Il n’y a plus d’Etat, c’est un état de choses

Le 28 mars 2014 par Christian Sébenne
Le 28 mars 2014 par Christian Sébenne

 

 

Il n’y a plus d’Etat, c’est un état de choses

La partie est terminée, « game over »

Tu trembles carcasse…

 

Le scrutin de ce dimanche 23 mars 2014 est un vote sanction adressé à l’appareil aux commandes, habitué à se gargariser dans des élucubrations et inepties sataniques dont le message illisible s’est complètement déconnecté des réalités, puis cet acharnement à vouloir le faire passer de gré ou de force aux Français, d’où le blâme qui vient de tomber. 

 

La démocratie va t-elle enfin reprendre ses droits dans le vieux pays…? c’est à souhaiter. Or, les irréductibles du Nouvel Ordre Mondial vont défendre leur camelote financière, « tu trembles carcasse »… car, point d’amélioration en vue tant qu’une figure représentative n’aura pas réussi à insuffler un changement de cap qui nous ramènerait aux valeurs monétaires en usage d’avant 1973 tant pour la France que pour l’Europe, et tirer un trait sur la loi Pompidou/Giscard qui fut l’acte de décès de la France.

 

Les récentes révélations des enregistrements de Patrick Buisson, et tout le déballage du panel d’écoutes téléphoniques en veux-tu en voilà mises en sauvegarde par Edwy Plenel de Mediapart proclamant à juste titre ; ‘’Un crime se prépare, et nous n’en serons pas les complices. Oui, un crime, c’est-à-dire un attentat contre les libertés’’ ;  Et il livrait le nom du danger : qui n’est pas Madame Le Pen ! Non, le criminel, le seul, le vrai, c’est… Manuel Valls… qui, en une circulaire, aurait aboli les droits de l’homme nous révélant avec précision le délabrement actuel, me fait reprendre cette formule du défunt avocat Jacques Vergès  « Il n’y a plus d’Etat, c’est un état de choses  ».

 

Il n’est pas un jour sans que Manuel Carlos Valls ne se soit distingué par un hyper prosélytisme, chapitrant avec véhémence sur les vertus et les devoirs que devrait accomplir tout Français envers le sionisme, si sa circulaire est en cause, ses propos tenus sont lourds de mauvais présages et doivent être sanctionnés. Certes, tel son jumeau sioniste Sarkôzy ils ont acquis la nationalité Française, or, ces papiers tout comme la fonction ne font pas d’eux des Français car il en prend du temps pour devenir un citoyen. Dans les actes ils sont les exceptions confirmant la règle, leur diatribe n’a pas sa place en France, et pour les aventuriers de leur espèce se réclamant du Gaullisme, il est de bon aloi de les renvoyer à leurs classes où ils pourront à loisir disséquer, comprendre, enregistrer les valeurs qu’avait le Général de Gaulle, en ce senssa Conférence de presse antisioniste du 22 novembre 1967 ne peut que les éveiller aux vertus Républicaines.    

 

Pour le résumé et selon le Général de Gaulle, l’implantation de la communauté Juive en Palestine plus ou moins justifiable au milieu des peuples Arabes qui lui sont foncièrement hostiles allait entraîner d’interminables conflits. Certains même redoutaient que les Juifs jusqu’alors dispersés qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est à dire un peuple d’élite,  sûr de lui même et dominateur, n’en viennent une fois qu’ils seraient rassemblés dans le site de son ancienne grandeur, n’en viennent à changer en ambition ardente et conquérante, les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis 19 siècles ; « l’an prochain à Jérusalem » (…).

 

Rappelant aux Juifs de faire preuve d’un peu de modestie à trouver avec ses voisins un modus vivendi pacifique. Il faut dire que ces données psychologiques avaient quelques peu changé depuis 1956 à la faveur de l’expédition franco-britannique de Suez. 0n avait vu apparaître un Etat d’Israël guerrier et résolu à s’agrandir, et ensuite l’action qu’il menait pour doubler sa population par l’immigration de nouveaux éléments, donnait à penser que le territoire qu’il avait acquit ne lui suffirait pas longtemps et qu’il serait porté pour l’agrandir à utiliser toute occasion qui se présenterait (…).

 

 

Faisant fi du discours tenu à l’ONU par de Dominique de Villepin mémorable de dignité, de mise en garde, fidèle aux idéaux de la France, qui sous la pression du lobby USraélien le Général Colin Powell enfumait la planète avec son tour de prestidigitation aussi lourdingue que possible dont les fioles pour justifier l’intervention en Irak furent si bien tourné en ridicule par Dieudonné. Depuis, c’est sur ce délabrement que l’on assiste éberlué au déballage toujours plus scabreux de nos brillantes élites sionistes jamais à court d’idées mirobolantes, brassant  la « marde » dans la case de l’oncle Tommy.

 

Que ne ferait-on pas pour caracoler dans le peloton de tête avec Tommy pour provoquer la Russie. Le Général de Gaulle nous avait sorti de l’OTAN, mais le « Sarkôzygate »  savait devancer tous les désirs de son maître et sur clearstream-er OTAN en emporte le vent contribuant à pérenniser l’American gangster way of life en Afghanistan, Côte d’Ivoire,  Libye ou en Syrie, et comme si cela ne suffisait pas, la sacrée équipe du « vélib » en place qui était déjà très forte dans le domaine de la pédale, changeait désormais de braquet et mettait le turbo pour nous embarquer à notre corps défendant sur les décombres de la 13èmetribu d’un peuple juif inventé de toute pièce au royaume des Khazars… mais, mais… Poutine est arrivé… sans se presser, et a fait dérailler la  « Petite Reine» !

 

Ces syndicats du crime qui se font passer pour des gouvernements tant américain qu’USraéliens n’ont eu de cesse depuis 1945 de perpétrer et d’enchainer coups d’Etats sur coups d’Etats et guerres sur guerres à travers le monde dans le but de renforcer leur impérialisme et leur velléité de domination des peuples. C’est en ce sens que le « couple- lib » Bernard-Henri Lévy et Laurent Fabius portes étendards de la vérité si je mens de ce Nouvel Ordre Mondial, amplis d’une mission messianique se sont lancés à la chasse à l’ours, pourchassant l’intrus qui aurait à leurs dires voulu manger tout le miel de la ruche en Crimée, mais les abeilles ont trouvé leur apiculteur un certain Poutine qui avait avec amour soigné depuis toujours ses infatigables besogneuses ukrainiennes ? Diantre !

 

La réponse du berger à la bergère ne se fit pas attendre, tout de suite les grands mots pour faire déguerpir l’intrus ; des mesures de rétentions… un embargo ! Il est loin le temps où la France nourrissait la Russie de ses surplus agricoles, maintenant que nos « énarques-lib » ont systématiquement tué nos propres paysans, mais on va voir ce qu’on va voir, chez nous on a inventé le « suicide-toi-lib »… un produit marketing qui a le mérite d’être un brillant cache misère libérateur du peuple… ainsi on pédale mieux.

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

2 thoughts to “Il n’y a plus d’Etat, c’est un état de choses”

  1. Si le bac est votre ligne d’horizon, je vous conseille vivement une mise à niveau de vos connaissances car on ne peut créer ni emploi ni richesse par la planche à billets, ci-joint la revue de presse (mars 2014) de P. Jovanovic / D. Schwartz :
    http://www.youtube.com/watch?v=uP-QetypWV0#t=5544

    Par ailleurs, afin que vous ayez une meilleure lisibilité de l’environnement d’escroqueries dans lequel cette société est embarquée, prenez connaissance de ces stratégies par médias mensonges que sont ; la manipulation et la désinformation :
    http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=1805
    http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/search.php?query=manipulation+désinformation&submit_s=Rechercher&qnbresults=10&qtype=&qfield

    Christian Sébenne

  2. Quel article décousu! J’aurais eu honte de rendre un tel devoir quand j’étais en terminale!

Les commentaires sont clos.