Cologne : Ça pue la pouffe!

Régis Ollivier, le 06 janvier 2016

Le Colonel 2.0

 

 

Des incidents, des faits divers, de la provocation… j’ai un peu tout lu sur les graves attaques qui se sont déroulées à Cologne, en Allemagne, la nuit de la Saint-Sylvestre. Bien qu’ulcéré par de tels agissements que les autorités locales ont tenté, sans succès, de dissimuler, je me suis dit « à quoi bon! ». À quoi bon commenter. Ce n’est pas chez nous, qu’ils se démerdent avec la merde noire voulue et entretenue par leur Chancelière, l’inénarrable Angela Merkel.

Alors certes, il y a eu des réactions plutôt timides. Le gouvernement a condamné ces violences tout en s’inquiétant quand même d’une possible stigmatisation des réfugiés. Angela Merkel a pris le téléphone et appelé la maire de Cologne, Henriette Reker, pour lui faire part de « son indignation face à ces actes de violence insupportables et à ces agressions sexuelles ».

Et puis, des éléments nouveaux nous sont revenus d’outre-Rhin et notamment la réaction indécente de cette Henriette Reker qui déclarait :« Nous n’avons aucun indice montrant qu’il puisse s’agir de réfugiés séjournant à Cologne » ou dans les environs, jugeant ce rapprochement « inadmissible » à la suite d’une réunion de crise dans la mairie. Avant de pointer du doigt de manière nauséabonde la responsabilité des victimes dans ces incidents.

Lors d’une conférence de presse totalement surréaliste, l’édile allemande a en effet demandé aux femmes d’adopter des règles de comportement pour éviter les agressions et être «mieux adapté». Elle souhaite même l’élaboration d’un «code de conduite», comme par exemple se tenir à l’écart de ces « bras armés »…

Dois-je pour autant en déduire que toutes ces jeunes femmes sont des « pouffes » qui se promenaient ce soir là seins et foufounes à l’air aux cris de « qui veut nous baiser? « . Ne riez pas, j’ai connu ça sur un autre continent…

Non, madame Reker, ces femmes, vos administrées, ont été agressées sexuellement ou agressées tout court. Et vous, tout ce que vous trouvez à gueuler, c’est qu’elles sont, en tout ou partie responsables de ces actes ignobles, alors qu’elles vivent et s’habillent « à l’européenne ». Madame Reker, vous faites pitié. Et pardonnez moi la comparaison, mais les « pouffes » ne sont pas celles que vous pointez du doigt, les jetant en pâture à la presse et à la vindicte populaire. Non! La véritable « pouffe » c’est vous Madame Reker. Vous êtes indigne d’endosser les attributs que le vote populaire vous a confiés. Vous n’avez aucune valeur pas plus que de pudeur.

Le pire dans cette affaire est que si de pareilles agressions avaient eu lieu en France, et nous n’en sommes pas à l’abri, je suis intimement convaincu que les réactions de nos « élites de gauche » eurent été identiques.

Ce monde est fou. À croire que tous les dirigeants et élus actuels font partie de la même secte.

 

Le Colonel vous salue bien.

 

Photo de Une : Source Reuters

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

8 thoughts to “Cologne : Ça pue la pouffe!”

  1. Eh oui, la connerie n’a pas de frontière. Quand on érige le déni de réalité au rang de pratiques usuelles, on en arrive à ça. La hantise de la stigmatisation raciale fait passer à la trappe tous les codes de dignité. Traiter les victimes d’irresponsables pour ne pas avoir à montrer du doigt un agresseur qu’il ne faut surtout pas nommer.
    Un classique… Mme Reker n’avait qu’à se pencher de l’autre coté de notre frontière commune pour admirer ses collègues français se livrer aux mêmes bassesses crasses

  2. Perfide et odieuse Merkel, et sa mairesse de Cologne qui ne vaut guère mieux. Les bons musulmans vont réussir à faire de toutes les Femmes Européennes non musulmanes des FEMMES GRILLAGEES !
    Pour que la démone Merkel n’arrive pas à imposer le voile grillagé à la gent féminine allemande , qu’elle s’en aille et mette les voiles !

    Vous avez raison Colonel, ces deux choses de sexe féminin Merkel et Reker sont deux « sukas »* qui s’ignorent.
    * Suka : pute en russe.

    Une anti-secte qui vous salue Général !

  3. LA BURQUA ou la FRUMKA ; vous dis-je

    il n’ a que çà de vrai!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    vous verrez nous y arriverons bientôt

    Moi je me suis déjà approvisionné en toile de jute pour faire des moustiquaires et des tenues de Belphégor .

    Vous ne croyez tout de même pas que je vais acheter des caches sexes en soie , pour ma moitié .

    Au prix ou est le tissu aujourd’hui ,je n’ai plus les moyens de vêtir ma chère et tendre . Heureusement qu’elle n’est :

    ni haute , ni enrobée.

  4. Le déni de réalité est un mal contagieux, c’est affligeant ! « Couvrez ce sein (et ce Saint !) que je ne saurais voir… » , »notre » gauche ne vaut pas mieux : schizophrène ,pudibonde( pénalisation des clients ) et laxiste (Bordel à Calais dans l’infâme jungle). Oui Colonel, nous sommes dans un monde de fous.

Les commentaires sont clos.