Europe : les remplacistes ne se cachent plus

le

« Peter Sutherland, comme le reste de la gouvernance atlantique (états, UE, Otan, FMI, etc.) sont réellement prêts à tout pour sauver l’oligarchie. Quitte à importer des dizaines et des dizaines de millions de musulmans en Europe. Ce qui paraît comme une politique suicidaire et vouée à accélérer la crise leur semble, dans leur monde fait de statistiques, réalisable et indispensable ».

 

Comme nous le rapportions dans un article récent, l’ONU – qui encadre actuellement les camps du Liban et de Jordanie où vivent près de 3 millions de personnes déplacées – a cessé de fournir les aides financières directes aux populations. Délivrant jusqu’à présent 150 dollars par mois et par personne, l’ONU a réduit son aide à 13 dollars.

 

Cet arrêt brutal a déclenché le départ des habitants des camps de réfugiés pour rejoindre l’Europe. Mais nul n’explique pourquoi l’ONU, largement pourvue en fonds, a ainsi cessé d’aider ces camps en pleine crise migratoire.

Pour comprendre à ce qui se passe, il faut s’intéresser aux architectes qui, dans l’ombre des couloirs de l’ONU, travaillent à un vaste plan de repeuplement de l’Europe.

Le plus éminent d’entre eux est l’irlandais Peter Sutherland. Cet homme n’est pas n’importe qui. Il a été directeur-général de l’Organisation Mondiale du Commerce, Commissaire Européen à la Concurrence, directeur de Goldman Sachs international (…).

Il est également conseiller financier du Vatican, ce qui explique, comme on le verra, sa proximité avec le Pape actuel sur la question de l’immigration.

Plus encore, il est membre de la direction du Groupe Bilderberg et directeur de la Commission Trilatérale. Deux groupes globalistes qui déterminent la politique secrète de l’oligarchie atlantique.

Conseiller spécial de l’ONU pour l’immigration

Mais, si nous mentionnons son nom aujourd’hui, c’est en sa qualité de Conseiller Spécial auprès du Secrétaire-Général de l’ONU pour les Migrations Internationales.

C’est précisément à ce poste qu’il articule les intérêts de la finance internationale – et donc des fonds de retraites allemands qui sont intégrés dans le système bancaire européen – et son agenda migratoire global qu’il engage l’ONU à promouvoir.

Dans une interview récente disponible sur le site de l’ONU, Peter Sutherland donne les raisons de sa politique d’ouverture maximale des frontières. Derrière un jargon humanitaire prudent, le financier explique :

“Si vous prenez l’Allemagne comme exemple, l’Allemagne a le plus faible taux de naissance du monde. Ce plus faible taux de naissance nécessite d’accueillir plus d’un million de migrants par an sur les 30 prochaines années pour maintenir une situation où le nombre de retraités est équivalent à celui des actifs de 30 ans”.

Et d’ajouter :

“Mais je pense qu’il y a là un motif économique qui est tout aussi évident dans d’autres endroits d’Europe, particulièrement en Espagne, en Italie, au Portugal, par exemple, où il y aura de gros problèmes dans le futur s’il n’y a pas d’immigration“.

Et de conclure :

“Je demanderai aux gouvernements de coopérer, de reconnaître que la souveraineté est une illusion, que la souveraineté est une illusion absolue que nous devons mettre derrière nous. Les jours où nous nous cachions derrière des frontières et des barrières a disparu de puis longtemps.”

Du moins jusqu’à ce que Viktor Orban ferme précisément la frontière hongroise avec une barrière de sécurité, mettant un terme à l’invasion migratoire et renversant l’agenda de Peter Sutherland et des puissances globales occultes activement engagées dans la réalité de leur projet : l’abolition de toute souveraineté politique des peuples à leur profit.

 

 

 

Lire la suite sur http://civilwarineurope.com

Illustration : Peter Sutherland : Goldman Sachs, Bilderberg, Trilatérale, etc.

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

3 thoughts to “Europe : les remplacistes ne se cachent plus”

  1. Manque le principal dans l’énumération des lobbies où Sutherland trempe, à savoir nos chers francs-maçons que l’on va retrouver ô combien disséminés dans ces ensembles destructeurs du vieux monde.

Les commentaires sont clos.