Décryptage : de qui se moque-t-on ? L’Europe : celle-là ou rien ?

 

Par Pierre Duriot le 09 mai 2014 sur le Colonel Attitude

 

Et un petit clin d’oeil à mon ami Pierre Duriot au niveau de l’illustration par LCA. //RO

 

Les électeurs boudent les élections européennes et Moi-président n’est pas content et il le dit, bouder l’Europe c’est « sortir de l’histoire ». Et derrière lui, tout le staff politique de haut vol de culpabiliser le français moyen pas intéressé. Je me marre.

L’exemple vient pourtant bien de nos élus, absents la plupart du temps à Bruxelles, parmi les moins assidus d’Europe, aussi bien en présence qu’en termes de force de proposition. Pire, ces sièges bruxellois servent à recycler de vieilles badernes politiques battues aux élections locales afin qu’elles ne perdent pas trop de pouvoir d’achat. La presse l’a largement montré. Mais encore, cette Europe qui négocie des traités, ultralibéraux pour la plupart, et qui conseille à nos gouvernements de ne pas les faire ratifier par la voix populaire, des fois qu’on rouspète. Cette Europe qui nous prépare le traité transatlantique qui nous entubera commercialement encore un peu plus profondément ? Cette Europe qui fait rentrer à marche forcée des pays en développement avec des arsenaux légaux et fiscaux ineptes, des administrations corrompues et mettent en concurrence des outils de production et des hommes et femmes de grands pays industrialisés avec des presque esclaves ?

Cette Europe politique ingérable tant les intérêts sont divergents, tant et si bien que seuls les technocrates et les financiers internationaux arrivent à s’accorder, sur notre dos en général ? Cette Europe, pied à coulisse en main, pondeuse de normes de tout sur tout et qui ne sont ni amendables ni même discutables en fonction des diversités des pays dans lesquelles elles s’appliquent ? Cette Europe réalisée en fait pour tirer sans cesse vers le bas des pays comme le nôtre où les acquis sociaux sont devenus insupportables pour les marchands de chair à production, sous couvert bien sûr de nous rééquilibrer avec les pays encore en développement qu’on a fait rentrer sciemment pour foutre la trouille du lendemain aux travailleurs « nantis » des pays riches ?

Cette Europe qui vote la saisie des comptes personnels des clients en cas de faillite des banquiers ? Ce serait cette Europe-là ou rien, si on ne veut pas de tout cela, c’est forcément qu’on est hostile à l’Europe.

Non, vouloir une Europe politique au service des peuples, l’accession de tous les pays européens à des standards sociaux plus proches de ceux des pays nordiques que de ceux de la Grèce, liquidés sur l’autel du libéralisme économique, ça n’est pas possible, c’est l’Europe telle qu’on nous la propose ou rien, sinon on est un vilain électeur ? Ben voyons, comme c’est facile…

Pierre Duriot sur Facebook

 

Illustration LCA : photo informaction.info

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.