Critique de la raison islamique

Par   publié le 17 janvier 2015

Info-scénario

Avec l’aimable autorisation de Personne que je remercie vivement. Il m’arrive souvent de partager les articles d’info-scénario, rarement de les publier sur mon blog. la raison est simple : on aime ou on déteste Personne. Moi j’aime car elle va toujours droit au but, sans langue de bois. Mais comme toute vérité n’est pas bonne à dire, et surtout à entendre, elle irrite parfois, souvent même. Je reste à l’écoute de vos éventuels commentaires. //RO

CRITIQUERAISONISLAMIQUE

 

Réquisitoire :
À quel sujet ?
Au sujet de l’islam… ou du salut des âmes
Encore ? Vous plaisantez, j’espère…
Parce que ça ne fait que commencer….
La pêche aux symboles, la chasse à l’homme.
Tous les regards, tous les soupçons sont portés sur les cœurs emportés par le dernier des prophètes…
Ce n’est plus un débat, ni une quête de sens mais une enquête policière, une lutte armée, un combat pour distinguer entre le haut et le bas.
Nous sommes en haut. Ils sont en bas.
L’Histoire c’est nous. À eux, la préhistoire !
Pour nous la civilisation. Contre nous, les barbares…
Et pour masquer notre abject rejet, on invoque l’expression d’islam dévoyé, tronqué, falsifié.
Alors que nous n’en pensons pas un mot.
Il n’y a qu’un présupposé et un seul pour définir la pensée de monsieur tout le monde :
C’est qu’il n’y a qu’un islam et un seul : politique, dogmatique et radical à la fois.
Et seuls les niais et les hypocrites l’ignorent ou font semblant de l’ignorer. Et c’est cet islam qui nous fait la guerre et nous fait faire la guerre : parce qu’il cherche à s’emparer de nos cités et de nos leviers de commande… à désemparer nos cœurs et nos esprits. C’est l’islam conquérant qui ne connait ni frontières, ni bonnes manières.
Il a déjà gagné la bataille, avec le terrorisme et s’apprête à gagner la guerre.
Autrement dit, il n’y a pas lieu de distinguer entre musulmans et islamistes, entre modérés et extrémistes, entre intègres et intégristes… à chaque fois, dans l’histoire, que l’islam a triomphé, on s’est aperçu qu’ils étaient les mêmes…
Finkielkraut, Onfray, Zemmour au secours !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Plaidoyer :
Sacré réquisitoire, mais qui n’a rien de sacré.
Bien au contraire ! Je n’ai fait que relater le pire des sacrilèges.
En effet, il n’y a pas deux islams, il n’y en a qu’un.
Qu’une voix et une seule : la voix de Dieu… transmise par le dernier des prophètes et toujours mal comprise par les hommes de mauvaise foi.
Il n’y a d’autre Dieu que Dieu, autant pour les juifs, les chrétiens que pour les musulmans… trois messagers mais un seul message : dire le vrai, faire le bien et aimer le beau.
Rien de plus… rien de moins… et lutter, lutter, lutter de toutes ses forces contre les forces de division qui séparent l’homme de l’homme et l’éloignent chaque jour un peu plus de la clarté… de la divine clarté.

Ce que vous ne savez peut-être pas, le prophète de cette religion qui vous prend la tête l’a toujours su : que c’est la MAUVAISE FOI QUI FAIT LA LOI…

Le faux et l’usage du faux, qui relie aujourd’hui les hommes entre eux, c’est ça la nouvelle religion, c’est aussi la plus ancienne : qui adorait la pierre, qui adore la matière. Qui adorait le vide et qui n’a pas pris une ride !
C’est peut-être cela la crise idéologique : des faussaires qui gèrent nos affaires. Des hypocrites qui gouvernent nos dépenses et nos pensées.

L’islam ne dit rien d’autre que cela : halte à la mauvaise Foi !

En savoir plus (vidéo et commentaires) sur http://www.lejournaldepersonne.com

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

2 thoughts to “Critique de la raison islamique”

  1. C’est la deuxième grande manifestation au cours de laquelle il eut été possible d’éjecter les guignols comme vous dites Isabelle. Mais nos concitoyens ont raté, une fois de plus, le train de l’histoire.

  2. La manifestation du 11 janvier aurait pu servir à éjecter tous les guignols qui nous gouvernent. Raté!

Les commentaires sont clos.