Elections en « Trump l’oeil »… Mon choix est fait

Par Roland Pietrini, le 12 novembre 2016

ATHENA – DEFENSE


 

Quelques heures à peine, après l’élection de Trump, l’Amérique se réveille avec la gueule de bois et le monde fait semblant d’avoir peur. Aux Etats-Unis, où la gauche tient des discours que la droite chez nous n’oserait prononcer de crainte d’être étiquetée de facho, la fièvre continue de s’emparer des médias. En France, comble du malheur, certains y voient une aubaine pour l’installation d’un front National devenu Marine et imaginent en guise de riposte, comme seule alternative, une gauche rassemblée autour d’un Hollande ressuscité d’entre les morts. Alors que les primaires sont mises entre parenthèse, la droite institutionnelle tremble, tandis que la gauche expire.

Et oui, parfois les élections réservent des surprises lorsque les électeurs se rebiffent, ne suivent pas les médias, restent sourds aux spécialistes, aux syndicats, à leurs députés, à leurs belles-mères, reprennent leur autonomie en quelque sorte, et vendent leur âme au diable lorsque celui-ci leur donne à entendre ce qu’il souhaite entendre.

Ainsi Trump qui place Paris en Allemagne, veut virer onze millions de clandestins, s’il en connait le chiffre, c’est que ceux-ci sont moins clandestins qu’on ne le croit. Il veut ériger un mur de 1600 km pour se protéger de « l’invasion latino », on sait bien que les murs construits en plein désert sont des protections illusoires et sont érigés pour qu’ils s’effondrent un jour ou l’autre. Dans le domaine social, il veut revenir sur l’Obamacare mais fait déjà machine arrière. Il veut relancer l’économie par des grands travaux en injectant 500 milliards de dollars, ce qui n’est pas un luxe pour des infrastructures indignes d’un pays moderne, mais en creusant la dette qui est déjà abyssale.

Donald Trump, sans expérience internationale, promet de quitter l’Alliance atlantique si les pays membres ne payent pas pour assurer leur propre sécurité, mais souhaite augmenter le budget de la défense américain qui représente déjà 50% de tous les budgets de la défense au monde, et désire augmenter les effectifs de l’Army, tout en se retirant d’Europe et de la Corée. Pas très clair comme position.

Il souhaite parler à Poutine, ce qui n’est pas une mauvaise chose, mais il devra auparavant réviser sa géographie et certainement son Histoire, deux matières parfaitement indispensables lorsqu’on veut sortir de la 5° avenue à New-York pour se rendre à Moscou. En face de lui, il aura un interlocuteur autrement plus doué qu’il ne l’est lui-même.

Il veut remettre en cause les accords internationaux sur les effets de serre et l’accord avec l’Iran sur le nucléaire. Une simple analyse montre que cela lui sera impossible. Il ne le pourra pas pour deux raisons : d’une part parce que la parole de l’Amérique sur les accords Cop21 de Paris ratifiée à New-York est engagée, d’autre part, parce que l’Iran chiite est un acteur incontournable de la crise majeure du Moyen-Orient et que la remise en cause d’un tel accord renforcera l’Arabie saoudite sunnite. L’Iran ne pourra l’accepter. Dans les deux cas, il s’agit d’accord multinationaux et non binationaux.

Le matamore devra composer avec le congrès et celui-ci même s’il est républicain ne le laissera pas faire n’importe quoi, n’importe comment. D’ailleurs, les investisseurs, et en premier lieu les milliardaires américains, savent qu’en fermant les frontières ils ont plus à perdre qu’à gagner : Google, Boeing, General Motors and so on, la silicon-valley ne laissera pas faire.

Pour s’en convaincre il suffit de regarder de simples chiffres.


Lire la suite sur http://www.athena-vostok.com

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

4 thoughts to “Elections en « Trump l’oeil »… Mon choix est fait”

  1. Allons Steiger, vous êtes un lâche car vous préférez vous réfugier derrière un charabia pseudo intellectuel abscons tout en posant en préalable un axiome diffamatoire à mon égard. En fait, vous ne proposez rien, votre science du juste mot se borne à mettre bout à bout des phrases qui n’ont ni queue ni tête. Citer Solon et Aristote ne suffit pas pour avoir l’air intelligent. Je suis conscient qu’écrire comporte un risque, celui de tomber sur des gens tels que vous qui se prennent pour des phénix alors qu’ils ne sont que des singes, à peine capables de comprendre les idées qu’ils sont censés défendre.

  2. Pietrini ne change pas. Au pire, il régresse, devient encore plus sot qu’il ne l’était. Il y a des gens que la circonstance fait héraut de nos opinions. On a vu ce que leurs discours portent. Simple retour de bâton d’une vieille science de la politique aujourd’hui oubliée: La logistique, littéralement la science du juste mot. A force de masquer les mots du discours, le discours, bizarrement se révèle comme personne ( personne, ce masque antique qui fit la démocratie). Tombent les masques, et reste l’homme dans sa nature (comme auraient dit Solon, Aristote et tant d’autres, aujourd’hui méprisés), reprenant ses droits. (En bonne logistique, ses droits naturels, pas ceux qu’une déclaration enferma dans le faux-semblant de l’incommensurable…et du surnaturel.)

  3. Bonjour; sait-on pour quel(s) motif(s) le défilé de la 13° DBLE qui devait avoir lieu à Millau hier, 12/11, a été annulé ? En vous remerçiant.

Les commentaires sont clos.