GRAND EST | ARMÉE Démoralisés, épuisés : les soldats perdus de Sentinelle

Le 30 septembre 2019 – Le Républicain Lorrain

Des centaines soldats recrutés depuis les attentats de 2015 quittent l’armée avant la fin de leur contrat. Les pubs de l’époque leur promettaient les opérations extérieures, mais ils s’épuisent en gardes statiques et en patrouilles. Récit d’une démoralisation massive.

Lessivés, écœurés, à bout de souffle. Les jeunes militaires se succèdent à la barre de l’audience militaire du tribunal correctionnel de Metz, et dévoilent le côté sombre du recrutement de l’armée. Beaucoup avaient été attirés par les publicités 4X3 et vidéos You Tube vantant les opérations extérieures de la France. L’armée a lancé une vaste campagne de recrutement après les attentats de 2015 mais la majorité des nouvelles recrues sont allées grossir les rangs de Sentinelle qui exige 7 000 à 10 000 soldats… pour la surveillance du territoire français ! « Sentinelle, c’est une mission qui est plus dure qu’il n’y paraît », raconte Robin, poursuivi pour usage et détention de cannabis et interrogé en marge de son procès, « car il faut être vigilant tout le temps et c’est très répétitif. On a même gardé, en statique, des locaux où il n’y avait personne. » Lui a pu partir en opérations extérieures en Afrique mais de très nombreux « camarades », comme il les appelle, « ont enchaîné les missions Sentinelle ».

https://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-metz-ville/2019/09/30/les-soldats-perdus-de-sentinelle

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “GRAND EST | ARMÉE Démoralisés, épuisés : les soldats perdus de Sentinelle”

  1. Triste résultat de la fin du service National !
    Une majorité des « appelés » n’auraient jamais accepté ce rôle permanent de plantons jugé inutile et dégradant.
    Surtout de la part des « universitaires »et autres intellos qui critiquaient violemment le service, donc, on le refile à des engagés.
    Pourtant la conscription était l’apanage des révolutionnaires ! et le service universel ferait de nombreux émules aux dires des médias…
    Ce rôle de vigiles n’aurait jamais dû incomber à l’Armée, il ne relève pas du service Public,
    autant récupérer les vigiles des grandes surfaces et, à notre époque de rentabilité à tout crin, faire participer financièrement les zones « protégées ».

Les commentaires sont clos.