le printemps vert qu’auparavant (alors qu’en France elle est encouragée et subventionnée) et où le départ pour le Levant est interdit et réprimé (alors qu’en France le gouvernement a officiellement autorisé l’appel au djihad), les chiffres annoncés par le gouvernement français semblent largement sous-estimés. Or de plus, en ce qui concerne les femmes, la Tunisie ne connaît pas le gros problème d’insertion communautaire, ou déséquilibre du marché matrimonial, bien connu des sociologues de France et de Navarre, à savoir que les jeunes françaises d’origine maghrébine ont des difficultés à trouver un mari dans leur communauté, où au-delà du flirt sans engagement on préfère retourner au bled épouser une cousine pas pervertie par l’école et les moeurs françaises et ravie d’être emmenée en France, ce qui ne peut d’ailleurs qu’encourager les jeunes musulmanes françaises dédaignées à affirmer et démontrer leur conviction mahométane et leur soumission à l’homme musulman.
 
Qu’on ait décidé de rappeler coûte que coûte (et il en coûtera) les mercenaires français partis au Levant s’engager dans une organisation vouée aux crimes de guerre (massacres, tortures et armes prohibées) et aux crimes contre l’humanité (génocide et réduction en esclavage), comme expliqué dans l’article précédent (www.stratediplo.blogspot.com/2017/11/ces-mercenaires-francais-rappeles-du.html), n’est pas tout. On a aussi décidé de rappeler les prostituées, ou moudjahidines du sexe (djihad al-nikah) engagées pour fournir leurs services à quatre combattants par jour, en plus de l’éventuel mari, selon les normes de l’Etat Islamique pour celles qui ne sont pas esclaves. Il y a peut-être aussi parmi ces femmes, membres d’une organisation coupable de crimes de guerre et contre l’humanité, de braves mères de famille monogames, mais aucun document légalement recevable en France ne permet de les différencier. Qu’ils soient de père connu ou pas, les enfants qu’elles amèneront en France auront bu l’islamisme depuis le sein d’une mère extrémiste et seront voués à jamais à cette idéologie puisque l’apostasie leur coûterait la vie. Les plus grands ont dû froidement assassiner des innocents et les plus jeunes ne sont pas français. Mais si l’impossibilité d’obtenir la nationalité française pour un enfant né clandestinement à l’étranger, de père inconnu et de mère déclarative, attristait suffisamment celle-ci pour qu’elle décidât de rester avec lui dans le pays (aujourd’hui en voie de pacification) où elle est allée risquer sa vie et celle de ses enfants, cet aveu de maternité ne saurait autoriser l’Etat à déroger, au profit de criminels, aux règles administratives et au droit de la nationalité imposés aux citoyens honnêtes, soumis pour leur part à de lourds parcours du combattant bureaucratiques.

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “Ces moudjahidines du nikah françaises rappelées du Levant”

Les commentaires sont clos.