Deux gauches dont l’une s’appelle la droite

Par Yves de Kerdrel, le 06 Octobre 2015

Valeurs Actuelles

 

 

Plutôt que d’attaquer un projet de budget inepte et l’accueil en masse des migrants, la droite a préféré renouer avec sa spécialité, les petites querelles internes.

Une vieille boutade assure que “la France est le seul pays où il existe deux gauches, dont l’une s’appelle la droite”. Peu importe le nom de l’auteur de cette jolie formule. Une chose est certaine : elle n’a jamais été aussi vraie qu’au cours de la semaine passée. Quel spectacle a donné la droite parlementaire ? Trois jours de lynchage contre une ancienne ministre, dont certains propos ont été jugés politiquement incorrects. Que la gauche lâche ses chiens contre une représentante de l’opposition, c’est, hélas, de bonne guerre. Mais que la droite se mette à hurler avec les loups, qu’elle fasse même, dans certains cas, de la surenchère, est totalement stupide. D’abord, parce qu’en agissant ainsi, elle tombe dans un piège tendu par la gauche qui consiste à recréer l’UMPS dénoncé par le Front national. Ensuite, parce que cela revient à envoyer un signal très négatif au peuple de droite, qui attend autre chose de ses principaux candidats à la refondation du pays. Enfin et surtout, parce qu’à cause de cette querelle de bas étage, la droite a été absente des trois sujets principaux de la semaine passée : le projet de budget pour 2016, le débat sur l’impossible accueil des migrants sur notre territoire et l’intervention militaire russe en Syrie.

Le gouvernement a donc pu présenter l’un des pires budgets de l’histoire du pays sans que la droite pousse le moindre cri d’orfraie. Contrairement à ce qui a été dit, la masse des impôts prélevés va continuer à augmenter. Les dépenses publiques vont croître de plus de 8 milliards d’euros en valeur absolue alors que tous les pays européens ont inversé cette tendance démoniaque. Le taux de prélèvements obligatoires reste à un niveau record de 44,5 %. La dette continue à augmenter, obligeant la France à tendre la sébile, l’an prochain, à hauteur de 187 milliards d’euros sur des marchés financiers de plus en plus frileux. Enfin, ce qu’il y a de pire, c’est que le nombre de fonctionnaires va augmenter pour la première fois depuis neuf ans, témoignant de l’incapacité de la France à se réformer. Mais pas une voix ne s’est élevée à droite pour pointer du doigt les bizarreries de ces comptes publics et la gestion désastreuse de la France. Comme s’il était bien plus important de se livrer à une chasse aux sorcières à l’intérieur de son propre parti !

Même silence dans les rangs alors que les socialistes ont mis en scène à Paris, à Montmorency, à Lille et un peu partout en France des séances d’accueil de migrants dans des résidences où ils seront confortablement logés, nourris et blanchis, tandis que nos chômeurs en fin de droits se retrouvent sous les ponts de Paris ou bien dans des tentes au milieu de la forêt de Meudon.

 

Lire la suite sur http://www.valeursactuelles.com

Illustration Le Colonel 2.0 : Telavivcat.unblog.fr

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “Deux gauches dont l’une s’appelle la droite”

Les commentaires sont clos.