Éric Ciotti : «Contre les terroristes, la France a perdu plusieurs années»

Par Jean-Marc Leclerc , Christophe Cornevin, publié

Le Figaro

« Lors des auditions de notre commission, un haut responsable de nos services de sécurité a même annoncé «un long chemin tragique» pour notre pays… »

Crédits photo : François Bouchon/Le Figaro
Crédits photo : François Bouchon/Le Figaro

 

INTERVIEW – Le député Les Républicains des Alpes-Maritimes a présidé la commission d’enquête sur la surveillance des filières et des individus djihadistes. Il évoque, sans la moindre concession, les failles du système antiterroriste national.

LIRE: Les 10 propositions d’un rapport choc sur le djihadisme

LE FIGARO – L’existence même de votre commission n’est-elle pas avant tout l’aveu d’un échec?

Éric Ciotti – Les attentats qui ont frappé la France entre les 7 et 9 janvier dernier sont évidemment un échec pour notre système de sécurité. Il y a eu depuis l’agression contre plusieurs militaires à Nicela cyber-attaque contre TV5 Monde, l’attentat évité contre une église de Villejuif, sans parler du nombre toujours croissant de départs de Français ou résidents français vers les zones de djihad. Lors des auditions de notre commission, un haut responsable de nos services de sécurité a même annoncé «un long chemin tragique» pour notre pays…

Il y eut aussi l’affaire Merah dès 2012…

C’est exact. Mais la majorité parlementaire d’aujourd’hui, lorsqu’elle était dans l’opposition, n’avait pas souhaité soutenir le projet de loi contre le terrorisme présenté par le gouvernement Fillon après ces drames à Toulouse et à Montauban. Les représentants de l’opposition avaient, alors, commis une grave erreur en refusant l’unité nationale et en remettant en cause le travail de nos services, pourtant salué à l’étranger comme un modèle d’efficacité.

La France a-t-elle perdu du temps dans la riposte?

C’est indéniable! Malgré des alertes lancées dès 2012 sur les risques que présentent ces individus isolés radicalisés, la mobilisation des pouvoirs publics a été trop tardive. La France a perdu plusieurs années en matière antiterroriste. Il a fallu attendre avril 2014 pour qu’un plan anti-djihad soit lancé alors que les départs pour la Syrie s’opèrent depuis 2012. Le gouvernement actuel a trop retardé les vraies réformes, et n’a adopté que des réponses partielles, avec des oublis considérables. La réponse actuelle n’est pas à la hauteur de la menace que représentent ces individus armés, formés et déterminés.

Mais le gouvernement n’a-t-il pas entrepris d’importantes réformes?

Le plan annoncé au lendemain des attentats de janvier marque des avancées notables, mais les moyens alloués demeurent insuffisants. Le calendrier évoqué est aussi très flou. Il faut passer au stade supérieur et donc voter une véritable loi d’orientation et de programmation contre le terrorisme. Songez que de quelques dizaines de personnes à surveiller, nous sommes passés à plusieurs milliers en quinze ans! Les moyens sont loin d’avoir connu la même évolution! Les magistrats antiterroristes nous l’ont dit: il existe une situation de tension intenable et un déficit des moyens humains et matériels dans les services.

La guerre des services est-elle toujours de mise?

Lire la suite sur http://www.lefigaro.fr

 

1 réflexion au sujet de « Éric Ciotti : «Contre les terroristes, la France a perdu plusieurs années» »

  1. Je serais à la place de CIOTTI, je ne la ramènerais pas. Lui et ses acolytes ont eu tout le pouvoir en main pour agir.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :