« Il reste 150 mosquées salafistes en France » Entretien avec Alexandre Mendel (1/2)

Le 
Causeur

© Pierre Duriot

Pour notre confrère Alexandre Mendel, auteur de Partition, chronique de la sécession islamiste en France (Editions de l’Artilleur, 2017), les territoires perdus de la République ne le sont pas pour tout le monde. Dans une partie croissante de notre pays, les islamistes grignotent peu à peu notre mode de vie. Ainsi les attentats ne sont-ils que la partie émergée d’un djihad sociétal bien plus pernicieux que le terrorisme. Entretien (1/2).


Daoud Boughezala. « Armée de la haine », « armistice », « résistants » : dans votre livre Partition, chronique de la sécession islamiste en France (Editions de l’Artilleur, 2017), vous employez un lexique très guerrier. Si la France est en guerre, comment définiriez-vous son ennemi : le terrorisme islamiste, l’islamisme, l’islam ?

Alexandre Mendel. Mais qui a employé le mot « guerre » sinon, dans les heures qui ont suivi les attentats du 13-Novembre, François Hollande lui-même ? Qui nous a déclaré la guerre, sinon les quelque 20000 sympathisants de la haine intégriste que répertorie  officiellement le ministère de l’Intérieur. On est en guerre, mais on ne fait pas la guerre. Incroyable, non ?

Et pourtant, nous avons déjà vécu la même situation, entre 1939 et 1940. C’était la « drôle de guerre ». Une guerre sans combat, sans prisonnier, quasiment sans perte humaine et, surtout, sans combat… Excusez-moi d’établir un parallèle mais c’est exactement ce qu’il se passe en France. On a été écrasés par la Blitzkrieg. On est en ce moment écrasé par ce que j’appelle dans Partition la « Spritzkrieg », en référence à ces bobos qui se saoulent de spritz à 10 euros le verre dans les beaux quartiers de Paris, forts de leur bien-pensance, et qui nous condamnent, de fait, puisqu’on les écoute, à une défaite inéluctable face à l’islam intégriste.

Notre ennemi utilise le Coran comme manuel de guerre pour justifier sa guerre.

Vous croyez que nos ennemis s’embarrassent de considérations lexicologiques et morales ? Eux, parlent de guerre, eux, parlent de combat, eux, envisagent la victoire. Ils n’ont pas modifié leur vocabulaire. Ils sont compréhensibles à tout un chacun. Nous, nous ne nommons même pas l’ennemi ! L’ennemi, c’est ce que l’islam de France est devenu depuis la moitié des années 1990. Une religion hybride, entre Coran et projet politique de conquête, qui s’est musclée à la faveur du salafisme importé du Moyen-Orient. Je ne désigne pas l’islam comme ennemi en soi. Je ne dis pas que l’islam est dévoyé. Je ne suis d’ailleurs pas islamologue mais journaliste ! Mais enfin, je constate que notre ennemi utilise le Coran comme manuel de guerre pour justifier sa guerre.

Alors que Gérard Collomb a pérennisé certaines dispositions de l’état d’urgence, pourquoi ne voyez-vous qu’un rideau de fumée dans la lutte antiterroriste que mènent les pouvoirs publics ?

On va aller loin avec les « visites » (observez d’ailleurs, le glissement sémantique opéré entre perquisitions et « visites ») de ces mosquées prévues dans la nouvelle loi antiterroriste, sorte d’état d’urgence light… On se ridiculise, encore une fois jusque dans le vocabulaire choisi. Et en face, les salafistes, eux, se moquent de nos états d’âme d’Occidentaux élevés à la bien-pensance gauchiste pendant des décennies. Pourquoi cette loi n’a-t-elle pas tout simplement prévu la fermeture totale des mosquées salafistes sur tout le territoire français ? Soit environ 150 lieux de culte sur notre sol. Était-ce si compliqué ? Je ne le crois pas.

Seule une poignée de mosquées a été fermée.

J’aurais aimé voir ce débat à l’Assemblée nationale, mené notamment par les multiculturalistes forcenés d’En Marche ! Parce que les tenants de cette « Spritzkrieg »  – les bobos – se seraient arraché les cheveux pour savoir qui est salafiste et qui ne l’est pas. Bref, le législateur aurait lui-même décidé de définir le salafisme. Avec ce résultat : on aurait fermé une dizaine de mosquées, pas plus. On aurait fait la différence entre le salafisme et… le salafisme. Par peur de l’amalgame.

Que s’est-il passé depuis les attentats du 13 novembre ? Une poignée de mosquées a été fermée. Sur cette poignée, beaucoup ont rouvert sous d’autres noms dans d’autres lieux. Je note aussi qu’on n’a pas fait de « prisonniers de guerre » parmi ces ennemis… Quelle farce !

Lire la suite sur https://www.causeur.fr

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “« Il reste 150 mosquées salafistes en France » Entretien avec Alexandre Mendel (1/2)”

  1. Tout à fait d’accord! Nous exposons notre faiblesse à la face du monde bravo les bourses molles qui nous gouvernent!!! Nous nous soumettons sans combattre, ils n’auront aucune pitié!

Les commentaires sont clos.