Contre l’Etat Islamique, la dissuasion nucléaire ?

Par Jean-Dominique Merchet, le 25 mars 2016

L’Opinion – Secret Défense

 

Le 24 mars, sur un billet de Henri Girardin état islamique : contre sa guerre, notre guerre !, j’écrivais ce commentaire : « Au risque de passer pour un fou, et au risque d’essuyer une volée de bois vert, je fais partie de ces gens qui pensent qu’user de la dissuasion nucléaire contre l’Etat islamique est une nécessité. Nous devons éradiquer les combattants de cette guerre que nous livrent les terroristes érigés en État islamique. En califat islamique. Et au diable les dommages collatéraux. Ce sont les risques de toutes les guerres ». Force est de constater aujourd’hui que je ne suis pas le seul fou à évoquer cette ultime option. Comme évoqué infra par les plus hauts responsables du pays. //RO

********
Une déclaration du chef d’état-major des armées rouvre le débat.

Dans le documentaire sur la dissuasion nucléaire (« La France, le Président et la Bombe » diffusé mardi dernier sur France 5), le chef d’état-major des armées aborde la question du terrorisme. Interrogé par Jean Guisnel et Bruno Tertrais, le général Pierre de Villiers parle de Daech, se déclarant« persuadé que nous avons à réfléchir sur l’évolution du terrorisme international qui se transforme en État. Cette réflexion doit être corrélée au concept de dissuasion nucléaire », ajoute-t-il.

Dans un domaine où chaque mot est pesé au trébuchet, ces propos ont été validés par l’état-major des armées avant diffusion. Ils méritent d’être notés. Certes, le Cema n’envisage pas de brandir la menace nucléaire contre le Califat en Irak et en Syrie, mais il rouvre un débat.

Le 19 janvier 2006, lors d’un discours à Brest, le président Chirac avait déjà évoqué la question en ces termes : « La dissuasion nucléaire n’est pas destinée à dissuader des terroristes fanatiques. Pour autant, les dirigeants d’États qui auraient recours à des moyens terroristes contre nous (…) doivent comprendre qu’ils s’exposent à une réponse ferme et adaptée de notre part. Et cette réponse peut être conventionnelle. Elle peut aussi être d’une autre nature. » Comprendre : nucléaire.

Des propos à mettre en rapport avec ceux de François Hollande, le 19 février 2015 à Istres : « Je réaffirme solennellement que la France n’utilisera pas d’armes nucléaires contre les États non dotés de l’arme nucléaire, qui sont parties au Traité de non-prolifération et qui respectent leurs obligations internationales de non-prolifération des armes de destruction massive. »

 

Lire la suite sur http://www.lopinion.fr

 

Retrouvez LC2.0 tous les jours sur Facebook Le Colonel Actualités

Lire aussi : Les kamikazes visaient une centrale nucléaire belge 

Lire aussi : Le terrorisme nucléaire est devenu une «menace bien réelle», selon l’AIEA

Vous appréciez LC2.0, vous ne voulez pas subir la loi du mensonge, faites un don. Par avance merci

2 réflexions au sujet de “Contre l’Etat Islamique, la dissuasion nucléaire ?”

  1. Cela fait plus d’un an que j’ai évoqué cette éventualité, ,malheureusement notre pays ne possède plus de tètes de petite puissance nos armes tactiques sont a la casse depuis bien longtemps. les dommages sur les populations prisonnières de Daesh est le seul problème de cette éventualité, trois ans de plus avec Daesh et ces populations ne seront
    plus réadaptable parce que trop cadrée dans l’idéologie du califat, donc les dommages
    collatéraux ne seraient plus de même nature

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :