Et notre démocratie aura vécu…

Par le Capitaine (e.r.) J.M., Ancien Officier à Titre Etranger

Le 21 janvier 2017 – Exclusivité Le Colonel


L’élection de Donald Trump fut une surprise pour tous nos politiques et en particulier pour notre imprévoyant président, pour tous ces experts hyper-médiatisés qui pour le coup n’avaient rien vu venir et pour tous ces sondeurs qui comme toujours affichaient des prédictions complétement erronées.


Dès le lendemain de son élection, des milliers de jeunes américains se retrouvaient dans les rues pour manifester leur mécontentement et hurler « Is not my président ! » (1). Slogan repris sur tous les réseaux sociaux et relayé par toutes les stars du showbiz ou prétendues comme telles. Les médias occidentaux et en particulier français, ont bien sûr couvert ce « mouvement démocratique » avec une extrême bienveillance. Son élection a été validée et rendu officielle par le Congrès américain, le 06/01/2017 (2). Mais le « Trump bashing » continu de plus belle et pas un jour ne se passe sans que de nouvelles accusations surgissent contre le nouveau président des U.S.A. Notre insignifiant président, notre pitoyable gouvernement et certains irresponsables de l’U.E. ne se gênent pas pour dire tout le mal qu’ils pensent de cet homme, oubliant par le fait, qu’ils s’adressent à un président démocratiquement élu par un peuple souverain et surtout qu’ils vont devoir faire avec, lors des futurs négociations internationales. Et je doute qu’après l’avoir ainsi insulté, ce dernier soit enclin alors à les écouter avec bienveillance ou de faciliter par quelques manières que ce soient ces mêmes négociations. Selon les dernières nouvelles (3), Donald Trump serait pieds et poings liés à Poutine par de sordides histoires financières et de mœurs, sans que des preuves ne viennent bien évidement étayer ces accusations diffamatoires. Mais cela suffit quand même à la presse internationale et surtout aux médias français, respectueux comme toujours, du principe de la présomption d’innocence, pour laisser sous-entendre qu’il faut sans doute annuler cette élection…


Du coup, au regard de cet exemple concret et actuel, il me semble légitime de s’interroger sur ce que vaut encore la démocratie pour nos hommes politiques, nos médias, nos people et bon nombre de nos concitoyens. En dehors de toute idéologie politique, avez-vous déjà réfléchi à ce qui pourrait se passer en France, si Marine Le Pen était élue démocratiquement, Présidente de la république, le 7 Mai prochain ?


Pour apporter quelques éléments à votre réflexion, permettez-moi de vous soumettre le scénario suivant. Vous me pardonnerez par avance mes piètres qualités de scénariste. J’y ai ajouté quelques références d’information récente qui ont pour objectifs de donner ici, des exemples de faits réels plus ou moins proches, à ce que je décris dans ce scénario.


Nous sommes à la veille du second tour, 24 heures sur 24 depuis des jours, tous les médias préviennent avec des menaces à peine voilées, que si le « populisme » gagne (4), la France sera revenue aux périodes les plus sombres de son histoire, que tous les pays nous boycotterons, que l’Europe sera en danger de mort. Que le chômage va exploser, que les conflits sociaux, ethniques et religieux vont s’aggraver. Que ce sera la fin de notre belle démocratie, de notre remarquable modèle social et de notre aura de la Patrie des droits de l’Homme de par le monde. Tous les hommes et les femmes politiques de droite comme de gauche font bloc pour dénoncer ce futur désastre et n’ont pas de mots assez durs pour ceux qui iront voter pour l’extrême droite. Et ils promettent tous, la main sur le cœur, que promis, juré, après les élections s’ils gagnent, les choses iront mieux pour tous les français. Nos people n’ont pas de tirades assez violentes pour fustiger tous ces « fachos » et menacent de ne plus venir dans les villes qui auront « mal » votées. Le candidat « républicain » a même refusé, par avance, le débat du second tour afin de bien montrer son mépris pour son adversaire et ses idées. Que ce même adversaire soit nettement en avance de votes lors du 1er tour, ne lui a pas fait changer d’avis…


Le soir du second tour, il est 20 heures, les résultats tombent. Dans une ambiance glaciale, les présentateurs vedettes de ces grands soirs d’élection, la mine déconfite, sont seuls devant les caméras. Tous les représentants des grands partis politiques ont refusé à la dernière minute, de venir participer à ces émissions. Car, malgré tout ce tapage médiatique et politique, et bien que le taux de participation n’ait jamais été aussi élevé depuis plus de quarante ans, Marine Le Pen est élue avec un petit nombre de voix en plus certes, mais elle est élue. C’est un choc immense dans tout notre pays, en Europe et de par le monde…


Le lendemain matin, toute la presse française titre avec des mots empreints d’une terrible violence et sans aucune retenue, que l’extrême droite « a raflé » la Présidence de la république. Nos people appellent à combattre le fascisme via des Tweet assassins ou sur leur page Facebook, devenu le défouloir de leur frustration. Des reportages sont diffusés en boucle sur toutes les chaînes de télévision pour montrer l’immense colère de ceux qui ont voté pour l’autre candidat (ou ont voté blanc) et beaucoup éructent que cette élection n’est pas « valable ». Des manifestations sont organisées « spontanément » au cri de : « Ce n’est pas mon président ! ». Slogan repris par beaucoup d’hommes et femmes politiques issus des partis dits « républicains », sans aucune réserve et avec une irresponsabilité à peine croyable. Déjà, des émeutes très violentes opposant forces de l’ordre et des jeunes des quartiers explosent, toujours « spontanément » selon la presse. Des milliers de voitures sont brûlés dans plusieurs villes de France. Quelques incendies criminels contre des écoles et des bâtiments publics sont déclarés dans certaines grandes villes et même dans des petits villages isolés…


Alors que la nouvelle Présidente élue démocratiquement n’est pas encore en fonction et n’a pas encore formée son gouvernement, tous les syndicats sans exception appellent immédiatement à la grève générale. De grandes manifestations sont organisées dans toutes les grandes villes, toujours au cri de « Ce n’est pas mon président ! ». Les jeunes sont dans la rue et vivent avec l’enthousiasme de leur jeunesse et une certaine bêtise liée à leur innocence, leur « révolution » avec un sentiment d’impunité totale et de joie communicative. Ils sont les bons contre les méchants, tout le monde le dit : leurs parents, leurs profs, les réseaux sociaux… Ce qu’ils font est donc juste. Ils affichent sans complexe, leurs « faits d’armes » sur les réseaux sociaux. Faits d’armes immédiatement remplacés par de nouveaux encore plus « trash », encore plus violents, car la surenchère est la règle sur ces médias de l’instantané. Ils scandent que ce sont les vieux qui ont votés « LE PEN », pas eux ! Qu’il faut revoter (5). Les médias et les partis politiques prennent fait et cause pour ce mouvement « spontané » et réclament également une annulation pure et simple de ce vote, au motif, qu’il en va de l’avenir de la France et que ce combat est non seulement juste, mais nécessaire (6). Avec un mépris total pour notre démocratie, certains membres du Conseil constitutionnel déclarent à la presse, alors même que cette juridiction n’a pas encore été saisi conformément aux lois de notre pays, qu’ils valideront cette demande aussitôt que cette dernière sera déposée officiellement, toujours au nom du sacro-saint motif qu’il en va de l’avenir de notre pays…


Les instances européennes s’en prennent ouvertement aux français qui ont osé voter de la sorte. Les sanctions vont tomber durs et très rapidement, annoncent-ils. Car alors que le nouveau gouvernement n’est pas encore en place, ces technocrates considèrent désormais, qu’il est de leur devoir de ne laisser aucune chance à cette nouvelle politique de faire éventuellement ces preuves (7). Nos alliés européens, en particuliers les allemands sont vent debout contre toutes velléités de réformes ou de renégociation des traités européens, et menacent la France de terribles sanctions financières, le cas échéant.


Les médias font reportage sur reportage sur ces français qui ont votés « LE PEN ». Ils nous dépeignent une France « profonde », caricaturale à l’extrême, faites de vieux blancs, catholiques, incultes, bornés, homophobes et racistes. Certains de ces reportages montrent même ces français se faire bousculer devant les caméras parce qu’ils ont osé avouer en public avoir voté « LE PEN ». Des groupuscules d’extrême gauche, agressent avec une violence inouïe, dans une indifférence presque générale, des personnes dans les rues, pour le simple fait, qu’ils ont « la tête » de quelqu’un qui a surement voté « LE PEN ». Ces brutalités font le lit des véritables « fachos » et d’adeptes de l’ultra-violence, qui en profitent pour régler leurs comptes sans distinction aucune pour leurs victimes, sous prétexte d’une juste vengeance…


Les banlieues explosent et dans certaines villes comme à Paris et à Marseille tout d’abord, des quartiers entiers s’autoproclament « indépendants », et sont rapidement suivies par d’autres à Lyon ou à Lille. Des petites armées locales équipées de Kalachnikov, font blocus aux forces de l’ordre. De vifs échanges par armes à feux font de nombreux morts et des blessés. L’ancien gouvernement toujours en place fait reculer la police et l’armée, désormais dépassés par les évènements, afin de ne pas « jeter de l’huile sur le feu ». Dans ces zones « hors de France » règnent maintenant la loi des caïds des cités et des Imams, chacun y trouvant son compte et prenant garde de ne pas se porter préjudice mutuellement, en restant unis pour l’instant. Un couvre-feu est instauré dans toute la France, mais il n’est respecté nulle part. Des scènes de pillage en règle éclatent partout, les plus violentes et impressionnantes étant conduites par ces mêmes bandes armées des quartiers. L’insécurité est partout, de nombreux crimes et délits sont commis, il y a des files d’attente devant les commissariats pour y déposer plaintes. Mais devant ce nombre incroyablement élevé, complètement asphyxiée, la police invite ces victimes « à revenir plus tard, lorsque la situation sera plus calme… ». Il n’y a plus de carburant nulle part, les magasins ne sont plus ravitaillés ou restent fermés par peur des pillages. Les écoles sont fermées. Les services de l’État sont réduits au strict minimum, car les fonctionnaires non-grévistes ont fait valoir « leur droit de retrait ». Les centrales nucléaires sont mises à l’arrêt les unes après les autres, également parce que les techniciens chargés de leur exploitation ont également fait valoir « leur droit de retrait ». Les coupures de courant se généralisent. Les gens n’osent plus sortir de chez eux. En quelques jours à peine, l’économie entière du pays est bloquée…


L’ancien Président et son gouvernement toujours aux affaires, ne savent plus quoi faire. Au Parlement et au Sénat, nos élus se déchirent entre eux sur les solutions possibles. Les appels au calme se succèdent en vain. L’armée et les forces de l’ordre ont désormais pour priorité de protéger l’Élysée, le Parlement, le Sénat, les préfectures, les mairies, les gares, les aéroports, les ports, les hôpitaux, les moyens de communications et les dépôts de carburant. Mais l’ampleur de la tâche est telle, épuisées par ces longs mois passés en état d’urgence, ils n’ont plus les effectifs nécessaires pour remplir toutes ces missions. Petit à petit, Ils abandonnent le terrain suivant les ordres parfois contradictoires et souvent désordonnés de nos irresponsables politiques et aussitôt le désordre et l’anarchie y règnent en maître. Dans toutes les prisons chauffées à blanc par la surpopulation, des émeutes sanglantes ont éclatées, de très nombreux détenus se sont échappés, en particulier des détenus dits radicalisés qui ont trouvés immédiatement refuge dans ces quartiers « libérés du joug de l’État français ».


La situation dégénère de jour en jour, ceux qui ont voté démocratiquement pour que ce pays change, ont peur désormais pour eux et leurs familles. Ils comprennent que s’ils ne font rien, ils risquent leurs vies et celles de leurs proches. On les désigne déjà comme responsable de ce qui ce passe en France. Alors qu’ils n’ont fait que leur devoir de citoyen en votant, usant ainsi de leur droit de vote pour faire changer les choses. Alors même que depuis des décennies, ces élus dits « républicains » n’ont jamais tenu leurs promesses électorales et les ont méprisés pour ceux qu’ils sont, c’est-à-dire « des français moyens ». On les chasse désormais comme les collabos d’après-guerre, pour leur faire payer tous ces malheurs causés par ce chaos. Ils se regroupent alors en groupe d’auto-défense, ils s’arment comme ils peuvent et n’hésitent plus à user de violence pour se défendre. Cette guerre civile tant galvaudée depuis ces dernières années, fait rage maintenant dans notre pays…


La noirceur de ce scénario n’a pas vocation à vous faire peur, même si le ton est volontairement anxiogène. Son objectif n’est pas non plus de vous inciter à changer le vote dont vous serez le seul décideur dans le secret de l’isoloir. Vote qui sera votre choix personnel, expression librement consentie de ce droit inaliénable qu’est le droit de vote. Il est uniquement destiné à vous faire réfléchir sur ce que vaut encore notre démocratie aujourd’hui. Je ne vous dis donc pas pour qui vous devez voter ou pas. Je ne vous pose pas non plus la question de savoir pour qui vous allez voter, ni même si vous allez voter. Selon moi la seule question qui vaille la peine d’être posée ici, est la suivante :


Au lendemain du second tour, si le résultat de ce vote démocratique est remis en question, dans quel camp serez-vous : celui de ceux qui fouleront aux pieds les lois de la République et notre démocratie, parce que le résultat des urnes ne correspond pas à leurs attentes, ou celui de ceux qui se cacheront chez eux, sans intervenir, ni protester, en attendant que les choses se calment,  ou encore celui de ceux qui sans considération pour la couleur politique du bulletin de vote qu’ils auront déposé dans l’urne, irons défendre avec force et conviction, cette même démocratie et le résultat du vote du plus grand nombre ?


Comme je me permets de vous poser cette question, par honnêteté, je me dois aussi de vous donner ma réponse :


« Quel que soit le résultat de ces élections, je serais toujours du côté de la démocratie. Et je la défendrai avec mes faibles moyens avec détermination jusqu’à mon dernier souffle, sans haine et sans violence inutile, mais sans aucune faiblesse. Pourtant dès lors que ce combat aura commencé, je sais déjà qu’il sera très long et que beaucoup y perdrons la vie, que notre mode de vie actuel sera révolu et que notre démocratie aura vécue… ».

 


1) http://www.huffingtonpost.com/entry/stop-saying-not-my-president-and-do-something_us_582a11a3e4b057e23e314869
2)http://www.20minutes.fr/monde/1991211-20170106-etats-unis-election-donald-trump-presidence-certifiee-congres
3)http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2017/01/11/un-rapport-explosif-mais-non-verifie-sur-trump-et-la-russie-agite-les-medias-americains_5060626_829254.html
4)AFP, publié le jeudi 12 janvier 2017 à 18h48 : La montée des populismes menace les démocraties, prévient Human Rights Watch.
5)http://www.bfmtv.com/international/les-jeunes-ont-vote-le-maintien-les-personnes-agees-la-sortie-995684.html
6)http://www.atlantico.fr/decryptage/elections-annulees-fn-arrivait-au-pouvoir-cette-rumeur-venue-portugal-qui-agite-extreme-droite-jerome-jamin-2093792.html
7)https://fr.sputniknews.com/international/201606291026266726-brexit-ue-juncker/

 


Illustration par Le Colonel. Source photo : 2 petits trucs sur les émeutes de novembre 2005
libcom.org

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

6 thoughts to “Et notre démocratie aura vécu…”

  1. Ce scénario est intéressant à plus d’un titre.
    D’abord parce qu’il met en évidence, au risque de brutaliser les consciences, la possibilité d’un enchaînement mortifère contre la nation à court terme.
    Ensuite parce qu’il dévoile les cas de conscience qui en découleraient. Chacun reste finalement seul face à lui-même pour se déterminer et répondre à la question posée par l’auteur du billet.

    Le scénario est plus complexe que le « 7ème scénario » (Stratediplo).
    http://www.lulu.com/shop/stratediplo/le-septi%C3%A8me-sc%C3%A9nario/paperback/product-22330739.html

    Certains y verront une variante du 7è scénario, d’autres un scénario plus englobant dont le 7è scénario est une composante relative à l’adversaire Jade (tenant de l’idéologie Emeraude).

    Le scénario exposé ici oppose deux adversaires parmi les tenants du mode de vie Cyan…
    Les Outremer légalistes, partisans du respect du verdict des urnes, et les Magenta qui considèrent que les Outremer se situent en-dehors de l’espace politique traditionnel Cyan.

    Pour simplifier, on peut considérer que les Outremer tout autant que les Magenta ne constituent pas des forces homogènes, mais des forces recomposées ou en voie de l’être.
    Les Cyan Clair quant à eux restent dans une attitude prudente en choisissant de ne pas intervenir, même s’il est probable qu’ils basculeront progressivement en faveur du camp qui prendra l’avantage.

    L’adversaire Jade quant à lui ne restera certainement pas attentiste dès lors que la situation sera très dégradée.
    Il lui sera peut-être même assez facile de mettre en place des enclaves Pistache « par souci d’auto-défense ».

    Les questions que je me pose sont les suivantes :

    – le pacte du mode de vie Cyan est-il suffisamment résilient pour dépasser le clivage Outremer vs Magenta ? Il semblerait malheureusement que non, a priori…

    – la porosité actuelle entre Magenta et Jade va-t-elle perdurer compte tenu des spécificités de l’idéologie Emeraude ? A priori non, tant le mode de vie Emeraude apparaît comme une régression dans l’échelle des libertés, mais la perspective de survie peut engendrer bien des compromissions sur le court terme…

    – l’opposition Outremer vs Magenta resterait-elle irréductible, dès lors que l’adversaire Jade se dévoilerait ?

    – la conservation d’Alexandrite (par Outremer ou Magenta) suffirait-elle à dissuader le pays Sapin d’intervenir au profit de l’adversaire Jade ? (si bien sûr le contexte du pays en question s’y prête au moment des faits, ce qui ne semble pas être le cas aujourd’hui).

    – en cas de neutralité « jurée-promise-crachée » du pays Sapin ou d’autres pays à forte teneur en conifères, dans quelle mesure les interventions par procuration (financière, logistique…) pourraient être contrées ?

    – dans quelle mesure le flot de nouveaux arrivants à dominante civilisationnelle Emeraude pourrait-il être stoppé aux frontières (maritimes et terrestres)… ou pas ? (pour éviter l’expansion des enclaves Pistache en particulier).

    – Comment gérer les inévitables arrivées de volontaires Citron et autres Pastèques « internationaux amoureux des justes causes » (soit pour Outremer ou Magenta, sinon ce serait trop simple…) ?

    – avec les récents changements à la tête du pays Lapis-Lazuli, le 9è scénario serait-il toujours pertinent en l’état ?

    – dans quelle mesure la coalition Turquoise pourrait-elle intervenir pour des motifs « humanitaires » tant que les forces Outremer et Magenta seraient encore aux prises ?

    – Comment notre domaine maritime lointain pourrait-il être préservé des convoitises pendant la période d’instabilité en métropole ?

    – Quelle conduite à tenir si l’opposition des forces Magenta et Outremer n’intervient qu’hors de métropole ? (risques de sécession)

    – Quelles perspectives d’intervention directe, en soutien ou par procuration, du pays Saumon (ancien leader de la coalition Carmin) au profit du mode de vie Cyan ?

    Enfin et pour finir sur une note optimiste :
    – Dans quelle mesure le mode de vie Cyan devrait-il évoluer et se réformer à la fin des « tensions » pour être plus résilient et assurer sa pérennité, quand l’adversaire Jade sera éradiqué ?

    – Cela tient-il seulement à sa classe dirigeante ou également à une évolution du pacte national garant de ses libertés dans la légalité et la sécurité ?

  2. Cela reste quand même une grande fiction, le Président c’est l’exécutif et madame Le Pen
    ne peut en aucun cas obtenir une majorité législative ,tout au moins en 2017,car le plafond de de verre peut craquer pour les présidentielles mais certainement pas pour les législatives, donc madame Le Pen se retrouverait en cohabitation avec une majorité
    recomposée de centre droit, ce qui est a la foi une faiblesse et un garde fou de notre système, qui préfère un exécutif et un législatif en osmose.
    Quant aux banlieues qui explosent, désolé, mais c’est déjà fait, et puis il nous reste l’état d’exception, qui consiste a tirer d’abord et faire les sommations après.

  3. C’est un scénario possible et plausible raconté par Régis.
    Cependant, l’on ne tourne pas un film !
    C’est la vie de la Nation qui est en jeu.
    La Constitution et les lois françaises fixent les règles de la démocratie dans le pays. Tout le monde doit s’y plier, tout le monde !
    Et quel que soit le résultat de la présidentielle, il est à craindre le pire.
    Qui a écrit « j’ai mal à ma France » ? Un certain Bigeard.
    De là où il est, qu’il la protège avec Saint Michel pour bouter la bête immonde et l’ennemi hors de France.

  4. La démocratie aura vécu, mais elle n’a jamais existée sous les mandats républicains et socialistes. Avec Giscard, elle s’apparentait déjà à une monarchie. Puis est arrivé Mitterand, qui a complètement dévoyé l’esprit républicain avec sa main mise de l’appareil d’État pour protéger ses turpitudes amoureuses. Et inaugurer le service des écoutes téléphoniques généralisées avec la « cellule de l’Elysée ». Sous Chirac, la démocratie s’est transformée en une ripouxblique car TOUS les barons du gaullisme, du chiraquisme, du giscardisme, du centrisme et autres ismes se sont retrouvés avec des ennuis avec la justice. Et la France a commencée à être pillée par les bandes organisées des grands serviteurs de la république, les corps constitués.
    Avec Sarkozy, enfant terrible du chiraquisme, la France a pris un tournant quasi industriel dans le pillage par les élites, des finances, des entreprises, des ressources naturelles du pays français. Avec Hollande, ce n’est plus le vol ripoublicain, c’est le caviardisme rose tous les jours, sauf dans la période des attentats islamistes pour laquelle le monarque nous a proposé des mesures « incongrues » et hors sol, mais sans oublier de faire « payer » le français moyen grâce à aux lois renseignements et sécurité,
    Alors, la démocratie française, va se terminer avec vos « supputations prévisibles » auxquelles je rattacherai, la chute de la monnaie unique, donc de l’Euro, qui mettra à feu et à sang toute l’Europe entière. Car ne nous trompons pas, la démocratie ne tiens que parce que le pognon circule. Avec l’arrêt par les banques de la circulation de l’euro en tant que monnaie de paiement « normal », tout va s’écrouler. Alors, est-ce que les banques françaises, assujetties aux diktats de Bruxelles, vont prendre prétexte pour bloquer tous les DAB, suite aux manifestations des socialies roses, vertes, rouges, noirs très noires, telle est la question.
    Mais grâce à la « prévoyance » de monsieur Valls, le premier ministre actuel, disposant du décret mettant à sa botte la Justice, la Hollandie ressuscitera tel le phœnix de ses cendres, et nous aurons droit à un coup d’État juridique d’exception, comme prévu par le président renonçant actuel pour le faire rentrer dans l’Histoire. Les élections seront invalidées et le peuple aura vécu sa dernière démocratie.

  5. bonsoir , texte réaliste et de l’ordre du possible. Mais d’un autre côté, même des gens pas forcement  » branchés » infos, ont fini par repérer que les journaux TV étaient du grand n’importe quoi : parti pris, mensonge, omission, bashing. ( beaucoup ont éteint leur TV ) et constaté que la presse écrite ne valait guère mieux.
    j’ai bien aimé la derniere émission avec E. TODD.. il a lancé quelques fléches …https://www.youtube.com/watch?v=-M2NBFLUI0Q dont une qui a laissé tout le monde sidéré… 😉

Les commentaires sont clos.