Colonel Jacques Hogard : « Il y a une instrumentalisation du génocide rwandais »

Le 08 avril 2019 – Boulevard Voltaire

© Pierre Duriot

Emmanuel Macron veut faire du 7 avril une journée de commémoration du génocide rwandais. Réaction du colonel (er) Jacques Hogard au micro de Boulevard Voltaire.

Emmanuel Macron veut faire de la journée du 7 avril une journée de commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda.
Seriez-vous d’accord avec le président Macron pour commémorer cet événement ?

Cela fait 25 ans que cet événement a eu lieu. J’y pense tous les ans, parce qu’il y a eu une tragédie au Rwanda. Je ne vois aucun inconvénient à se souvenir d’une tragédie. En revanche, je ne vois pas pourquoi nous en ferions une journée nationale de commémoration.
La France n’est, à mon avis, absolument pas concernée par ce génocide, contrairement à ce que toute une frange d’intellectuels et d’historiens veut nous faire croire. Je pense que faire cela serait donner crédit à la propagande du régime de Kagamé, largement co-responsable de ce génocide.
Par ailleurs, il est le responsable direct des massacres et des génocides qui ont suivi depuis 25 ans en RDC. Ceux-là, quant à eux, sont passés sous silence. Cette journée de commémoration du génocide des Tutsis est une mystification.

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

5 thoughts to “Colonel Jacques Hogard : « Il y a une instrumentalisation du génocide rwandais »”

  1. Bien que je ne sois pas Macroniste compatible, il faut se rendre compte que la « pression » exercee sur Macron au sujet du Rwanda provient d un etat etranger qui veut faire payer a la france ses votes au sein de l’ONU. Cet etat etranger vient d ailleurs d echanger des ambassadeurs, et cet etat etranger a ouvert sur son territoire un musee du genocide rwandais.
    Macron, pour les elections europeennes a besoin des voix de ces « doubles » nationaux .

  2. Rien ne doit laisser supposer que la France et ses soldats ont été coupables de génocide lors de son intervention au Rwanda. Commémorer par une journée nationale française est donc à l’évidence une déviance. Accabler nos soldats de l’époque est non seulement une forfaiture, mais aussi un message aux soldats d’aujourd’hui qui sont ainsi prévenus que leurs faits d’armes ne vaudront plus rien dans quelques années, si tel est le besoin de compromis politique qui ne manquera pas de venir.

  3. Notre seul tort c’est de n’avoir pas prévu ou pris en compte cette éventualité.Ayant servi plus de 3 ans dans les FAR( forces armées rwandaise) quelques années avant cette tragédie et ce en tenue, grade ,hiérarchie et missions rwandais,donc parfaitement intégré,j’avais ,détails aprés détails ,incidents aprés incidents,perçu la fatalité de ce scénario,et lors de ma visite de départ j’en avais informé le chef de la mission militaire française à l’ambassade à KIGALI qui m’avais regardé comme si j’étais un extra-terrestre.Ce que j’avais perçu comme simple exécutant les distingués analystes auraient du arriver à la même conclusion,peut être n’ont ils pas été écoutés.

  4. Macron nous fera tout voir… Là : instrumentaliser un génocide dont la France n’est pas responsable. Ce type est fou. Un psychopathe, comme l’a identifié un psychiatre italien au moment des présidentielles. Et comme il a déjà fait beaucoup de dégâts dans différents domaines, il serait bon que Macron soit destituè avant que ses nuisances ne soient irréversibles pour la France, donc pour nous-mêmes.

  5. Cherche t il une raison supplémentaire d’auto accuser notre Pays de tous les maux de la terre ? NON à cette « commémoration » d’un massacre qui n’est aucunement de notre fait, dont nous ne sommes ni victimes ni responsables .

Les commentaires sont clos.