Être femme de militaire, c’est assumer le métier de son mari. Envers et contre tout…

Le 20 mai 2019 – Femme Expat

© Pierre Duriot

Accepter que cette passion fasse partie intégrante de la vie familiale. Et prendre sur soi… pour le meilleur et parfois malheureusement pour le pire. Etre femme de militaire, c’est aussi bouger, voyager, être séparée.. c’est aussi mettre sa carrière entre parenthèse, c’est partir en expat, ou lui en OPEX.

Témoignage.

Je suis femme de militaire depuis 2 ans, nous sommes basés en Allemagne dans un régiment franco-allemand. Mon mari est allé en Afghanistan pendant cinq mois en OPEX.

On se dit : pas de quoi bouleverser une vie ! Et pourtant… quel changement. Avant de le rencontrer, j’étais assistante en ressources humaines dans une société en Alsace. Un métier passionnant mais très prenant jusqu’au jour où je l’ai rencontré.

Au début de notre relation pas de problème, je pouvais très bien concilier les deux. En semaine, il était dans son régiment. Moi je travaillais. Il venait en France tous les weekends. Et repartait le lundi matin très tôt. Cinq mois plus tard, sa première OPEX (opération extérieure) tombe. Cinq mois d’absence, mais surtout cinq mois d’angoisse. Il est certain qu’une OPEX dans un pays en pleine guerre civile, ça ne rassure pas. Au bout de quatre mois et 21 jours exactement (hé oui, on compte même les jours), enfin le retour !

Entre-temps, j’ai vraiment connu une période de grande déprime

Son absence, l’angoisse, le stress de mon travail n’ont pas aidé à mon épanouissement personnel. Mais il est enfin là. Les entreprises ne sont pas conciliantes. Il m’a fallu donc faire un choix. Les solutions sont apparues très clairement. Soit je continue à travailler mais dans ce cas, adieu la vie de couple. Ou alors je mets ma vie professionnelle entre parenthèses pour profiter de son retour, sachant qu’il y aura d’autres OPEX, des manœuvres, des stages… C’est certain le temps nous manquait. J’ai donc fait le choix de mettre en sommeil ma vie professionnelle. Et croyez moi c’est une toute nouvelle vie.

https://www.femmexpat.com/expatriation/femme-de-militaire/?fbclid=IwAR2tb3BPAHsbhXWTZpx7qg9Kt0au_doipJs5kkQrBPK0HA_c44jIPa_u8aY

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

3 thoughts to “Être femme de militaire, c’est assumer le métier de son mari. Envers et contre tout…”

  1. Bonjour,
    Être
    compagne de militaire, des droits comme l’épouse de l’amiral Nelson : RIEN, financièrement !
    La grande muette a-t-elle changé, voilà ma question
    Blog intéressant, d’actualité et documenté

  2. Elles ont beaucoup de courage, comment peuvent-elles en avoir autant? Je ne les envie pas et je les salue bien bas car il faut une sacrée détermination pour accepter tous ces aleas.

Les commentaires sont clos.