Communiqué du Général (2s) François CANN, Grand-croix de la Légion d’honneur, Ancien membre du Conseil de l’Ordre.

Général (2S) François CANN, le 09 décembre 2015

Association de Soutien à l’Armée Française (ASAF)

Mise à jour : le 10 décembre 2015 à 20h31.*

Remerciements au Général (2S) François CANN pour ce communiqué et à l’ASAF pour ce partage. N’hésitez surtout pas à partager vous aussi ce communiqué. Excellente journée à toutes et à tous avec Le Colonel 2.0. //RO

 

Cet après-midi j’ai été informé par les présidents des SMLH 31 et 81 de l’intention du Président de la République de nommer Chevaliers de la Légion d’honneur les victimes décédées lors des attentats de ce 13 novembre.

Je suis surpris et indigné par cette intention.

 

Je suis surpris par la forme que prend cette affaire. Le Grand Maître de l’Ordre (tout Président de la République qu’il est) n’a pas le pouvoir discrétionnaire de nommer des membres dans l’Ordre de la Légion d’honneur sans avoir, au préalable, recueilli l’avis favorable de la Grande Chancellerie et plus précisément celui du Conseil de la Légion d’honneur dont les quatorze membres réunis sous la présidence du Grand Chancelier, s’opposeraient, j’en suis sûr, à ce non-respect de la réglementation.

J’ai siégé à ce Conseil de 1991 à 2011 aux côtés de treize collègues bénévoles et apolitiques. Avec eux j’ai eu l’occasion de m’opposer, à trois reprises, aux initiatives impromptues de trois Grands Maîtres, à savoir les Présidents Mitterrand, Chirac et Sarkozy. Nous l’avons fait avec le seul souci du respect de la réglementation, le Code de la Légion d’honneur.

Le Grand Maître peut toujours, évidemment, modifier un décret lui permettant de passer outre. Mais un tel « coup de force » serait perçu comme un geste inspiré par la démagogie ou bien l’électoralisme à un moment particulièrement propice.

 

Quant au fond de cette initiative, je suis indigné car la Légion d’honneur ne peut être décernée, à titre posthume, qu’aux citoyens ayant trouvé la mort dans l’accomplissement de leur devoir au service de la Nation.

La seule Légion d’honneur qui pourrait être éventuellement décernée serait celle qu’on pourrait imaginer pour le chien « Diesel », tué dans l’assaut qu’il avait donné contre les terroristes.

 

La Médaille militaire a été dénaturée le 26 juillet 2009 par l’initiative du Président Sarkozy, nommant chevaliers de la Légion d’honneur, à titre posthume, deux adjudants- chefs morts au Champ d’honneur alors qu’à ce titre, ils auraient dû se voir conférer la Médaille militaire.

Si demain la Légion d’honneur devait, à son tour, être dénaturée du fait d’une initiative démagogique alors, la Nation serait en droit de se demander quel respect portent les Grands Maîtres pour notre Premier Ordre national.

 

Général (2S) François CANN

Grand-croix de la Légion d’honneur,

Ancien membre du Conseil de l’Ordre.

 

Source : http://www.asafrance.fr

Lire aussi : 

Hollande envisage de remettre la Légion d’honneur aux 130 victimes des attentats

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

5 thoughts to “Communiqué du Général (2s) François CANN, Grand-croix de la Légion d’honneur, Ancien membre du Conseil de l’Ordre.”

  1. La décision de décerner la Légion d’Honneur à une personne, (civile ou militaire), répond à des règles très précises qui ont été galvaudées depuis plusieurs mandatures présidentielles aussi, la question concernant la remise à titre posthume de cette décoration prestigieuse, aux 130 malheureuses victimes de la barbarie terroriste, n’aurait jamais du être à l’ordre du jour. De mon point de vue, on observe depuis de nombreuses années, des prises de position débouchant sur des décisions émanant de diverses autorités installées au plus haut sommet de l’état ou à des postes clé de l’Administration civile ou militaire, complètement entachées au regard des règles établies légalement ou issues de jurisprudence qui fait œuvre de référence en matière de coutume établie. J’ajoute d’ailleurs que souvent ces décisions, prises sous la pression d’événements exceptionnels, et qui sont parfois commandées dans le filigrane d’un dessein non dénué d’arrières pensées, choquent et pourraient causer un précédent qui frapperait de nullité les véritables intentions morales ou philosophiques pour lesquelles les dites-décisions devaient être prises. On comprend que chaque époque nécessite des transformations mais il y a des valeurs héréditaires telles que le drapeau, la Marseillaise ou bien la Légion d’Honneur qui sont les miroirs de notre histoire dans lesquels on peut découvrir des pages tracées dans le sang de ceux qui sont morts pour la démocratie et la liberté. Notre République met en exergue des vertus qui sont inaliénables ; il faut donc être vigilant et apporter des critiques avisées lorsque l’on devine beaucoup d’amateurisme dans certaines prises de décisions.

  2. Personnellement Médaillé Militaire, j’ adhère à 100 % aux propos du Général, toutefois, je ne peux m’ empêcher d’ être indigné par la distribution galvaudée qui est faite depuis fort longtemps de La Légion d’ Honneur. 1er Ordre National français, institué en 1802 par Bonaparte en récompense de services militaires et civils. Peut-on m’ expliquer quels services civils les chanteurs ou autres vedettes ont rendus à la Nation ?
    L’ Empereur doit se retourner dans sa tombe !

  3. Très bons souvenirs du Général CANN et surtout à BEYROUTH .
    Très fier d’avoir servi sous ses ordres
    Les rencontres à la résidence des pins
    Merci mon général
    des hommes comme vous ,
    il n’en reste malheureusement plus Beaucoup

  4. Il n’y a rien à ajouter au message du Général CANN. Un seul objectif dans cette affaire, des arrière-pensées électoralismes ajoutées à un amateurisme navrant de ceux qui nous gouvernent dans tous les domaines. Il est temps d’arrêter .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.