Et si tout n’était que des histoires de bites ?

Régis Ollivier, le 10 janvier 2019. Le Colonel 3.0

En forme d’avertissement, Le Colonel 3.0 attire l’attention de ses lecteurs sur le fait que cet article peut choquer voire susciter des réactions épidermiques chez certaines personnes mal préparées à entendre une vérité cash. En cas d’allergie, il est préférable de consulter son médecin. En outre, cet article évoque des scènes de sexe non dissimulées.

La merde en France a commencé en 1981 avec le fossoyeur en chef de la Nation. François le 1er. Putain! 2 mandats successifs pour mettre à sac le pays. Côté crispé du trou du cul, ça ne changeait pas beaucoup d’avec le baron de la tronche en biais, l’inénarrable VGE. Gros queutard devant l’Éternel. Comme François le 1er d’ailleurs. Ensuite vint Chirac, qui lui aussi maniait bien la bite. Il avait pour lui d’être sympathique. La grosse cata fut l’arrivée de Nicolas le 1er, dit Nicolas le nabot. Bon, question bite, je sais pas. À priori il savait s’en servir discrètement. Par contre, la fonction présidentielle en a pris un sacré coup à l’intérieur du pays. À l’extérieur, il représentait plutôt bien. Le fameux « casse-toi pov con » aura été désastreux. Puis vint François le 2d qui réussit l’exploit de virer le nain de jardin. Là, on en a pris plein la gueule avec le Bidochon. Nul à chier. Et question bite à la main, on n’a pas fait mieux depuis. Baise en ville, casque et scooter pour aller mettre le carnet de tirs à jour. Là pour se casser la gueule, la France s’est cassée la gueule. Pour nous c’était la débandade… On croyait avoir touché le fond. Et bien non. Arriva comme un poil du cul sur la soupe Emmanuel le 1er dit Manu, Doudou, voire Ma Poule pour les intimes. Enfin ! les très intimes. Là on est carrément tombés dans l’orgiaque à la romaine. Là, question bite, on est tombés très très bas. Fallait faire gaffe pour ne pas marcher dessus. Là où ça pue le cul. Là, on est vraiment devenue une république de merde. Une république bananière. La fange, le stupre et la luxure. Là, je me suis dit « Régis, tu prends ta bite et ton couteau, ta femme aussi par la même occasion et Chipie, et tu te barres en Suisse ». J’en suis là dans ma réflexion. En ce jeudi 09 janvier de l’An de grâce 2019 à 04h36 😳. Bon bin, bonne journée. Je vais essayer de grappiller une heure de sommeil. Bien à vous. Pays d’merde quand même. 😤🤬

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

18 thoughts to “Et si tout n’était que des histoires de bites ?”

  1. Pour prétendre à être un résident retraité en Suisse il faut disposer d’une retraite d un minimum de 46ooo€ ,ce qui exclut les colonels (er)!

  2. Nouveau venu sur ce blog, je ne me sens pas le droit de porter un jugement. Cependant, cette publication ne m’inspire guère.
    « Les dessous croustillants de l’histoire de France », de monsieur Alain Dag’Naud m’ont semblé bien plus complets et mieux renseignés.
    Bien cordialement et meilleurs vœux à tous

  3. certains disent que vous avez pété les plombs peut être mais c’est la vérité… qui n’est pas toujours bonne à dire mais ça défoule… bravo on est vraiment dans un pays de merde…

  4. Oh, Ben, mais, rrrrhôôô…. Colonel voyons…étonnant de votre part de traiter un tel sujet avec autant de niaque. Nous sommes le 11 Janvier et vous printonnez déjà ?
    Très honnêtement, votre petit pétage plombs m’a dans un premier temps scotchée puis explosée de rire ! Vous nous raconterez où en est votre projet sur la Suisse avec votre épouse et Chipie ?
    Bonne fin de semaine. Ne loupez pas les DJOBI DJOBA qui se ramènent en très grand nombre samedi avec leurs caravanes au cul pour venir kidnapper Castaner et l’Macron.

  5. Bien vu. Pas mieux : j’en suis au même stade dans mes réflexions. Mettre les enfants à l’abris, les inciter à se barrer très vite et très loin dès qu’ils auront leur diplôme d’ingénieur (c’est bientôt le cas); de toute façon, c’est à bilan nul et ils seront vite remplacés par des migrants. Pour la suite, faut que je trouve un endroit ou passer les quelques années de vie qu’il me restera, si possible le plus loin possible de ce pays de merde.

  6. J’aurais pas osé… Mais droit au but, c’est plutôt solide, mon Colonel! Vu hors des frontières où je me suis retiré, le pays de France prend de plus en plus l’air penché. Ça se sait et ça ce voit.
    Ce matin j’examinais la nouvelle fiche de paye « simplifiée » et la comparais à une américaine: 25 lignes contre 3 (ou 4 selon les cas) et je me disais « Ces Énarques de Bercy sont mêmes plus cons que les ricains de même engeance… ». Puis il faut désormais un PC pour parler à fonctionnaire… qui a décidé cela ? Mais les Zélites françoises s’en foutent !
    Quand je pense qu’on poussait aux véhicules Diesel (qui sont 20% plus efficace) pour nous entendre dire maintenant qu’il faut les casser pour des véhicules électriques qu’on sera sans doute invité à ferrailler dans 10 ans! Ha… les 5000E pour aider à acheter un véhicule « propre » : Quelle famille moyenne peut larguer 25000E à la demande (soit qq 650E par mois de traite) ? On se traîne maintenant sur les routes à 80 car, vu de Paris c’est « sensible » … Pendant qu’on aide et loge des émigrants illégaux, on taxe les retraites des vieux… Faute politique s’il en est!
    Je ne souhaite pas un 1789, toujours sanglant, mais que faire de ces incompétents arrogants en attendant les élections?

  7. Cher Colonel , c’est toi qui doit voir un Toubib …. tu as pété les plombs ce qu’on peut comprendre vu la situation mais tu dérapes un max et ce n’est pas toi ? ton site est’il piraté ….

  8. Cela me fait penser à un livre que je lisais en cachette dans ma jeunesse alors que je me trouvais en pension. Le titre:
    Ces coups de queue qui firent l histoire de la France.
    Ce livre a eu de ma part une triste fin.
    Alors qu’un soir, je me trouvais en grande lecture dans mon lit, le « pion » à surgi dans l immense dortoir’.
    J ai eu juste le temps d ouvrir la fenêtre et de déposer le « corps du délit sur le rebord de celle-ci.
    Mais malheureusement en refermant les vitres le livre à glisse sur un toit en contre bas.
    Je n en connaitrais jamais la fin.
    Ce livre parlait en termes très crus des histoires de cils de tous les représentants de la France : rois, princes, empereurs et présidents de la république entre autres.

  9. Bonsoir Régis. Tout cela est bien vu mais une chose qui m’ahurit toujours c’est cette obsession masculine concernant la bite mise à toutes les sauces si j’ose dire.

Les commentaires sont clos.