Ces nouvelles armes qui rendent une guerre nucléaire moins improbable

Avec Emmanuelle Maître – Le 09 février 2019 – Atlantico

© Pierre Duriot

Atlantico : Selon une tribune de James Acton, du Carnegie Endowment for International Peace, le flou de plus en plus important entre les armes conventionnelles et les armes nucléaires augmenterait le risque d’un conflit atomique. Pouvez-vous rappeler ce que sont les armes à double usage ? Une arme à double usage utilisée avec une charge conventionnelle risque-t-elle d’être confondue avec une arme atomique, et donc de provoquer une riposte nucléaire?

Emmanuelle Maître : Une arme à double usage correspond à un système qui peut à la fois emporter une tête conventionnelle ou nucléaire. Il s’agit le plus souvent de missiles, sur lesquels différentes têtes peuvent être montées. Ces armes peuvent en effet être sources de confusion, car lorsqu’elles sont détectées en mouvement par un satellite ou un radar adverse, il n’y a aucun moyen de connaître la nature de la tête. Un Etat peut donc imaginer le pire et supposer qu’il est victime d’une attaque nucléaire. Cela peut l’inviter à engager à son tour une frappe nucléaire de représailles, sans même attendre que le missile retombe, pour être sûr de d’avoir les moyens de riposter. Ce type de posture, appelée en anglais « Launch-on-warning », symptomatique des films-catastrophes de la Guerre froide, n’a pas disparu de toutes les doctrines nucléaires des Etats dotés. Le danger des armes à double capacité est identifié depuis longtemps : ainsi, sous l’administration Bush, le Congrès américain avait refusé de convertir certains missiles nucléaires en armes conventionnelles intercontinentales pour justement limiter le risque de confusion.

https://www.atlantico.fr/decryptage/3565654/ces-nouvelles-armes-qui-rendent-une-guerre-nucleaire-moins-improbable-emmanuelle-maitre

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “Ces nouvelles armes qui rendent une guerre nucléaire moins improbable”

  1. Boff… Mme Maitre ne connaît pas son histoire. Par ex, les missiles sol-air Nike pouvaient tirer soit en nuke (40kt ou moins), soit des explosifs classiques (Chimiques). Ils pouvaient aussi tirer en sol-sol à 200km au choix etc
    La deterence est la défense. Autrement dit selon le Président Regan, « Je montre mes dents pour ne pas avoir à m’en servir ».

Les commentaires sont clos.