État d’urgence : vers un coup d’État républicain en France ?

Yann Vallerie, le 02 décembre 2015

Boulevard Voltaire

 

 

Je me tue à vous le dire. Ce scénario est très plausible. « L’annulation possible des élections présidentielles de 2017 en raison d’une menace terroriste et de l’État d’urgence et l’annonce par François Hollande d’un gouvernement d’union nationale. » //RO

 

 

L’annonce par Manuel Valls d’une possible prolongation de l’État d’urgence en France sur plusieurs mois amène quelques réflexions que les Français attentifs feraient bien de prendre en compte :

Avant les élections régionales, il était question d’agir vite contre les islamistes, ce qui a entrainé des centaines de perquisitions, dont beaucoup inutiles voire arbitraires.  L’effet d’annonce, l’envie de montrer dans les journaux que quelques « barbus » sont menottés, ça fait de l’audience, et ça vous remonte une cote de confiance à 50 %. 
Dans le concret, le Bataclan peut se rejouer demain, les frontières sont toujours des passoires, et l’islam radical a une armée de postulants au martyr, partout en Europe. 
L’image désastreuse de ce policier en larmes au soir des attentats – image devenue la une du magazine de propagande de l’EI – aura sans doute suscité de nouvelles vocations au sein d’une jeunesse qui préfère la force à la faiblesse.

Pour protéger la Cop21, une forte répression là encore arbitraire a touché les milieux d’ultra-gauche, avant tout pour donner des gages aux dirigeants du monde que Paris est une ville sûre. Sauvons le tourisme, sauvons l’économie, préparons l’union nationale avec la droite molle.

Après les élections régionales, qui devraient voir quelques régions passer au Front national, un scénario est particulièrement envisageable : L’extension de la répression vis à vis des milieux identitaires, nationalistes, patriotes, même si ces derniers ne représentent qu’une infime menace pour l’État vu le manque d’organisation et de détermination de ces milieux. Gardes à vue massive, interdiction de quitter le territoire, interdiction de toute manifestation contre l’immigration ou l’islamisation, assignations à résidence, tout est désormais possible.

Lire la suite sur http://www.bvoltaire.fr

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

3 thoughts to “État d’urgence : vers un coup d’État républicain en France ?”

  1. Nous allons laisser faire ? Sommes-nous tombés si bas ? N’avons-nous pas honte ? Nous arriverait-il de penser à l’avenir de nos descendants ? J’ai honte !!!

  2. 1895 – 1896

    JAURES publie dans  » revue socialiste »

    LA FORCE ABUSIVE DU POUVOIR EST FAITE DE LA FAIBLESSE DES CITOYENS

     » Mais quoi! allons-nous reprocher à un gouvernement quelconque d’user de la force publique qui est dans sa main ?
    nous n’aurons pas cette naïveté: il n’y a pas au monde, une seule force disponible qui demeure sans emploi : ceux qui s’en peuvent servir y sont invinciblement portés.
    Prétendrons-nous que, si la République opportuniste faisait place à la République Radicale, la sincérité électorale, l’impartialité administrative , l’indépendance républicaine des fonctionnaires serait absolue? Pas d’avantage: les radicaux abuseraient du pouvoir, les socialistes aussi en abuseraient, tant qu’ils seraient du moins dans la période de combat, tant qu’ils n’auraient pas, en réalisant leur programme, mis eux mêmes un obstacle à leurs propres abus  »

    ON NE PEU PAS DIRE QUE NOUS N’ETIONS PAS AVERTI .
    NOUS SOMMES EN PLEIN DEDANS,

  3. Mais RIEN de nouveau VALS avait déjà dit qu’il ferait annuler les élections de 2017 en cas d’arrivée aux affaires du F.N à l’image de l’Algérie au temps du G.I.A !
    Souvenez vous ? Ce n’est pas l’honneur qui tue le tandem Hollande Vals !
    Ces deux là sont dotés d’un machiavélisme terrible du moment ou eux et leurs copains puissent continuer leurs magouilles « souterraines » au préjudice des contribuables puisque leurs indemnités ne sont pas imposables !

Les commentaires sont clos.