Conversion

Par Yannik Chauvin, le 24 avril 2015

Boulevard Voltaire

On croit rêver ! Manuel Valls en état de grâce sur les racines chrétiennes de la France. Pourvu que ça dure… //RO

Le-Premier-ministre-Manuel-Valls.-photo-gouvernement

 

Un petit miracle s’est produit.

Il faut être aveugle et sourd pour ignorer que les chrétiens sont, aujourd’hui, des cibles emblématiques pour toutes sortes de gens, ailleurs, mais également ici.

Il faut être aveugle et sourd pour n’avoir pas remarqué que le plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme – 100 millions, quand même – présenté par Manuel Valls il y a une semaine ne mentionne pas les chrétiens : « Le racisme, l’antisémitisme, la haine des musulmans, des étrangers, l’homophobie augmentent de manière insupportable dans notre pays », a dit le Premier ministre. Le croissant et la menorah, d’accord. La croix, vous repasserez !

Et puis un petit miracle s’est produit. Il a revêtu l’aspect inquiétant d’un faux étudiant algérien prognathe, armé comme un bombardier, et décidé à faire un carton dans une église de banlieue, un dimanche, pendant la messe. Alors, la grâce a inondé le Premier ministre comme l’eau baptismale, les mèches du nouveau-né. Écoutons : « S’en prendre à une église, c’est s’en prendre à un symbole de la France. » « C’est l’essence même de la France qu’on a sans doute visée. » « La France a un patrimoine chrétien exceptionnel : ses cathédrales, ses églises, ses chapelles attirent des touristes, des pèlerins, des fidèles par milliers du monde entier. » On croit rêver ! Tout cela est vrai. Que ne l’a-t-on pas dit plus tôt !
Il n’y a pas si longtemps, le ministre de l’Intérieur, parangon de sagesse, de modération et d’équilibre, affirmait qu’évoquer les racines chrétiennes de la France, c’était « faire une relecture historique frelatée » qui a « rendu la France peu à peu nauséeuse ».

Entre le converti de fraîche date et le laïcard borné, le match est engagé. Certains soufflent déjà sur les braises : l’ex-ministricule de l’Écologie, un certain Canfin, connu de sa concierge et de son voisin de palier, s’est empressé de relativiser : « Il n’y a pas plus d’essence de la France qui est touchée lorsqu’il s’agit d’une église que lorsqu’il s’agit d’une synagogue ou d’une mosquée. » Encore un brillant esprit qui doit accueillir avec gourmandise le sabordage de l’Histoire par madame Belkacem ! Il s’est même cru autorisé, le minuscule écolo, à engueuler Manuel Valls : « Attention, quand on est Premier ministre de la République laïque, à ne pas dire que d’un côté, il y aurait des cultes liés à l’essence de la France et d’autres qui seraient en quelque sorte importés, qui seraient là un peu parce que c’est comme ça, c’est l’Histoire. »

Lire la suite sur http://www.bvoltaire.fr

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.