Élites en perdition

Par Richard Dessens, le 16/11/2016

Cardinales n° 2


 

Depuis quelque temps, la question des élites se fait plus pressante. La poussée des « populismes » notamment depuis une quinzaine d’années, ravive les contestations des élites.

Les discours de nos élites occidentales tendent à minimiser et avilir cette contestation dont elles sont l’objet. En ce sens, elles ne cessent de marteler que les votes « populistes » représentent les moins diplômés, les plus pauvres, les rejetés de la mondialisation, bref une sorte de peuple qui compte moins que celui des intelligents, des riches, des diplômés, des mondialistes, qu’elles représentent.

Il y aurait ainsi deux sortes de citoyens : une catégorie supérieure, celle qui vote bien et une autre de « sous-citoyens » qui vote mal.

Dans ce bel élan de démocratie qui caractérise nos élites, elles ajoutent régulièrement un argument qui semble ne choquer personne.

Il consiste à répéter que, finalement, à bien y regarder,

les mauvais citoyens ne représentent qu’une petite minorité,

si on tient compte d’une abstention massive globale.

Argument primaire, mais redondant qu’on pourrait évidemment utiliser pour toute élection, même celle des « bons » citoyens.

Un journaliste de premier plan, Christophe Barbier, de L’Express, disait après l’élection de Donald Trump que ce n’est pas parce qu’une majorité d’Américains avait voté pour lui que ce n’était pas un « animal » dangereux.

La preuve de l’esprit démocratique de nos élites n’est plus à faire. Quel mépris !

C’est que nos élites sont en réalité en bout de course.

C’est là le point essentiel qui ressort de ces dernières années. Ces élites qui s’accrochent à un pouvoir né après-guerre et qui dure depuis plus de 70 ans.

Si les votes actuels (Pologne, Hongrie, Grande-Bretagne, USA, etc.) sont qualifiés d’« anti-système », c’est bien que les pays occidentaux sont en train de changer de système, ce qui est intolérable pour les élites… du système.

L’éternelle loi de Pareto est de retour : le renouvellement des élites s’accompagne toujours de bouleversements, voire de révolutions lorsque les anciennes élites s’agrippent désespérément à leur pouvoir.

Que 5 % de la population détiennent 95 % des richesses d’un pays – autre loi de Pareto – ne semble non plus choquer personne lorsque les votes « anti-système » se développent.

Tout pays a besoin d’élites, la vraie question reposant sur la nature de ces élites et de leur renouvellement, malheureusement totalement verrouillé depuis des dizaines d’années.


 

Lire la suite sur http://cardinales-2.blog4ever.com


Illustration par Le Colonel : Inégalités : vent de panique chez les élites
tempsreel.nouvelobs.com

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.