Guerre commerciale Chine USA : les terres rares au cœur du conflit

Le 16 août 2019 – Par Euronews

« Le plus grand gisement de terres rares du monde est situé à Bayan Obo, une ville minière du nord de la Chine. Ce site extrait environ la moitié des métaux rares depuis 2005.« 

© Pierre Duriot

Les terres rares sont devenues l’élément clé de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Il y a quelques jours, l’Association chinoise de l’industrie des terres rares a protesté contre les nouvelles taxes douanières imposées par Donald Trump, accusant Washington de « harcèlement ». Pékin a par ailleurs souligné que ces taxes devaient être payées par les consommateurs et le marché américain.

Actuellement, environ 80% des métaux précieux utilisés par les États-Unis sont importés de Chine. Même si la production américaine est l’une des plus importantes au monde (15 000 tonnes en 2018 juste derrière l’Australie), elle reste insignifiante par rapport à la Chine (120 000 tonnes par an).

https://fr.euronews.com/2019/08/16/guerre-commerciale-chine-usa-les-terres-rares-au-c-ur-du-conflit

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

One thought to “Guerre commerciale Chine USA : les terres rares au cœur du conflit”

  1. « Le plus grand gisement de terres rares du monde est situé à Bayan Obo… »

    Il est une chose d’avoir du minerai, une autre d’en sortir du métal.
    La production est très polluante et la Chine en est devenu maîtresse par décision stratégique.
    Donc, je ne sais pas si on peut parler de gisement (masse importante de minerai) ou plutôt d’exploitation intensive. Je suis sûr que tant aux US, Canada, qu’en Afrique, Russie ou même Japon ou France (fonds marin), il existe des sites plus importants.
    Reste la décision stratégique de produire son propre métal plutôt que d’expédier le minerai en Chine … comme Clinton l’avait fait pour l’uranium vers la Russie (!?). C’est cher, peu libéral mais …

Les commentaires sont clos.