Conséquences du démantèlement systématique de nos armées

Par JF LOUVET  le 23 décembre 2014

AgoraVox

Entre autres solutions, JF Louvet suggère de rétablir le service national. Mon opinion sur ce sujet ici

 

Unknown

 

Que nos concitoyens s’en aperçoivent ou pas, nous vivons dans un monde dangereux. Nos dirigeants admettent du bout des lèvres que nous sommes en guerre, et pourtant tout est fait pour que l’outil militaire ne puisse pas être en mesure de faire face à la menace.

S’il est bien connu que les Français ont la mémoire courte, il appartient aux historiens de rappeler quelques faits du passé qui pourraient servir à éviter des erreurs dramatiques dans un avenir proche.

Dans les années 1936,1937 et 1938, la Gauche a été au pouvoir en France, sous le gouvernement de Léon Blum. Ces années de Front Populaire ont été marquées entre autres, par une diminution drastique des différents budgets affectés à la Défense Nationale. On connaît la suite : un sursaut est intervenu, mais trop tard, et l’armée française n’était pas prête lorsque la guerre survint en 1939.

Deux effets sont à considérer : l’arrêt de l’implication de chaque citoyen dans la défense du pays ; les diminutions inacceptables des personnels et des crédits.

Par une décision du 28 mai 1996 le président de la République Jacques Chirac annonçait la fin du service militaire obligatoire, et le 27 juin 2001, le gouvernement de Lionel Jospin mettait fin par décret à la conscription.

Ce changement d’une institution qui datait de la Révolution française eut pour résultat un important changement dans la société. Jusqu’alors, le service militaire servait de creuset pour les jeunes Français. Tous, sans distinction de classe sociale, de couleur ou de religion, en donnant un an de leur vie servaient ainsi la Patrie. Il est à noter qu’à cette époque, il n’était pas question de communautarismes. Le service militaire, en mélangeant les hommes, leur apprenait à se connaître, à s’accepter, à s’estimer. La discipline, l’instruction, les efforts physiques créaient la cohésion. L’uniforme avait une fonction égalisatrice.

Or, l’on remarque que depuis la fin du Service National, non seulement l’armée a perdu ce lien avec la nation, puisque chaque jeune Français ne s’est plus senti concerné par la chose militaire, mais l’on a assisté à la naissance de communautarismes et d’intégrismes, qui n’existaient pas auparavant. Car qui apprend désormais à nos jeunes à aimer la Patrie ? Où apprennent-ils le respect, la discipline, le sens de l’honneur ? Qui leur enseigne le goût de l’effort et du dépassement de soit ? Voyait-on à l’époque du service militaire de jeunes Français brandir le drapeau algérien à la place du drapeau français, lors de rencontres sportives ?

Le deuxième effet concerne la saignée effectuée dans les personnels comme dans les crédits. Lors de la parution du Livre Blanc en 2008, il était prévu une réduction de 54000 hommes à réaliser sur cinq ans, et débutant dès l’année suivante. À l’heure actuelle, ce sont 80000 personnels qui ont été perdus pour la Défense Nationale, à l’heure où elle en a le plus besoin. L’armée de terre, comme d’habitude a payé le plus lourd tribut avec plus des deux tiers de ses effectifs touchés. L’armée de l’air est aussi à la peine avec la moitié de ses appareils perdus. Et quand on sait qu’une seule heure de vol nécessite 7 heures d’entretien au sol, on comprend la difficulté à aligner suffisamment d’appareils pour des missions opérationnelles. La Marine nationale n’échappe pas aux coupes budgétaires, avec un programme FREMM (Frégates Multi Missions) menacé de retard. Enfin, sur une période de sept années, le porte-avions Charles De Gaulle n’est pas opérationnel dix-huit mois, soit deux mois et demi par an.

Qui se soucie, dans notre pays, que la part du Produit Intérieur Brut consacrée à la Défense représente moins de 1,5% ? En 30 ans, cette part a été amputée de moitié, mais les missions opérationnelles extérieures ont, elles, augmenté. Comment peut-on prétendre assurer convenablement les missions dès lors que manquent les hommes et les finances ? Comment accepter que nos hommes des Forces Spéciales en soient arrivés au point de devoir acheter une partie de leur équipement avec leurs propres deniers ?

Nombre de politologues et d’historiens sont arrivés à la même conclusion : nous sommes, à l’intérieur en période pré-insurrectionnelle, et à l’extérieur nous sommes déjà en guerre. Ce n’est pas en rognant sur les effectifs et sur les budgets que notre pays sera en mesure de faire face à ces deux menaces. Pourtant à en croire nos hommes politiques qui nous gouvernent, la diminution des effectifs et des budgets ne grève en rien nos capacités militaires. C’est à se demander si nous habitons la même planète ! il est navrant de constater à quel point nos hommes politiques ne connaissent rien au fonctionnement de l’outil militaire.

Lire la suite sur http://www.agoravox.fr

2 réflexions au sujet de “Conséquences du démantèlement systématique de nos armées”

  1. Excellente analyse.
    Nous ne mesurerons jamais le coût sur la nation de la fin du Service National. Mais nous payerons bientôt l’addition.

  2. C’est sans doute l’exposé d’une situation qui colle le mieux à la réalité . Depuis des années, notre outil de défense est atteint dans sa capacité opérationnelle et ce, dans toutes les armées. Diminution des effectifs, des appareils de l’armée de l’air, des unités de l’armée de terre et quant à la Marine nationale, le format de la flotte se restreint de plus en plus et d’importants retards pénalisent l’arrivée des FREMM et des sous-marins du programme Barracuda. Quant au second porte-avions qui est nécessaire pour garantir la permanence de notre groupe aéronaval, il n’en est plus question en raison du manque de courage politique de nos dirigeants. Pendant ce temps, on note le développement démesuré des flottes asiatiques et nos armées connaissent un nombre d’interventions extérieures à un niveau jamais atteint. Les erreurs du passé ont été oubliées et il est temps de prendre conscience d’une situation qui n’intéresse pas la majorité des français trop préoccupé par leur difficultés quotidiennes et le pouvoir politique ne compte pas informer sur des sujets peu favorables aux électeurs .La patrie est en danger.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :