Comment une start-up financée par la CIA s’est imposée au cœur des services de renseignement français

Par Benoît Collombat

Le 22 septembre 2018

RADIO FRANCE / FRANCE INFO

 

 

« L’entreprise a été financée en partie par le fonds In-Q-Tel, lié au service de renseignements américain. « C’est la CIA qui a financé le développement de leur projet, dans toutes ses facettes, explique l’ancien directeur du renseignement à la DGSE Alain Juillet. »

 

 

© Pierre Duriot

 

 

Une société américaine, Palantir, a un œil sur les données des services secrets français depuis un contrat passé en 2016. Ce marché est-il sans risque ? Pourquoi aucune société française n’a-t-elle pu rivaliser ? franceinfo a mené l’enquête. 

Le big data constitue aujourd’hui « le pétrole » des services de renseignements. Depuis 2016, une société américaine liée à la CIA, Palantir, travaille pour le renseignement intérieur français, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Existe-t-il un risque de fuite de données ? Enquête sur l’une des start-up les plus puissantes du monde.

Le mai 23 mai 2018, une cinquantaine de patrons de géants du numérique sont invités par le chef de l’État, Emmanuel Macron, lors d’une réunion baptisée Tech for Good. Parmi eux, figure Alexander Karp, le PDG de Palantir.

Il a fondé sa start-up en 2004, et elle reste peu connue du grand public. L’entreprise d’Alexandre Karp est pourtant devenue l’un des leaders mondiaux du traitement massif de données. Grâce à des algorithmes, Palantir fait se croiser et analyse des milliers de données différentes. « La promesse de Palantir, c’est de rendre visible ce qui est invisible à l’œil nu, en moulinant des données et en leur donnant du sens, explique Olivier Tesquet, journaliste et spécialiste du numérique à TélérémaPar exemple, ils vont deviner les zones de famine en étudiant l’évolution du prix du pain ou permettre à des entreprises de détecter des menaces internes en identifiant les fichiers partagés sur les ordinateurs. »

Lire la suite sur https://www.francetvinfo.fr

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

2 thoughts to “Comment une start-up financée par la CIA s’est imposée au cœur des services de renseignement français”

  1. Tiens on se réveille !!!!!

    Et après on se demande pourquoi la France est  » manipulée ».

    Le lavage de cerveau, le terrorisme informatique provenant de soit disant pays « amis » fait parti de la guerre électronique .

    Cela est dans l’ ADN de la CIA

    après les
     » cobayes de la CIA »

    voila les « aspirateurs » de la CIA dans les ordinateurs des services secrets français dans lesquels ont sait qu’il existe déjà des émules de Jonathan POLLARD

  2. La France est foutue, grâce à Sarkozy, Hollande et Macron. De Gaulle n’arrête pas de se retourner dans sa tombe à cause de ces trois ordures & traîtres.

Les commentaires sont clos.