Face à Daech, l’étrange victoire

Le 14 mars 2019Marc Hecker

Plusieurs fois, par le passé, les Occidentaux ont pensé tenir leur victoire face au djihadisme. Après les attentats du 11 septembre 2001, les États-Unis ont lancé un ultimatum aux talibans pour qu’ils ferment les camps d’entraînement d’Al Qaïda et livrent les dirigeants de l’organisation terroriste aux autorités américaines.
© Pierre Duriot

À son apogée, Daech contrôlait près du tiers de l’Irak et la moitié de la Syrie. Après avoir perdu Mossoul et Raqqa en 2017, l’organisation est en passe d’être chassée de son dernier réduit, une zone étroite située entre l’Euphrate et la frontière syro-irakienne.

En décembre 2017, le premier ministre irakien, Haider al-Abadi, annonçait la « victoire finale » et la « fin de la guerre contre Daech ». Le mois suivant, Donald Trump faisait lui aussi des déclarations triomphales lors de son discours sur l’état de l’Union.

Si le califat proclamé par Abou Bakr al-Baghdadi s’est effectivement effondré, crier victoire est largement prématuré. La lutte contre le terrorisme promet d’être longue, tant à l’extérieur de nos frontières que sur le territoire national.

https://theconversation.com/face-a-daech-letrange-victoire-113511?fbclid=IwAR33jZVczvHvGsnHwLiw5wEXJBhTTmGEOUD6KxVw1q0YX-eSvD0ovYgQUXs

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

One thought to “Face à Daech, l’étrange victoire”

  1. Et après ? Vous ne pensez pas que toux ceux qui s’accrochent dans le dernier réduit devraient être passés a la moulinette ? Qu’est ce que cela cache encore ? Certes c’est sans doute un vœu des Kurdes, vu que dès que le bouclier américain aura disparu, Erdogan se fera un malin plaisir de les découper en morceaux …..Vu que pour l’instant personne ne se précipite pour prendre leurs défenses ! Le peuple maudit !

Les commentaires sont clos.