Election américaine : La victoire en chantant ou le triomphe d’un peuple

Régis Ollivier, le 09 novembre 2016

Le Colonel


 

L’Amérique a voté et la messe est dite. Donald Trump sera donc le 45ème président des Etats-Unis. J’en suis ravi car au-delà de la personnalité du vainqueur et, partant de celle de son adversaire battue sur toute la ligne, c’est avant tout une victoire écrasante du peuple américain que je salue.

Peu m’importe, à la limite, que ce soit Trump qui a remporté cette élection, et sur ce point, je reste constant avec ma vision des deux impétrants que je qualifiais il y a peu de temps de peste et de choléra. Le peuple américain s’est déplacé en masse pour dire non à tout ce qu’il abhorre. Sans réellement savoir de quoi sera faite l’Amérique de demain. Une Amérique qui, à l’instar de l’Europe a peur. Mais la peur n’est pas là où l’on pensait la trouver. La peur est désormais dans le camp de ceux qui, durant de très longues années ont répandu la terreur et la désolation dans le monde. L’Amérique des va-t-en guerre vient de prendre un coup d’arrêt à l’issue d’une campagne terrifiante et nauséabonde. Jamais une campagne électorale américaine n’aura autant senti les excréments. Le fond a été touché.


La plus grande nation du monde a montré son véritable visage. Le candidat républicain a ainsi été humilié ad nauseam par le camp des démocrates emmené par l’abjecte Hillary Clinton au coeur de tous les scandales. Jamais un candidat n’avait été autant trainé dans la boue et avec une telle haine. Une gigantesque campagne d’intoxication a été orchestrée par la quasi totalité des médias américains à la botte des tenants du pouvoir et de sa continuité dans le temps. J’avais mal pour cette Amérique et ses citoyens.

Cette désinformation s’est poursuivie jusqu’à ce qu’il faille se rendre à la réalité : le peuple avait élu Donald Trump. Aux Etats-Unis comme en France, les mensonges continuaient. J’ai ainsi entendu répéter à l’envi « nous n’avons rien vu venir« . Quelle plaisanterie. Je dis, moi, qu’ils n’ont surtout rien voulu voir venir. Et qu’il ont menti au monde entier.

Ainsi, et alors que la victoire de Trump était acquise, les journalistes de BFMTV insistaient lourdement en clamant « les résultats ne sont pas définitifs et nous voulons encore y croire« . Pauvres journaleux sans foi ni loi. A la botte du système qui tremble désormais lui aussi dans ses bottes.

Ceci m’amène à dire « si le peuple américain l’a fait, alors le peuple français peut le faire également« . Et c’est bien ce qui va faire trembler les uns et les autres de nos politiciens de carrière qui, depuis des décennies, n’ont eu de cesse de nous imposer la pensée unique, de nous avilir, de nous abêtir, de nous humilier nous le peuple.

Les Américains ne sont pas des veaux et ils viennent de le prouver. Alors, marchons dans leurs pas. Infligeons-leur la sanction qu’ils méritent.


Aujourd’hui, je veux dédier à nos alliés américains, à défaut d’être amis, ces quelques paroles qui me semblent être de bon augure :


La victoire en chantant
Nous ouvre la barrière.
La Liberté guide nos pas.
Et du Nord au Midi
La trompette guerrière
A sonné l’heure des combats.
Tremblez ennemis de la France
Rois ivres de sang et d’orgueil.
Le Peuple souverain s’avance,
Tyrans descendez au cercueil.


A l’instar des Américains, disons-le nous aussi : « Yes, We Can »

 


Illustration : Ecrasante victoire de Donald Trump dans le Nevada
lefigaro.fr

 

 

 


 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

4 thoughts to “Election américaine : La victoire en chantant ou le triomphe d’un peuple”

  1. Merci mon colonel.
    Merci aux commentateurs.
    A force d’analyses à contre courant, à force de penser à contre courant, de voir à contre courant on fini par se sentir seul et désespéré et l’on en viendrait à croire les médias « biens pensants » : Je suis un vieux con réac, homophobe, raciste, néonazi. Discuter ou seulement écouter un bien pensant vous amène invariablement au point Godwin.
    Le bien pensant est un pacifiste qui approuve la destruction de l’Irak, de la Libye .. Le bien pensant est pour la liberté des peuples à disposer d’eux mêmes c’est pourquoi il juge impératif de chasser manu-militari le président Syrien. Le bien pensant est un démocrate qui rejette le résultat des élections USA et se torche le cul en 2008 avec les bulletins de votes du referendum de 2005.
    Le bien pensant je l’emmerde !
    1984 était une fiction quand je l’ai lu. C’est aujourd’hui le monde de nos enfants.
    Vos billets, vos postes et les résultats de l’élection USA me font me sentir moins seul et me redonnent confiance et assurance.
    Bonnes journées à tous.

  2. Excellent, espérons que les français suivront cet exemple car il y en a marre de la politique politicienne , celle des amis, des placements et des dépenses inconsidérées de l’état au bénéfice d’une castre ancrée depuis des années dans le système. On doit pouvoir trouver un chef exemplaire, honnête, conscient des problèmes et avide de travailler pour l’intérêt de la nation et des citoyens. La tête des journalistes devant la défaite de leur « chouchou ». Un bon moment. Il est temps aussi de discuter avec la Russie, ce grand pays ambitieux si proche de nous.

  3. merci pour ce billet. Je me demandais si je comprenais bien l’anglais à un moment, en lisant certains articles….je ne comprenais pas que nos journalistes ne voient rien… C’est tout de meme incroyable cette manie de mentir… ou de s’illusionner, ou de prendre les gens pour des imbéciles..

  4. Excellent billet Mon Colonel ! Je suis de tout cœur avec vous . Espérons que les français en tiendront compte et que quelqu’un d’autre nous tire de cette politique nauséabonde ou ceux qui ne produisent rien et ne veulent surtout pas travailler soient traités comme il convient !
    Je répétai benoîtement : …..faites quelque chose pour le pays ! » Le notre envahi de toutes parts avec le soutien du contribuable !
    Espérons faire mentir de Gaulle qui disait que les français étaient des veaux !
    Merci Mon colonel !

Les commentaires sont clos.