Guerre civile en France : presque 10 millions de morts depuis 1976

Gilles Colcombet – Le 05 août 2020

Illustration Boulevard Voltaire

Chaque année, c’est la population d’une ville de la taille d’environ celle de Rennes (220.000 habitants) qui disparaît…

Cela va s’aggraver car ces enfants, passés l’âge de 12 semaines, étaient en principe à l’abri des armes de destruction massive du camp adverse. Mais le camp des adultes libertaires dispose, depuis la terrible nuit, non de la Saint-Barthélemy ni des Longs Couteaux, mais du vote à l’Assemblée nationale, le 31 juillet 2020, de la possibilité de tuer des bébés arrivés au terme de leur neuf mois de vie intra-utérine, en d’autres termes de réaliser des infanticides. Nous ne savons pas encore avec quelle arme ils tueront ces beaux bébés qui s’apprêtaient à naître.

https://www.bvoltaire.fr/guerre-civile-en-france-presque-10-millions-de-morts-depuis-1976/

1 réflexion au sujet de « Guerre civile en France : presque 10 millions de morts depuis 1976 »

  1. L’arme, ce sont les poisons abortifs mifepristone et misoprostol que l’on peut, depuis l’arrêté du 14 avril, se faire « téléprescrire » pour procéder soi-même, à domicile, jusqu’au dernier jour de grossesse, à l’éradication in utero (le télégouvernement a confiance qu’on n’en mettra pas dans le thé de la belle-mère). Comme les peuples de France n’ont pas protesté contre l’arrêté, il était prévisible qu’il serait transformé en loi, comme pour le clonazépam utilisé pour le géronticide depuis le décret 2020-360 et pérennisé par le décret 2020-663. Cependant, comme je le note dans le Quatrième Cavalier – l’ère du Coronavirus (qui vient de sortir au Retour aux Sources), s’agissant d’exécution à domicile, l’arrêté du 14 avril n’indique pas ce qu’il doit être fait des avortons, perdus pour l’industrie cosmétique et pour le commerce des cellules-mères.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :