France : Combien de Molenbeek ?

Par Yves Mamou, le 0

Gatestone Institute


C’était LA question taboue. LA question à ne pas poser. Nous savons désormais qu’il existe en France « environ une centaine Molenbeek ». C’est grave. Très grave même. Mais les gouvernements successifs ont laissé s’instaurer ces enclaves de non-droit. Et laissent toujours faire. Pour l’auteur de ce billet « La vraie question qui se pose est la suivante : si l’Etat est informé de la situation – et il l’est -, pourquoi n’interdit-il pas le salafisme et n’expulse-t-il pas tous les imams salafistes qui prospèrent dans les quartiers, mais aussi sur YouTube, Facebook, Twitter ? » //RO


 

Translations of this item:

  • « Une centaine de quartiers en France » présentent « des similitudes potentielles avec Molenbeek » — Patrick Kanner, ministre de la ville.
  • En fait, les salafistes ne veulent pas « prendre le pouvoir dans les quartiers ». Dans nombre d’entre eux, ils l’ont déjà.
  • « Plus j’avance entre les immeubles, plus je suis sidéré. Une cour des miracles islamiste, une poche salafiste, une enclave qui veut vivre comme au temps de Mahomet. Boulanger, coiffeur, gardiens d’immeuble, adolescents. … C’est une mini-république islamique. … Durant les prêches, on fustige, on criminalise. Une femme qui fume ? Une dépravée. Une femme qui ne se voile pas ? Elle aguiche. Un homme qui ne consomme pas de nourriture halal ? Il a pris un ticket express pour l’enfer. » — Paris Match.

Patrick Kanner, ministre de la ville, n’avait sans doute pas prévu, dimanche 27 mars 2016, de dire la vérité. Il était sur le plateau d’Europe 1 pour rappeler le credo de la gauche : le terrorisme islamiste c’est la faute à la pauvreté et au chômage. Mais la question lui a été posée avec insistance : « combien de Molenbeek en France ? » Alors, il a déclaré : « Il y a aujourd’hui, ON LE SAIT, une centaine de quartiers en France qui présentent des similitudes potentielles avec ce qui s’est passé à Molenbeek ».

Molenbeek, le monde entier LE SAIT aujourd’hui, est ce quartier de Bruxelles qui est devenu l’épicentre du djihad en Europe. Un quartier sous contrôle salafiste qui a envoyé trois de ses habitants assassiner plusieurs centaines de personnes à Paris le 13 novembre 2015. Ce sont des habitants de ce même quartier qui ont posé des bombes à l’aéroport de Bruxelles et à la station de métro Maalbek.

Les réactions n’ont pas tardé. Le premier secrétaire du Parti Socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a accusé Patrick Kanner de « dissoudre la concorde nationale ». Julien Dray, autre figure de proue du parti socialiste, a lui aussi critiqué Patrick Kanner : « Je n’aime pas qu’on stigmatise ».

Patrick Kanner ne s’est toutefois pas laissé intimider. Lundi 28 mars, il a rappelé dans Le Parisien que : « Amedy Coulibaly [le tueur de l’Hyper Cacher], qui venait de la Grande-Borne à Grigny (Essonne), pour Mehdi Nemmouche [le tueur du Musée juif de Bruxelles en 2014], qui est passé par le quartier de la Bourgogne à Tourcoing (Nord), et pour Mohamed Merah, qui était du quartier du Mirail à Toulouse (Haute-Garonne). ».

Malek Boutih, député socialiste, est venu au secours du ministre de la ville. Il a déclaré « C’est la première fois qu’un ministre des banlieues dit un peu la vérité, c’est-à-dire que les ghettos se sont transformés, petit à petit, en zones qu’on ne contrôle pas très bien… Des quartiers qui sont des pépinières à terroristes ».

Samia Ghali, sénatrice (Parti socialiste) des Bouches du Rhones a fait écho aux déclarations du ministre de la ville : « il y a des camps d’entraînement dans les quartiers (de Marseille) où les gens s’entraînent à tirer ». Elle ajoute : « j’en suis à demander qu’on monte un mur dans une école pour que les balles des kalachnikovs ou des fusils ne se retrouvent pas dans la cour de récréation ».

Gilles Kepel, professeur à Science Po, et l’un des meilleurs experts de l’islamisme en France, a expliqué, début avril, que trois ingrédients sont nécessaires pour fabriquer un Molenbeek :

« 1. Un puissant système de criminalité organisé autour du kif (en provenance du Rif marocain) ; 2. La présence de planques pour les terroristes et de lieux de stockage d’armes, qui autorisent l’interpénétration du milieu des trafiquants d’armes avec le milieu djihadiste anciennement implanté (dès 2001, les deux assassins du commandant Massoud, deux Tunisiens, venaient de Molenbeek, et Mehdi Nemmouche en 2014 ou Ayoub el Khazzani, qui voulait mitrailler le Thalys en 2015, sont passés par Molenbeek) ; 3. Des politiques locales complaisantes envers les salafistes, qui ont pu y ouvrir de nombreuses mosquées incontrôlées. »

Ces trois ingrédients ne seraient pas uniformément présents dans les 100 Molenbeek français a ajouté Gilles Képel. Mais le but des salafistes ajoute-t-il, est bel et bien de s’emparer des quartiers pour mener « une guerre d’enclaves ».


Lire la suite sur http://fr.gatestoneinstitute.org


Illustration LC2.0 : En France, combien de Molenbeek dans nos caves, …
lejournaldupeupledefrance.com

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

3 thoughts to “France : Combien de Molenbeek ?”

  1. En France les gens capables de vulgariser l’Islam pour nos concitoyens se comptent sur les doigts des deux mains. L’Islam n’est pas une religion, mais une politique, l’islam radical assassine et l’islam modéré regarde et fait la fête en douce.
    Dans les pays musulmans, au niveau sociétale les constitutions reprennent une bonne partie du coran, En France nous avons une constitution et un code civil qui ne peuvent être remplacé ,si nous continuons de la sorte nous aurons la reverse ingénierie de la Cisjordanie les Molenbeek seront entouré de murs et pour l’islam elle deviendront des colonies en territoire occupé; Samia Ghali ne veut elle pas construire des murs autour des écoles des quartiers nord a Marsilia pour arrêter les tirs de kalash, c’est comme cela que ca commence.
    Le fait est pas de savoir s’il y a un ou plusieurs Molenbeek car un seul c’est déjà de trop, et ce n’est pas un régime de démocratie qui peut régler ce problème et encore moins une démocratie socialiste qui est contrite et repentante du fait du passé colonialiste du pays en particulier sur les pays d’obédience musulmane.
    Il faut vivre chez eux, dans leurs pays ,au milieu d’eux se faire transparent ;invisible,et là ils vous oublient ,et si vous chaussez vos lunettes 3d,vous aurez le plaisir de découvrir le merveilleux pays de l’Hypocristant.

  2. Combien de mosquées salafistes qui devaient être fermées en France sont toujours en pleine activité ? Beaucoup !

    Prenons exemple sur la Russie qui s’est autorisée à faire exploser dernièrement une mosquée qui était un dépôt d’explosifs tous genres…

    Les politiques qui « cherchent les Molenbeek Français »
    çà je n’y crois pas. Pas besoin de les chercher, ils les connaissent et leur « foutent » une paix royale.

    Si des perquisitions étaient menées dans TOUTES les mosquées de France, nous aurions de quoi être effrayés !

    Merci pour ce billet d’information bien détaillé.

  3. Ce n’est pas secret, la liste est publiée par le ministère de la téci :
    sig.ville.gouv.fr/atlas/ZUS

Les commentaires sont clos.