Défense : Emmanuel Macron ne lâche rien

Par Jean Guisnel, publié le 31/08/2017

Le Point

 

 

« Emmanuel Macron minimise cette sérieuse friction, et parle contre l’évidence d’une « tempête dans un verre d’eau ». L’énergie répétée qu’il a mise à « casser » le général démontre pourtant exactement l’inverse. » //JG

 

© Logo By Pierre Duriot

 

Dans son interview, le président revient sur la crise avec les armées. Pour la minimiser et accuser les armées d’avoir voulu s’autopiloter.

Emmanuel Macron ne lâche rien. Président de la République, il est aussi chef des armées. À ce titre, il n’a pas manqué de revenir dans son interview sur la crise née du désaccord budgétaire avec le chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, finalement démissionnaire le 19 juillet dernier. Logiquement, Emmanuel Macron minimise cette sérieuse friction, et parle contre l’évidence d’une « tempête dans un verre d’eau ». L’énergie répétée qu’il a mise à « casser » le général démontre pourtant exactement l’inverse. Il revient cette fois sur la prétendue liberté qu’aurait prise Pierre de Villiers en s’affranchissant de l’autorité du chef de l’État. Lecture assez curieuse d’une crise évidemment sérieuse, mais classique dans sa nature, s’agissant d’un chef militaire demandant que les engagements pris sur les moyens accordés aux armées soient tenus. Il n’y a jamais eu dans l’esprit de l’officier la moindre intention de contester « un système – voulu par un homme dont la formation première était militaire – où l’autorité militaire rend compte à l’institution civile et politique et non le contraire, c’est le sens de nos institutions ». Ce procès en insubordination sera sans doute martelé à l’envi, ce qui ne l’empêche pas d’être à côté de la plaque. Sur le fond, le président estime : « Si je n’avais pas réagi comme je l’ai fait, les mêmes auraient dit que j’étais un chef des armées faible. » Et il ne manque pas d’ajouter, dans la poursuite du storytelling engagé depuis le début de cette affaire : « Les armées ne font pas ce qu’elles veulent, elles ne sont pas autopilotées. » Ce truisme n’a aucun besoin d’être ainsi mis en avant, à moins, bien sûr, que l’hôte de l’Élysée ait cru avoir besoin d’un punching-ball pour affirmer l’autorité que les institutions lui accordent.

 

Lire la suite sur http://www.lepoint.fr

Consultez notre dossier : Emmanuel Macron, son grand entretien au « Point »

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

4 thoughts to “Défense : Emmanuel Macron ne lâche rien”

  1. Le Silence est d’Or. Mieux vaut agir que parler. Si les Résistants lors de la Seconde Guerre Mondiale avaient commenté toutes les paroles et actions qui le méritaient, aucun d’entre eux n’aurait survécu. L’ombre est une force d’action rapide plus efficace qu’un commentaire sur le sujet. Inutile de vous faire un dessin. Au travail, les enfants, au travail !!!

  2. Les explications données maladroitement par le plus haut dignitaire de l’Etat ne trompent personne et surtout pas les militaires , leurs familles et les retraités de l’Institution. Les constats, de l’état des équipements, des annulations de programmes et du très mauvais fonctionnement du système de paiement des soldes, témoignent évidemment de la faiblesse des budgets défense depuis des dizaines d’années, et de l’amputation fréquent de parts importantes financières, qui pénalisent nos armées. L’irresponsabilité politique chronique en matière militaire nous fera payer le prix fort de nos insuffisances en matière d’équipements et de matériels et il faudrait enfin une prise de conscience responsable des plus hauts cadres de nos armées pour signifier, dans une démarche commune et générale, (c’est un devoir), à l’autorité politique, les futures conséquences de leur manque d’attention aux besoins fondamentaux des armées. Le poids des diverses menaces qui pèsent plus actuellement plus que jamais sur le monde, autorise une prise de conscience indiscutable de ceux qui ont l’expérience des problèmes de sécurité et de défense pour alerter un monde dirigeant totalement inexpérimenté .

  3. tempete dans un verre d’eau… hum…  » argumentaire minable ». Ce qui s’est passé est inacceptable. De plus, sa manière de justifier ce que l’on ne peut pas appeler un incident, me fait penser qu’il ferait mieux de se taire ( de plus, la  » tempete dans le verre d’eau » était probablement préméditée.. elle n’est pas tombée du ciel )

Les commentaires sont clos.