Actualités, Diplomatie, Etats-Unis, France, Politique

Futur ambassadeur probable des Etats-Unis en Catalogne

184

Publié par Stratediplo, le 05 août 2017

Le Colonel

 

« Si le gouvernement français, en charge du premier voisin et premier pays concerné par l’indépendance de la Catalogne, ignore volontairement les messages d’alerte qui lui sont adressés et omet de préparer une mission diplomatique, la France sera doublée à sa porte par les Etats-Unis d’Amérique. »

 

 

© Logo by Pierre Duriot

 

Les pays qui comptent feindre la surprise à l’automne ne se laisseront pas tous prendre au dépourvu. En nommant hier leur nouvel ambassadeur en Espagne et Andorre, les Etats-Unis d’Amérique ont damé le pion au pays auquel ils ont la prétention de ravir la place de première puissance diplomatique mondiale.
 
Les ambitions de Richard « Duke » Buchan, en récompense de ses bons et loyaux financements électoraux, étaient plutôt un poste d’ambassadeur en Argentine ou en Uruguay. Sans expérience diplomatique, et relativement jeune même en comparaison des diplomates de carrière des pays qui ont un corps de fonctionnaires dédié aux relations internationales, cet homme d’affaires et spéculateur financier est assez lucide pour ne pas avoir rêvé d’une ambassade en Europe, dans un pays membre de l’OTAN et où les Etats-Unis ont une présence militaire : c’est plutôt la place d’un diplomate expérimenté. Quant à des opportunités économiques et d’investissement états-unien en Espagne, Buchan n’est pas homme à s’en laisser conter.
 
Mais les fonctions d’une ambassade ne sont pas seulement officielles et protocolaires, elles comportent aussi une part de renseignement (voire d’influence) par la constitution et l’entretien d’un réseau d’écoute immergée. Un ambassadeur en Espagne et Andorre, en poste en Espagne et non-résident pour Andorre, a aujourd’hui toutes les justifications pour s’absenter souvent de Madrid et pour traverser la Catalogne. Cet ancien étudiant d’une université valencienne dispose aussi d’un réseau d’anciens condisciples et professeurs dans une autre province où l’activisme catalaniste assure un conflit, au moins institutionnel, dès la restauration de la souveraineté de la principauté de Catalogne, dont le pays valencien a fait partie pendant sept à dix siècles selon comment l’on compte.
 
Entre parenthèses et pour illustrer brièvement l’activisme catalaniste dans la communauté autonome valencienne, on ne citera que les deux décisions de 2017 les plus décriées par les hispanistes, celle de la justice confirmant la légalité de la préférence d’usage du catalan (au détriment de l’espagnol) par les administrations valenciennes, et celle du ministère de l’éducation valencien obligeant les élèves qui choisissent l’espagnol en première langue à prendre le catalan en deuxième, alors que les élèves qui choisissent le catalan en première langue peuvent choisir une autre langue que l’espagnol (anglais par exemple) en deuxième, ce qui assure un conflit à la rentrée, et accessoirement une fuite des inscriptions scolaires vers les régions voisines.
 
Après la sécession de la Catalogne, et les Etats-Unis savent (sans le dire) qu’elle est imminente, un ambassadeur pour Andorre basé dans un pays non frontalier de celle-ci, et ennemi du pays à traverser, aurait des difficultés à exercer sa mission. Au contraire le futur ambassadeur en Catalogne servira nécessairement Andorre, enclavée entre celle-là et la France et sans contact avec l’Espagne, plus proche sur tous les plans de la Catalogne que de l’Espagne, et de surcroît catalanophone… comme, justement, M. Buchan.
 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

By Pierre Duriot

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!