Je me marre… par Pierre Duriot

Le 11 mars 2019 – Le Colonel 3.0

Toute ressemblance avec des faits réels ne serait que pure coïncidence. //RO

© Pierre Duriot

Je me marre… c’est l’histoire d’un mec… vous la connaissez, non ? Blanc, jeune, sympa, qui se rend de bon matin à une journée d’information, après la signature d’un CDI, pour bosser, non mais pas patron, hein, larbin dans une grande enseigne, mais déjà, par les temps qui courent, c’est pas mal. Le mec donc, blanc, propre sur lui, traverse la banlieue. Arrivé à la gare Saint Lazare, le mec, suivez, c’est toujours le même, dégaine son iPhone et comme il est méfiant, enfin, comme il connaît bien Paris en 2019, il se dissimule contre un muret pour regarder son itinéraire, sans risquer de se faire tirer son téléphone par un… par un autre mec, patibulaire mais presque. Et là, les emmerdes commencent…

Les flics déboulent, plaquent le gamin contre le mur. Ils ne sont que dix. Fouille intégrale, avec gants blancs, quand même, mais jusqu’aux couilles, avec chaussures et chaussettes enlevées, devant tout le monde, la classe. Un petit toucher rectal réglementaire pour finir, pour voir si le mec ne cache pas des baskets de contrebande, un sac de ciment, un flingue ? Non quand même pas. La peur de sa vie qu’il a eu, le mec, blanc, pas les flics évidemment. Normal, il avait un vrai look de dealer le mec sympa, blanc, douché, rasé, parfumé, bien fringué, pour aller à un entretien d’embauche… mais c’est vrai que l’habit ne fait pas le moine. En plus, il avait un air vachement louche, le mec, blond aux yeux bleus, un Suédois ou un Finlandais quoi, vous savez, ces touristes nordiques mal élevés, qui viennent profiter des allocs généreuses. Vous allez me dire, c’est plus facile à contrôler et à humilier que les intellectuels, ingénieurs, avocats, professeurs, venus des contrées plus exotiques, au sud, c’est surtout moins risqué. Vous avez suivi ? Le mec blanc, sympa, il est fils de Colonel. C’est pas de bol. Du coup, entre papa et ses anciens presque collègues, ça fait un petit vent frais. Oui, mais le mec, blond aux yeux bleus, comme il faisait froid, il avait remonté sa câââpuche. On n’a pas idée d’avoir une câââpuche, aussi…

http://www.pierre-duriot.com

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.