Défense : Macron un programme au son de la canonnière

Par Michel Cabirol  | 

La Tribune


En marche vers un budget réaliste et ambitieux. //RO


© Logo by Pierre Duriot


 

Le programme d’Emmanuel Macron en matière de défense n’évoque plus comme en 2012 les économies que devrait faire l’armée. Au vue de la menace terroriste et de l’instabilité géopolitique chronique, la rhétorique est devenue plus guerrière.

Fini le temps où la défense était la variable d’ajustement du budget français. Il est redevenu une priorité de l’Etat. Le programme en matière de défense d’Emmanuel Macron n’échappe pas à cette nouvelle règle. Il faut dire que la menace terroriste, notamment djihadiste, qui atteint un très haut niveau d’alerte, et l’instabilité géopolitique chronique d’un nouveau monde (Cyberattaques, Russie, Corée du Nord, Iran, Irak, Afghanistan, Syrie, Libye, Sahel…), sont pour le nouveau président de 39 ans des questions prioritaires lors de son quinquennat. Emmanuel Macron va étrenner rapidement ses galons de chef des armées lors du sommet de l’OTAN programmé le 25 mai, où il rencontrera le président américain Donald Trump.

Il se rendra en fin de semaine auprès des forces françaises déployées à l’étranger, a priori au Mali, pour une visite aux soldats engagés dans le cadre de l’opération antiterroriste Barkhane. Pour le nouveau chef des armées, il n’est donc plus question de baisser la garde en matière de défense. Cela va se traduire par une hausse du budget de la défense. Seule ombre au tableau, un service militaire réduit d’un mois, qui a tout l’air d’une mesure gadget. En tout cas, une mesure très onéreuse dans un contexte de contrainte budgétaire.

Une journée sous le signe de la défense

Au cours de sa journée de dimanche marquée par la passation de pouvoir avec François Hollande, le nouveau chef des armées a tenu à rendre en compagnie du chef de l’état-major des armées, le général Pierre de Villiers, une visite surprise à l’hôpital militaire de Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine), « au chevet des soldats blessés au combat ». Un geste fort vis-à-vis des militaires qui versent réglièrement leur sang pour la France. Après la cérémonie d’intronisation, Emmanuel Macron a également passé en revue les troupes et écouté sa première Marseillaise de président dans les jardins de l’Elysée tandis que résonnaient 21 coups de canon.

Le président est ensuite monté dans un command car pour se rendre à l’arc de Triomphe via l’avenue des Champs-Elysées. Comme lors de sa première sortie de président élu à l’occasion du 8-Mai, il a salué les anciens combattants et ravivé la flamme du Soldat inconnu. Il a ensuite déjeuné à l’Elysée avant de s’entretenir avec son chef d’Etat major particulier, l’amiral Bernard Rogel, à propos des codes de la force de dissuasion nucléaire.

1/ Effort budgétaire

Réaliste mais ambitieux, Emmanuel Macron propose de porter les ressources de la défense à 2% de la richesse nationale (PIB) en 2025. « Si on tient compte des hypothèses actuelles de croissance du PIB dans les prochaines années, ce budget atteindra, hors pensions et hors surcoûts OPEX, plus de 50 milliard d’euros en 2025, contre 32 milliards en 2017 (hors pensions, ndlr) », avait-il expliqué mi-mars lors de son discours dédié à la défense. Certains ont pu être déçus par cet horizon de 2025. Mais il y a une nuance de taille par rapport à l’ensemble des candidats. Emmanuel Macron vise un effort budgétaire en sortant les pensions de cet objectif (8,15 milliards d’euros) et les surcoûts des opérations extérieures (OPEX), qui ont été budgétés à 450 millions d’euros en 2017. Le solde a été financé par des budgets interministériels. Ce qui voudrait dire que le budget de la défense pourrait atteindre un effort de défense avec pensions à 2% du PIB à l’horizon de 2022.


Lire la suite sur http://www.latribune.fr

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

2 thoughts to “Défense : Macron un programme au son de la canonnière”

  1. Ou va t-il trouver l’argent ? dans les poches des contribuables et des retraités ? En piquant les bénéfices des PME/PMI ?
    Ou va notre argent depuis 30 ans ?
    Cela dit je suis heureux de savoir que l’armée va voir son budget sérieusement augmenter. A force de vouloir s’occuper des affaires qui ne nous regardent p)as sous forme d’ingérence internationale voilà ce que cela nous coûte au final. Et pour la sécurité interieure de notre pays face au radicalisme islamique et autres voyous : Que propose t-il ???????

  2. Il y arrivera pas. Parce que ce n’est pas à un ministre des armées, le breton politicien multi cumulards, de faire le « prix » des Rafales, construits par la firme de monsieur Dassault, sociétée privée.
    Il n’y arrivera pas, tout simplement parce qu’il a l’esprit droit de l’hommiste dans son cerveau d’énarque, et non pas l’esprit d’un Napoléon ou d’un De Gaulle imprégné de grandeur de la Nation matiné de patriotisme « normal ».
    Il n’y arrivera pas, car son prédécesseur à tout fait pour « museler » le français de base pour faire croire que la France est « universellement aimée ».
    Et les incantations évangéliques des « je vous aime » pathétiques, des meetings électoraux, ne seront pas suivi par les « bifins » qui quand ils se retrouvent en France, se retrouvent à jouer à « Sentinelle ».
    Il n’y arrivera pas, car à force de jouer la repentance envers tous les « africains », il n’a pas intégré que Napoléon disait : »La loi du plus fort est la seule qui ait cours entre les peuples ». Et ils sont 400 millions qui attendent sur les plages libyennes.

Les commentaires sont clos.