C’était, notre « Dame »…

Par le Capitaine (e.r.) J.M. – Ancien Officier  à Titre étranger

Le 19 avril 2019 – Pour Le Colonel 3.0

C’était comment ? Notre-Dame de Paris pleure Franceinfo



C’était notre « Dame » …

Plus de huit cent ans d’histoire disparus, ou il s’en faut de peu, dans les flammes. Comment ne pas éprouver une profonde tristesse devant cette scène incroyable ? Plus de huit siècles de travail, d’hommes et de femmes venues de tous horizons. Ils y ont parfois perdu la vie, ou ils y ont laissé leur santé, en construisant de leurs mains, avec amour, talent et abnégation, cette majestueuse cathédrale. Elle est devenue au fil des siècles un joyau connu et reconnu dans le monde entier. Comment ne pas avoir les larmes aux yeux devant un tel désastre ? Quelles autres émotions pourraient battre au travers du cœur des hommes après avoir vu ces images ?

Contre toute attente, la première fût la haine. Venue non pas d’un vil populiste, fasciste ou extrémiste, mais d’une toute jeune femme. Dont on peut se demander, où elle puise cette méchanceté et ce rejet des autres, tant ses propos sont incroyablement insultants pour ceux, athées ou croyants, qui ont été profondément émus par ce triste événement.

© 2019 Tous droits réservés Le Colonel 3.0

La deuxième fut la stupeur, où se mêlent une certaine forme de bêtise, des relents d’opportunisme, de récupération politique et dans ces circonstances particulières, aussi, un peu de lâcheté. C’est notre Président de la République qui a endossé ces habits peu glorieux. Reportant les résultats d’un grand débat, dont il ne maîtrise pas encore toute la communication, il est évident que ce report opportun lui convient malgré tout. Drapé dans le rôle de rassembleur, que lui impose sa charge, il tente de trouver des arguments pour resserrer ces liens qui n’unissent plus les français depuis longtemps déjà. Il peut alors avec un aplomb inouï, nous rappeler que « nous sommes ce peuple de bâtisseurs… », alors même qu’il y a quelques années, dans un autre discours, il déclarait à Londres, dans un pays étranger donc : « L’art français, je ne l’ai jamais vu». Puis, voilà la bêtise qui s’étale à la face du monde : « Nous reconstruirons la cathédrale, plus belle encore et je veux que cela soit achevé dans cinq années… ». Ne sait-il donc pas, qu’il n’y a pas de raccourci pour qui veut faire correctement son ouvrage. Les bâtisseurs de cette cathédrale le savaient et ceux qui vont la reconstruire, le savent également…

Enfin, alors même que je suis partagé entre nécessité et dégout, je suis pourtant submergé par le second. Il y a comme une vulgarité dans ces surenchères de dons : 100 millions, 150 millions, puis 300 millions. La nausée me vient lorsque le montant astronomique de sommes promises, ne suffit plus. Il faut maintenant, préciser « Que nous renonçons à sa défiscalisation… ». Plus d’un milliard d’euro déjà promis en moins de 24 heures. Voilà les riches, les plus riches, qui tels les marchands du temple, font entendre leur générosité. Eux aussi, sont émus devant ce drame national, c’est leur manière de le montrer. Que n’ont-ils fait preuve d’autant d’humanisme devant toute cette misère qui s’étale pourtant, depuis si longtemps dans notre pays. Que n’ont-ils « donné », pour qu’il y ait plus d’hôpitaux, de maternités, de crèches, que sais-je encore ? Ou lors de l’effondrement d’un immeuble à Marseille ? Puisqu’il est apparemment si facile de compter en centaines de millions d’euros, alors que pour le plus grand nombre, quelques dizaines seulement, font toute la différence à la fin de chaque mois…

© 2019 Tous droits réservés Le Colonel 3.0

Je ne confonds pas, loin s’en faut, tous ceux, les plus nombreux, qui avec de modestes moyens, ont offert leur don, dans l’anonymat le plus total. Quelques dizaines d’euro, parfois moins, surement pas de quoi, faire baisser leur impôt. Même ceux qui n’en sont pas assujettis, ont fait des dons identiques. Tous ceux-là, ont en commun, le même ressenti. Contrairement, à cette jeune femme raciste et stupide, à ce Président indigne et à la vulgarité des très riches, ils savent que cette cathédrale n’est pas qu’un assemblage de pierre, de bois multi-centenaire et de verre. 

Ils savent que cette cathédrale-là, est la nôtre. Elle est « Notre-Dame », réceptacle sacré, de tout ce que l’Homme à de bon en lui. Tous ceux et toutes celles qui ont pénétré un jour, dans ce lieu, ont ressenti quelque chose face à cette beauté, fruit du travail des hommes, de leur sueur et de leur sang. C’était cela, notre « Dame » et bien plus encore.

Maintenant, certains veulent la reconstruire, plus belle encore, plus moderne, plus contemporaine. L’argent est là. Ils en trouveront encore, pour que ce chantier aille vite et ne dure que cinq années, comme le veut notre Président. Prenez garde, que dans votre précipitation, votre arrogance à croire que vous maitrisez les choses, votre soif inextensible d’une parcelle de gloire, même éphémère, vous ne perdiez en route, le but à atteindre : Redonner au monde et à la France, Notre-Dame de Paris. Dans tout ce qu’elle était… 

© 2019 Tous droits réservés Le Colonel 3.0

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

3 thoughts to “C’était, notre « Dame »…”

  1. Comme toujours , dans votre article , tout est dit et bien dit , merci à vous
    Macron comme quelques présidents avant lui veut laisser une trace , sa trace dans l’histoire de la France ! Mais ce qu’il laissera sera celle d’un président narcissique et haineux de la France et des Français , celui qui dénigre la richesse de la culture française et celui qui importe le terrorisme sur notre sol !
    Notre cathédrale a brûlé , mais au delà de la pierre , Notre Dame veille et protège le royaume de France

  2. Bonsoir: comme pour d’autres sujets, pas d’amalgames – chaque chose à sa place. Même si parfois on est dans la démesure.

  3. Ma fille a 15 ans
    Elle se demande pourquoi tout à coup l’argent coule à flot pour Notre-Dame mais pas pour l’écologie, la pauvreté…
    En même temps, elle a été touchée et comprend combien il est important de la faire revivre, à l’identique. Elle ne veut pas d’un nouveau monument, elle veut être attachée à un passé, un patrimoine.

Les commentaires sont clos.