Coronavirus : En France on manque de tout, sauf de bras cassés.

Par Régis Ollivier – Le 11 mars 2020

Pour ne pas dire d’incompétents. Si je résume, nous n’avons pas de masques car toute la production nationale est réquisitionnée, personne n’ayant songé à renouveler à temps les stocks stratégiques. Donc, les manants et les gueux, circulez! Il n’y a rien à voir. Les masques ce n’est pas pour vous. Vous pouvez crever la gueule ouverte. Et le Castaner qui annonce « dimanche, vous pourrez voter avec un masque sur le visage ».

IS’FOUT D’NOTE GUEULE LE CASTANER. DES MASQUES, Y EN A PAS!

Au niveau des gels hydroalcooliques, c’est guère mieux. Tandis que les fabricants tentent de faire face à la demande et que la production est à son maximum, on en trouve nulle part. Alors je pose la question : où va la production nationale. D’où provient ce blocus, cet embargo sur le gel désinfectant ? De qui se moque-t-on ?

Quant aux tests de dépistages, c’est pas mieux. On apprend aujourd’hui qu’il n’y en pas assez et que l’on ne va dépister que les cas graves. Les autres, vous pouvez crever la gueule ouverte. Et puis si votre médecin vous en prescrit un en laboratoire, c’est 56 euros… . Remboursés par le sécu quand même.

Par contre, on ne manque pas de bras cassés. Ça déborde! Pas un pour relever le niveau des autres. Le premier stade du Coronavirus ayant été bâclé car pris en compte par dessus la jambe par des incompétents, tous les autres stades ont foiré bien évidemment. Et on continue dans l’absurde et l’irresponsabilité en maintenant la tenue des élections municipales tandis que le stade de la pandémie a été officiellement déclaré par l’OMS, un autre repaire de bras cassés.

Alors, avec le langage fleuri qui est le mien, je suis intimement convaincu que ce monde se barre en couilles et la France en tête. A défaut d’une bombe nucléaire, si le coronavirus parvient à faire le grand ménage, je dis « ok! pourquoi pas ». Et advienne que pourra.

Régis Ollivier

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :